Bruxelles-J

Les orientations sexuelles

Print this pageEmail this to someoneShare on FacebookTweet about this on Twitter

Les orientations sexuelles, c’est quoi en fait ?

Les ‘orientations sexuelles’, ce sont les différentes attirances physiques que chacun.e éprouve envers d’autres personnes. Il est également possible de ne pas ressentir d’attirance sexuelle, ou très peu, on parle alors d’asexualité. Tu peux prendre conscience de ces attirances à tout âge, cela dépend de chacun.e. Et bien sûr cela peut évoluer au cours de ta vie, en fonction des expériences que tu vis et de ta situation personnelle.
Mais l’attirance affective alors ?

Dans la culture occidentale, la société est hétéronormée, c’est-à-dire que la norme c’est d’être hétérosexuel.le. Généralement, quand on dit qu’une personne est hétéro, on sous-entend qu’elle est attirée physiquement et affectivement par les personnes d’un genre différent du sien. Pourtant, pour certaines personnes, l’attirance physique et l’attirance affective ne s’alignent pas. Il est donc possible que tu sois attiré.e physiquement par des hommes, mais que tu tombes amoureux.se de personnes indépendamment de leur anatomie ou de leur identité de genre. Il s’agit d’une combinaison parmi une multitude de possibilités, c’est à toi de doucement découvrir les différentes attirances que tu éprouves (ou pas). Pour parler d’attirance affective, on utilise de plus en plus les termes d’orientation romantique.

feu2

Les étiquettes…

Admettons qu’une femme soit dans le cas énoncé ci-dessus, est-elle du coup hétérosexuelle et biromantique ? On pourrait dire ça, mais ça n’appartient qu’à elle de se définir (ou pas) avec les termes dans lesquels elle se retrouve le mieux.

Par exemple, si tu vois deux hommes s’embrasser dans la rue, ne penses pas tout de suite qu’ils sont d’office gays, la réalité n’est pas toujours aussi simple ! De la même manière, il n’y a pas besoin d’avoir eu des expériences avec des filles et avec des garçons pour se déclarer bisexuel.le : c’est à toi de choisir le terme qui te convient en fonction de tes attirances vécues, et bien sûr n’aie pas peur d’en changer si tu te rends compte que celui-ci ne te convient plus.

Se choisir des étiquettes, ça peut être vraiment utile pour trouver des gens qui vivent le même genre de choses et en qui tu peux te reconnaître, parler de ton identité vécue en posant des mots sur ton ressenti et revendiquer ton identité pour sensibiliser les gens autour de toi. Mais attention, ces étiquettes peuvent aussi avoir un effet pervers, par exemple quand ce sont les autres qui en choisissent pour nous et nous y enferment. Certaines personnes refusent toute forme de catégorisation, car elles ressentent ça comme réducteur et pas du tout représentatif de leur identité. Ce rejet des catégories fait partie des revendications clés du mouvement queer, né dans les années 90.

Il y a des étiquettes moins restrictives, plus ouvertes, comme par exemple la pansexualité ; terme utilisé pour décrire le fait d’être attiré par quelqu’un.e indépendamment de son identité de genre ou de son anatomie, qui n’est donc pas restreint à un modèle binaire des sexes et identités de genre.

D’autres se trouvent des étiquettes qui leur conviennent mais les gardent comme quelque chose d’intime et font le choix de ne pas les révéler. Chaque personne vit son identité de manière différente, avec ou sans étiquettes.

Une affaire de choix ?

Si on peut choisir les mots que l’on pose dessus, on ne choisit pas pour autant son orientation sexuelle ! Les attirances se déclarent souvent sans qu’on le prévoie et surtout sans qu’on le décide. Cela peut être troublant, et ce n’est pas toujours facile de comprendre tout de suite ce qu’on préfère. Tu as le droit d’expérimenter autant que tu le souhaites, mais toujours en respectant ton corps et tes limites (ainsi que celles des autres) ! N’hésite pas à prendre ton temps. Il est possible que tu sois sûr.e de toi très tôt ; tant mieux si c’est le cas, et relaxe si ce n’est pas le cas !

Tu te poses encore des questions ? Tu ressens le besoin d’être écouté.e ? Tu voudrais rencontrer d’autres jeunes ? Tu peux nous écrire directement dans les commentaires et ça reste 100 % anonyme.

N’hésite pas à consulter notre fiche des adresses utiles, tu y trouveras d’autres associations et organismes qui pourront t’aider pour des questions plus spécifiques.

altervisio

Éditeur de la fiche : Alter Visio

Mise à jour le 16 août 2017

Tu as une question ?

Remplis le formulaire ci-dessous.

Ton adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec un *

*


2 questions pour “ Les orientations sexuelles

  1. Lina
    le 4 janvier 2016 à 14:57

    Bonjour,
    J’ai 24 ans et me pose beaucoup de questions quand à mon orientation sexuelle. Toutes mes relations se sont nouées par un échec et sé sont toujours terminées par mes exs. J’en qui arrivee au point de me dire que la solution serait p-t de changer de bord mais si j’ai toujours été attirée par les hommes.
    Pourriez-vous m’aider à y voir plus clair ?

    • Alter Visio
      le 24 février 2016 à 14:40

      Bonjour Lina,

      L’orientation sexuelle c’est l’attirance envers une personne. Il t’appartient à toi seul de te définir, de dire si tu es homo, bi ou hétéro.
      On ne devient pas homo ou bi par prise de décision ou par choix ou par dépit.
      Par contre si tu te sens attirée amoureusement et/ou physiquement par une femme, personne ne peut t’en empêcher et, si cette personne ressent la même attirance, de vivre cette relation.

      Ca n’est pas parce que tes exs te quittent que tu es homosexuelle ou bisexuelle.

      Si tu souhaites en parler à une personne de confiance, n’hésite pas à prendre rdv avec quelqu’un de notre équipe (à Mons ou Bruxelles) – info@alter-visio.be ou 02/8932539 ou avec un psy (dans un cadre confidentiel et gratuit en écrivant un mail à cette adresse Permanence-ecoute@rainbowhouse.be)

      N’hésite pas à revenir vers nous si tu as plus de questions!