Bruxelles-J

Drogues dures / drogues douces ?

Print this pageEmail this to someoneShare on FacebookTweet about this on Twitter

Tu entends parfois parler de drogues dures et drogues douces.

Même si toutes les drogues ne se valent pas, il est assez difficile de dégager des catégories selon qu’elles soient « douces » ou « dures ». Cette classification ne donne pas d’information concernant les effets des molécules actives des différentes drogues sur l’organisme.

On va donc s’intéresser au type d’usage plus ou moins doux ou plus ou moins dur, et ce, toutes drogues confondues. Ce qui va faire qu’une consommation est problématique et donc plus « dure » est à mettre en lien avec le type d’usage d’une drogue, le rapport que le consommateur a avec le produit, le contexte de consommation, les raisons qui le poussent à consommer, et ce, quelle que soit la drogue consommée.

Une autre classification des drogues dont tu as peut-être déjà entendu parler est celle selon leur statut légal (par exemple, l’alcool), illégal (par exemple, le cannabis) ou prescrit (par exemple, les médicaments). Cette classification ne nous permet pas non plus de comprendre les effets des drogues sur l’organisme…

Il est en revanche possible de classer les drogues en fonction du type d’effet principal qu’elles provoquent sur le psychisme et le cerveau (ou système nerveux central). Ainsi, on regroupe et classifie les drogues selon trois grandes familles : les dépresseurs, les stimulants et les perturbateurs.

Éditeur de la fiche : Infor-Drogues

Mise à jour le 10 octobre 2018

Tu as une question ?

Remplis le formulaire ci-dessous.

Ton adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec un *

*