Bruxelles-J

C’est quoi un bad trip et comment l’éviter ?

Print this pageEmail this to someoneShare on FacebookTweet about this on Twitter

L’expression « bad trip » littéralement « mauvais voyage » en anglais, désigne, dans le langage courant, une sensation d’angoisse liée à l’usage d’une drogue.

Les produits psychédéliques (tels que le LSD, les champignons, les pilules d’ XTC, certaines drogues synthétiques, le cannabis) sont plus susceptibles d’entraîner un bad trip car ils agissent principalement au niveau des perceptions. Sous l’effet d’une drogue psychédélique ou hallucinogène, le monde extérieur est perçu de manière inhabituelle. Tes sensations, ta façon de voir les choses sont changées, parfois exagérées et en tous les cas perturbées. Parfois, ça correspond aux effets attendus et tout se passe bien.

Parfois cette déformation ne correspond pas à tes attentes. Elle peut être simplement désagréable, et même te déstabiliser. Tu peux te sentir envahi par l’inquiétude et la confusion, et tu risques de te sentir dépassé, surtout si c’est ta première expérience avec le produit. Dans le pire des cas, tu peux même oublier que ce qui t’arrive est dû à l’action du produit et croire que tu deviens fou ou folle.

Cette expérience désagréable s’appelle un bad trip. Il y a plusieurs niveaux de bad trip, plus ou moins supportables.

Les effets positifs mais aussi négatifs que tu peux ressentir en consommant une drogue vont dépendre de 3 facteurs essentiels :

– Le produit : en cas de consommations de produit illégal on n’est jamais vraiment sûr de ce que l’on consomme. Les effets peuvent être inattendus, plus fort que ce qu’on pensait, ce qui peut amener de l’angoisse.

– Ton état d’esprit : si tu n’as pas trop le moral, si tu es fatigué, triste ou stressé, le sentiment d’angoisse risque d’arriver plus rapidement.

– L’entourage : le lieu où tu vas consommer, les personnes présentes autour de toi, ce qu’il s’y passe, ces éléments peuvent être déterminants quant à la manière dont tu vas réagir.

Tu as plus de chances d’avoir un ‘bad trip’ si tu consommes un produit trop fort, ou si tu consommes dans un lieu où tu n’es pas à l’aise ou avec des personnes que tu n’apprécies pas et dont tu te méfies.

Le bad trip a une fin, il s’arrête soit quand tu sors de la situation d’angoisse soit quand le produit ne fait plus effet.

Que faire avant, pendant et après un bad trip ?

Avant

Si tu fais attention aux trois critères cités plus haut, tu diminueras les risques de faire un bad trip. Si tu souhaites consommer un produit, nous te conseillons donc de bien te renseigner sur celui-ci, choisir un moment où tu te sens bien physiquement et mentalement, dans un lieu que tu connais et qui est agréable pour toi et de le faire avec des personnes de confiance. Il est préférable de commencer par une petite dose pour évaluer les effets du produit et ta réaction qui en découle.

Pendant

Si tu fais un bad trip : essaye tant que possible te relaxer, respirer calmement, essaye de t’étendre ou de prendre un bol d’air frais pour reprendre le contrôle de tes pensées angoissantes. Si tu n’y parviens pas, sollicite l’aide d’un ami ou appel le service des urgences. Ce n’est pas une honte et tu ne risques rien légalement en les contactant.

Si ton ami fait un bad trip : essaye de garder ton calme et tente de le rassurer. Si possible, emmène-le dans un endroit calme pour diminuer les sources de stress qui peuvent augmenter l’angoisse (bruit, lumière, foule, agitation…) Montre-toi rassurant, rappelle-lui que ce qui lui arrive est dû au produit et qu’il va se sentir mieux quand l’effet sera terminé. Offre-lui une présence et reste attentif à ses besoins (hydratation, nourriture..)

Après

Le bad trip peut être une expérience désagréable voire choquante, et parfois il faut quelques jours de repos avant de se sentir mieux.

Si après plus de 48 heures tu te sens toujours mal et que tu t’inquiètes, n’hésite pas à téléphoner à Infor-drogues au 02/227.52.52 (du lundi au vendredi de 8h à 22h et le samedi de 10h à 14h et dans l’anonymat). Ton médecin pourra également te conseiller.

Éditeur de la fiche : Infor-Drogues

Mise à jour le 9 mai 2017