Bruxelles-J

Les dispositifs de lutte contre le décrochage scolaire

Print this pageEmail this to someoneShare on FacebookTweet about this on Twitter

Le décrochage scolaire est une notion très large, il peut s’agir par exemple de investissement dans le travail scolaire, d’un taux d’absence important ou encore d’un abandon total.

Tout le monde s’accorde sur le fait que l’on ne décroche pas du jour au lendemain. Il s’agit d’un processus lié à une combinaison de différents facteurs de natures diverses : individuels, familiaux, sociaux, scolaires ou institutionnels. L’association de ces facteurs mène petit à petit à se désengager et à terme, à abandonner l’école.

Si les causes du décrochage scolaire sont diverses, les dispositifs visant à lutter contre le phénomène le sont également.

Le service de la médiation scolaire en Région bruxelloise

Une cinquantaine de médiateurs scolaires sont mis à disposition des écoles par le service de médiation scolaire avec pour objectif de prévenir la violence et le décrochage scolaire dans les établissements d’enseignement secondaire. Ce sont généralement les premiers interlocuteurs vers lesquels tu peux te tourner.
Bien qu’ils soient présents dans l’école même, ils ne font pas partie du personnel de l’établissement scolaire et ne dépendent donc pas de la direction.

Ils peuvent donc intervenir et s’occuper des problèmes relationnels entre des élèves, entre des parents d’élèves et les membres du personnel, entre les membres du personnel et des élèves ou groupe-classe, de manière neutre. Ces services interviennent à la demande de la direction, d’un enseignant, d’un éducateur, d’un élève et/ou de sa famille ou d’un service extérieur.

Le Centre Psycho Medico Social (CPMS)

C’est un lieu d’accueil, d’écoute et de dialogue où toi et/ou ta famille pouvez aborder les questions qui vous préoccupent en matière de scolarité, d’éducation, de vie familiale et sociale, de santé, d’orientation scolaire, professionnelle, etc.
Le Centre PMS est composé de psychologues (conseillers et assistants psychopédagogiques), d’assistants sociaux (auxiliaires sociaux) et d’infirmiers (auxiliaires paramédicaux) qui travaillent en équipe. Un médecin est également attaché à chaque Centre PMS.
Le Centre PMS est à la disposition des élèves et de leurs parents, dès l’entrée dans l’enseignement maternel et jusqu’à la fin de l’enseignement secondaire. Tu peux donc les contacter à tout moment.

Les services scolaire communaux

Chaque commune dispose d’un service scolaire communal qui vise l’intégration sociale des jeunes en favorisant l’accrochage scolaire.
Ces services sont des relais que tu peux contacter en cas de difficultés en lien avec ta scolarité. Ce sont des lieux d’accueil, d’écoute et d’accompagnement.
Tu peux contacter le service scolaire communal de la commune dans laquelle tu vis mais également de celle dans laquelle tu es scolarisé.

Les services d’accrochage scolaire (S.A.S)

Ces services permettent d’accueillir et d’aider temporairement des élèves mineurs rencontrant des difficultés scolaire.

Par exemple des élèves exclus d’une école et ne pouvant être réinscrits dans un autre établissement scolaire ou encore ceux qui sont inscrits dans un établissement mais qui sont en situation de crise, qui ne fréquentent pas l’école sans pour autant en avoir été exclus.

Ils apportent une aide sociale, éducative et pédagogique par l’accueil en journée et, le cas échéant, une aide et un accompagnement dans le milieu familial.

Par ailleurs, la prise en charge par un SAS satisfait pleinement à l’obligation scolaire.

Concrètement, l’objectif de ces services est que le jeune puisse être réintégré, dans les meilleurs délais et dans les meilleures conditions possibles, dans une structure scolaire ou une structure de formation agréée dans le cadre de l’obligation scolaire.

Liste des SAS

Il existe également de nombreux dispositifs qui interviennent à des niveaux plus collectifs.
Comme les cellules de veille, le dispositif d’accrochage scolaire ou encore les équipes mobiles.

Tu as une question ?

Remplis le formulaire ci-dessous.

Ton adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec un *

*


16 questions pour “ Les dispositifs de lutte contre le décrochage scolaire

  1. Mignon
    le 14 novembre 2016 à 09:24

    Bonjour,

    Je suis étudiant à la Haute Ecole Libre Ilya Prigogine, en option assistant social.

    Cette année, j’effectue mon stage de troisième année dans une école secondaire, et j’aimerais travailler  sur le thème du décrochage scolaire et éventuellement proposer des actions de sensibilisations, et d’animations.

    Savez-vous où est-ce que je peux trouver ce genre d’information ?

    Merci de votre réponse.

    • Infor Jeunes Bruxelles
      le 14 novembre 2016 à 15:19

      Bonjour Mignon,

      Nous te conseillons de rencontrer des travailleurs de SAS qui pourront t’informer sur leur travail, leur pédagogie et philosophie de travail: http://www.enseignement.be/index.php?page=23721 Tu peux également en discuter avec le centre PMS de l’école dans laquelle tu fais ton stage.

      La fédération Wallonie Bruxelles a également publié plusieurs documents concernant le décrochage scolaire. Tu pourras les retrouver en indiquant « décrochage » dans la barre de recherche de cette page : http://www.enseignement.be/index.php?page=24727&navi=862

      N’hésite pas à nous recontacter si tu as d’autres questions.

  2. lm
    le 25 octobre 2016 à 07:47

    Bonjour,

    Ma fille de 15 ans est constemment absente de l’école. Elle est en 3e technique et depuis sa 1ere secondaire, elle ne supporte plus d’aller à l’école et donc s’absente très très souvent. Je ne sais plus quoi faire. Peut-elle suivre des cours par correspondance? Si oui, quelle est la marche à suivre?

    Merci d’avance

    • Infor Jeunes Bruxelles
      le 26 octobre 2016 à 11:43

      Bonjour Lm,

      Pour qu’un mineur puisse satisfaire à l’obligation scolaire par le biais de l’enseignement à domicile, une déclaration doit être transmise au service de l’Enseignement à domicile avant le 1er octobre de l’année scolaire en cours.
      La seule exception à cette date concerne un mineur soumis à l’obligation scolaire venant de l’étranger et qui fixerait sa résidence en Belgique dans le courant de l’année scolaire.
      Par conséquent, votre fille ne remplit pas les conditions pour cette année.

      L’idéal serait donc d’aborder la question avec elle, afin de comprendre l’origine du problème et de tenter de mettre en place des solutions.
      Selon la situation, des acteurs de terrain peuvent intervenir (services présentés ci-dessus par exemple).

      N’hésitez pas à nous recontacter (02/514.41.11) afin d’aborder la question plus précisément et d’envisager des pistes de solutions possible.

  3. Nina
    le 13 octobre 2016 à 11:27

    Bonjour,

    je suis en technique de transition sciences sociales et éducatives.

    Je suis majeur.

    J’ai toujours eu le pied lourd pour me rendre à l’école.

    J’avais été en décrochage l’année scolaire précédente (durant 2 mois et demi) suite à un découragement face aux nombres de travaux soudain (beaucoup d’absences avant cela), j’étais revenue à l’école à partir de mai 2016. Avec l’accord du directeur, je me suis remise en ordre, ai fait une sorte de stage au sein de l’école et ai repris mes cours petit à petit, ainsi que passer certains examens.

    J’ai donc doublé ma rétho et donc la recommence cette année-ci.

    Tout allait bien au début. Cependant, je recommence à manquer les cours.

    Je cherche des solutions et suis, éventuellement, intéressé par des cours par correspondance (ou autres solutions). J’ai des cours spécifiques à l’option social. Vue que je suis en technique de transition, et suis censée obtenir un diplome A 2 Social à la fin de cette année, je me demande s’il existe des solutions dans cette optique. J’ai voulu consulté les informations sur l’EAD mais je n’y ai pas accès concernant mon option. Pouvez-vous m’aider ?

    Merci,

    Bonne journée.

    • Infor Jeunes Bruxelles
      le 14 octobre 2016 à 16:09

      Bonjour Nina,

      En effet, suivre les cours via l’EAD pourrait être une solution, cependant les examens devront être présenté devant le jury de la fédération Wallonie-Bruxelles.

      Il existe également d’autre possibilité permettant d’obtenir le CESS différemment ou d’accéder à l’enseignement supérieur sans le CESS.
      Tu trouveras la liste des possibilités sur la page suivante: http://www.inforjeunesbruxelles.be/cess-et-acces-a-l-enseignement-superieur-120

      N’hésite pas à nous recontacter (par écrit ou téléphone au 02/514.41.11) afin de discuter plus amplement de ton projet et de trouver l’option qui pourrait te convenir au mieux.

  4. Jamila
    le 13 septembre 2016 à 12:11

    Bonjour,

    Je m’appelle Jamila, je suis étudiante à l’Institut Fernand Cocq à Ixelles.

    Dans le cadre de mon travail de fin d’études, j’aurais aimé utilisé votre vidéo sur:  » Les jeunes en décrochage s’expriment. »

    Pourriez-vous me donner votre accord et m’envoyer la vidéo?

    Bien à vous,

    Jamila.

  5. Najib
    le 11 août 2016 à 12:19

    Bonjour,
    Merci pour l’intérêt que vous avez porté à notre désarroi. Nous aurions souhaité trouver auprès de vous une aide d’orientation vers des structures de formation adaptées au cas de notre fils qui font malheureusement défaut chez nous.
    Nous ne nous faisons pas d’illusions sur vos capacités à nous aider à trouver ce type de formation en Belgique, où moi-même j’ai eu l’occasion de faire des études, mais nous ne comprenons pas le lien avec la législation marocaine pour le cas qui nous préoccupe.
    Cordialement

    • Infor Jeunes Bruxelles
      le 11 août 2016 à 14:04

      Bonjour Najib,

      Les recours possible en matière de harcèlement scolaire sont liés à la législation applicable dans le pays.
      Nous ne connaissons malheureusement pas les structures pouvant vous aider au Maroc c’est pour cette raison que nous vous conseillons de prendre contact avec l’association de l’unité de protection de l’enfance à Casablanca.
      Cet organisme étant particulièrement actif sur la question, pourra sans doute vous orienter au mieux.

       

  6. Najib
    le 10 août 2016 à 21:35

    Madame, Monsieur,
    Ma femme et moi sommes en détresse : nous nous inquietons beaucoup pour l’avenir de notre fils Nadhir 17 ans. Depuis ses premières classes il a été victime de harcèlement scolaire. Ceci l’a amené à se renfermer sur lui même et à se sentir rejeté. Ses camarades se moquaient de lui et ses professeurs ne le faisaient pas participer en classe. Mais malgré ça, il ne s’absentait pas de ses cours.
    L’année prochaine, il ne va pas pouvoir poursuivre ses études dans son lycée et les années passées ont laissé des traces sur sa personnalité ce qui risque de représenter un handicape pour lui et réduire ses chances d’avoir une place honorable dans la société.
    C’est un garçon très doux et fragile qui a besoin d’aide pour être sauvé.
    Si vous avez la possibilité de lui venir en aide nous vous serions très reconnaissants.
    Nous attendons votre réponse avec beaucoup d’espoir.
    Cordialement
    Najib

    • Infor Jeunes Bruxelles
      le 11 août 2016 à 10:57

      Bonjour Najib,

      Nous sommes désolés mais Bruxelles-J est une plateforme d’information belge, nous ne sommes donc pas spécialisés dans la législation marocaine et les différents services pouvant vous aider.
      Nous vous invitons à contacter l’association de l’unité de protection de l’enfance Casablanca afin de connaitre les différents services pouvant aider votre fils.
      120 rue Tarik ibnou ziyad quartier des hôpitaux CASABLANCA
      Tél. : 0522223346

       

  7. Alexia
    le 11 avril 2016 à 15:36

    Bonjour,

    Je suis actuellement en 3e année en TQ et jai beaucoup d’absences injustifiées et l’école à envoyé mon dossier au ministère.
    Je suis pas motivée suite à ses événements passé en 2014 j’ai tout lâchée depuis 2014 et j’ai été suiviee par des psychologues.
    Que peuvent t-il me faire ?
    Ma mère aura t-elle une amande ?

    • Infor Jeunes Bruxelles
      le 12 avril 2016 à 13:30

      Bonjour Alexia,

      Cela dépend de ton âge, que tu sois mineure ou majeure tu risques de perdre la qualité d’élève régulier.
      Les conséquences du changement de statut varient en fonction de ton âge, tu trouveras pus d’information sur la page suivante: http://bruxelles-j.be/etudier-se-former/enseignement-secondaire/labsenteisme-scolaire/

      Par ailleurs, si tu es mineure et donc toujours en obligation scolaire, tes parents risquent en effet une sanction.

      La loi prévoit, qu’en cas de non respect de ces obligations par la personne investie de l’autorité parentale, le ministère public peut saisir le tribunal de la jeunesse qui peut ordonner des mesures prévues par la loi du 8 avril 1965:
      « Lorsque la santé, la sécurité, la moralité ou les conditions d’éducation d’un mineur sont compromises, le tribunal de la jeunesse peut, sur réquisition du ministère public, ordonner une mesure d’assistance éducative à l’égard des personnes qui en ont la garde. »

      « Cette mesure peut, en outre, selon les circonstances, comporter pour ces mêmes personnes l’une ou plusieurs des obligations suivantes :
      1° soumettre le mineur à la surveillance du comité de protection de la jeunesse ou d’un délégué à la protection de la jeunesse;
      2° le soumettre aux directives pédagogiques ou médicales d’un centre d’orientation éducative ou d’hygiène mentale;
      3° lui faire fréquenter régulièrement un établissement d’enseignement ordinaire ou spécial;
      4° exceptionnellement le placer chez une personne digne de confiance ou dans un établissement approprié, en vue de son hébergement, de son traitement, de son éducation, de son instruction ou de sa formation professionnelle.
      Le comité de protection de la jeunesse ou le délégué à la protection de la jeunesse chargé de l’assistance éducative, veille à l’accomplissement de ces obligations sous le contrôle du tribunal de la jeunesse.
      L’assistance éducative peut être ordonnée indépendamment de toute procédure à l’égard du mineur. »

      N’hésite pas à nous recontacter pour toute autre question.

  8. JennBizige
    le 2 février 2016 à 17:48

    Bonjour,
    J’ai 20 ans et je suis élève en 6ème Professionnelle (option puériculture). Je souhaiterais avoir quelques renseignements concernant un changement de cursus étant donné que cette option ne me correspond pas. Sachant qu’il n’est pas possible d’entamer une formation en cours d’année, j’aimerais trouvé une alternative de transition qui me permettrait d’obtenir mon CESS. Je suis également disposée à travailler afin d’acquérir une autonomie financière (permis de conduire, kot,…).
    Dans l’attente de vous rencontrer, veuillez agréer mes sincères salutations.
    Jennifer