Bruxelles-J

L'identité de genre

Print this pageEmail this to someoneShare on FacebookTweet about this on Twitter

Du sexe biologique à l’identité de genre

Sexe, genre, qu’est-ce que c’est ?

En occident, lorsqu’un bébé naît, les premiers mots du personnel médical et les premières informations inscrites sur le certificat de naissance disent : « c’est une fille » ou « c’est un garçon ». C’est ce qu’on appelle une assignation de sexe, celle-ci est faite sur base de l’apparence des parties génitales de l’enfant.

Pourtant, le sexe biologique est bien plus complexe, car il est fait de bien d’autres composantes, comme par exemple les chromosomes sexuels (XX et XY et XO, XXY, …), les organes reproducteurs (testicules, ovaires), les hormones sexuelles (œstrogènes, testostérone, progestérone). Comme tu peux le constater, ça fait beaucoup de critères ! Il n’est donc pas étonnant que certaines personnes ne correspondent pas aux normes biologiques ; lorsqu’un corps connaît des variations biologiques (hormonales, chromosomiques, génitales, etc), on parle d’intersexuation et de personnes intersexuées. Elles font 1,7 % de la population. Ce n’est donc vraiment pas une pathologie, même si beaucoup de bébés intersexués subissent de lourdes opérations et de traitements médicaux pour les faire rentrer dans une catégorie binaire mâle/femelle. Ces interventions ont bien souvent des répercussions sur la santé physique et mentale des personnes qui en sont la cible.

Tout est mis en place par les médecins pour que la mention F ou H soit inscrite sur le certificat de naissance de l’enfant. De là, s’en suivra toute une série de choix : un prénom, des vêtements, des cours de danse ou de foot. Ces choix sont faits sur base des attentes que l’on a d’un enfant en fonction de son sexe donné à la naissance ; on va s’attendre à ce qu’une fille aime le rose et qu’un garçon préfère le bleu. Ces suppositions sont genrées, elles se basent sur les idées préconçues que l’on a d’une fille ou d’un garçon.

gender-neutral-bathroomsLe ‘genre’, c’est quoi alors ?

Le genre c’est une construction sociale, ce n’est donc pas un concept présent lors de notre naissance, c’est un ensemble de codes que l’on apprend en grandissant. C’est aussi culturel, ces codes ne sont pas les mêmes dans tous les pays.

Les stéréotypes

Tous ces codes que l’on apprend en grandissant correspondent à des stéréotypes, tu en connais sûrement des tonnes ! Les filles ça pleure tout le temps, les garçons ça aime se bagarrer… Il est probable que tu ne correspondes pas à ces clichés, c’est ton droit et tu serais loin d’être le.la seul.e ! Cependant, cela n’est pas toujours bien accepté et tu peux parfois être victime de moqueries ou de discriminations. Sache qu’il existe en Belgique des législations de lutte contre les discriminations basées sur l’identité ou l’expression de genre ; si tu en es victime tu peux contacter UNIA ou l’Institut pour l’Egalité des Femmes et des Hommes au numéro gratuit suivant : 080012800.

L’identité de genre

Le sexe que l’on t’a assigné à la naissance correspond donc à toute une série d’obligations, mais également à une identité. Il est attendu d’une personne assignée fille à la naissance qu’elle se sente femme, et d’une personne assignée garçon qu’elle se sente homme. Si c’est ton cas, tu es fort probablement cisgenre. Mais ça ne se passe pas toujours comme cela ! Tu pourrais t’identifier différemment de ce qui est généralement attendu par la société sur base de ton sexe biologique ; dans ce cas-ci, ton vécu se rapproche donc davantage de celui d’une personne transgenre. Par exemple, une personne assignée fille peut se sentir homme et vouloir vivre socialement au masculin pour s’épanouir au mieux. Toutefois, ce n’est pas parce que tu es trans que tu dois pour autant correspondre aux stéréotypes du genre auquel tu t’identifies !

Peut-être que tu ressens le besoin d’opérer des changements physiques grâce à des hormones et/ou des opérations pour te sentir mieux dans ton corps, ou pour être plus facilement socialement assimilé.e au genre auquel tu t’identifies. C’est absolument légitime de ressentir ce besoin, et c’est tout à fait envisageable de le combler, cependant il est également possible que, comme bon nombre de personnes trans, tu choisisses de ne pas faire de transition physique. Ce choix t’appartient.

Bien qu’une majorité de gens s’identifient de manière binaire (soit femme, soit homme), il existe toute une partie de la population – dont tu fais peut-être partie – qui ne se retrouve pas là-dedans et qui se revendique ni homme ni femme, ou un peu des deux à la fois. Il s’agit de personnes non-binaires.

Comme toute composante de ton identité, ton identité de genre peut évoluer au cours de ta vie et la manière dont tu t’identifies peut même fluctuer assez régulièrement.

L’expression de genre

Il y a plein de manières de ressentir son identité de genre, et il y a aussi plein de manières de l’exprimer ! L’expression de genre ça passe par la manière dont tu t’habilles, dont tu te comportes, dont tu parles, … C’est l’image que tu renvoies aux autres et à toi-même.
Tu te poses encore des questions ? Tu ressens le besoin d’être écouté.e ? Tu voudrais rencontrer d’autres jeunes ? Tu peux nous écrire directement dans les commentaires de manière totalement anonyme.

N’hésite pas non plus à consulter notre fiche des adresses utiles, tu y trouveras d’autres associations et organismes qui pourraient répondre plus spécifiquement à ta demande.

2 https://oii.org.au/allies/

Éditeur de la fiche : Bruxelles-J

Mise à jour le 16 août 2017

Tu as une question ?

Remplis le formulaire ci-dessous.

Ton adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec un *

*