Bruxelles-J

Service Droit des Jeunes de Bruxelles

Rue du Marché aux Poulets, 30
1000 Bruxelles

bruxelles@sdj.be

02 209 61 61

02 209 61 60

http://www.sdj.be

Print this pageEmail this to someoneShare on FacebookTweet about this on Twitter

Le Service droit des jeunes, c’est quoi ?

Le Service droit des jeunes est un service social qui assure une aide sociale et juridique et, à la demande, un accompagnement du jeune.

Nous veillons à ce que les institutions respectent le jeune et ses droits.

Nous nous adressons aux enfants et jeunes de moins de 18 ans (et à certaines conditions jusqu’à 20 ans) ainsi qu’à leur famille.

  • L’accès est libre, sans contrainte ;
  • L’intervention du Service est gratuite ;
  • La confidentialité est garantie.

 

 Nos activités

Le Service droit des jeunes déploie ses actions selon deux axes spécifiques :

  • L’aide individuelle  : organisation de permanences physiques et téléphoniques pour répondre aux demandes des jeunes et/ou de leurs familles. La mission individuelle s’articule entre l’information juridique claire et accessible sur les dispositions légales, la réorientation, l’accompagnement dans les démarches du jeune et/ou de sa famille qu’elles soient amiables ou judiciaires.

  • L’action communautaire : à partir de l’observation de la multiplicité des situations que nous gérons, nous réfléchissons à une démarche plus globale afin de lutter contre certains dysfonctionnements de notre société (lutte contre la multiplication des exclusions scolaires, la place du mineur en justice, la lutte contre les discriminations à l’égard des enfants et des familles en situation de pauvreté, le statut de non droit des mineurs étrangers non accompagnés, …)

Notre service organise également des formations destinées aux professionnels. Les services ont acquis une connaissance utile dans des domaines spécialisés comme la protection de la jeunesse, le droit scolaire, l’autonomie des mineurs, le droit à l’aide sociale, le droit familial ou le droit des étrangers, …

Horaires

Nos permanences téléphoniques se déroulent tous les lundi, mardi, mercredi et vendredi de 9h00 à 17h00.

Nos permanences physiques se déroulent tous les lundi, mardi, mercredi et vendredi de 13h00 à 17h00 (ou sur rdv) au 155 rue Van Artevelde à 1000 Bruxelles.

Tu as une question ?

Remplis le formulaire ci-dessous.

Ton adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec un *

*


8 questions pour “ Service Droit des Jeunes de Bruxelles

  1. Steven
    le 22 septembre 2016 à 13:30

    Bonjour, 

    J’ai actuellement 17 ans, et je vie avec ma mère ainsi que mon beau-père, nous ne vivons malheureusement pas dans la joie et la bonne humeur, cela dure depuis maintenant 6 ans environs et c’est insupportable comme condition de vie, j’aurais voulus savoir si il serais possible d’avoir une aide pour avoir une meilleur condition de vie, partir de chez mes parents, allez dans un centre ou être émanciper?

    • le 23 septembre 2016 à 13:31

      Bonjour,

      C’est compliqué de répondre par message à ta demande. Certains points devraient être clarifiés pour te donner une réponse utile.

      Je te propose de nous téléphoner (02/209.61.61) ou de passer lors d’une de nos permanences (pas besoin de rendez-vous).

      Nous recevons tous les jours de semaine (sauf le jeudi) entre 13h et 17h au 155 rue Van Artevelede à 1000 Bruxelles.

      Bien à toi

      Pour le Service droit des jeunes

      Xavier

  2. chaimaa
    le 6 septembre 2016 à 11:44

    bonjour j’ai 16 ans dans 3 mois 17 ans et j’aimerais habiter seule car la vie avec ma mère est trop dur et je n’en peux plus. Je voudrais devenir une adulte en quelque sorte avoir mon autonomie… je suis chez mon père depuis 2 jours mais je suis pas bien non plus car j’ai eu un passée vraiment difficiles et lourd. donc en gros ma mère ma mise a la porte… J’ai droit a des aides ou pas svp??

    • le 14 septembre 2016 à 08:53

      Bonjour,

       

      Je résume donc : ta mère t’a mise à la porte et tu es actuellement chez ton père mais penses que tu ne pourras pas rester chez lui. Et tu souhaiterais des aides pour assumer ta future autonomie.

      Tout d’abord, sache que tes parents ont l’obligation de veiller à ton entretien et à ton éducation jusqu’à ta majorité et même jusqu’à la fin de tes études. Habituellement, cette obligation se rencontre « en nature », ce qui veut dire que tes parents (ou l’un d’eux) doivent t’héberger, te nourrir et veiller à ce que tu aies tout ce dont tu as besoin.

      Si tes parents ne souhaitent plus t’héberger, ils pourraient décider de te verser une « pension alimentaire » pour faire face à ces besoins ailleurs qu’à leur domicile. Mais si tu pars de chez eux, de chez ton père à présent, uniquement de ta propre initiative, ils ne sont pas tenus de t’aider financièrement.

       

      Dans ta situation, pour accéder à ton autonomie financière, tu pourrais demander l’aide du CPAS de ta commune. En effet, un CPAS a pour mission de permettre à chacun de mener une vie conforme à la dignité. Cependant, l’organe de décision du CPAS pourrait estimer que tu peux vivre chez ton père ou ta mère et refuser de t’aider. Aussi si tel est le cas, il te faut prouver que vivre chez eux n’est plus supportable pour toi ou engendre de réelles souffrances. De même, le CPAS  pourrait te demander d’exiger une pension alimentaire auprès de tes parents (en introduisant une action au tribunal de la famille). Tout dépend de la situation de chacun et le CPAS tiendra compte de leurs ressources, de vos relations actuelles pour décider de t’aider ou pas …

      Toutefois, compte tenu des problèmes lourds auxquels tu fais allusion, il serait peut-être opportun de solliciter le Service d’Aide à la Jeunesse. Son rôle est de proposer une aide aux jeunes en difficultés ainsi qu’à leurs familiers, par des conseils ou des actions, avant une éventuelle intervention de la justice si besoin était. Il existe un S.A.J. par arrondissement (Namur, Liège, Charleroi, Mons, Tournai, Nivelles, Bruxelles, Marche-en-Famenne, Neufchâteau, Arlon, Huy, Dinant, Verviers). Tu peux prendre contact avec le service dont dépend ton lieu de résidence en leur téléphonant :http://www.aidealajeunesse.cfwb.be/index.php?id=359. Sache que des permanences sont organisées (il suffit de prendre contact avec eux pour en connaître les horaires).

      Tu peux aussi demander l’aide d’une AMO ( service d’aide en milieu ouvert) proche de chez toi, dont notre service, le Service droit des jeunes. Il s’agit de services qui travaillent à la demande des jeunes ou de leur famille et qui travaillent uniquement pour eux. Ce sont des services non-mandatés ; ce qui veut dire qu’ils ne doivent pas rendre compte de leur action à personne d’autre qu’au jeune ( ou à la famille) qui demande son aide. Ils font des permanences gratuites où tu peux les rencontrer soit directement ou en leur téléphonant.

      Nous espérons avoir répondu à ta question.

       

      Le Service Droit des Jeunes.

  3. Ludacris
    le 13 mai 2016 à 07:13

    Bonjour je suis étudiante et j’ai un titre de séjour ( A ) je ne m’entend tellement pas avec ma Mere qu’elle m’a mise dehors j’ai 18 ans et je loge chez des amis pour l’instant et je ne peux pas y rester longtemps parce que je ne ramène rien je voudrais aider au moins à financée le manger mais j’ai pas trouvé de travail et je voulais recevoir mes allocations familiales vu que je ne suis plus sous le toit de ma mère et elle a une carte B et je suis orpheline que dois-je faire aidez moi svp

    • le 17 mai 2016 à 10:28

      Bonjour,

      A partir de 18 ans, un jeune a le droit de toucher lui-même ses allocations familiales à partir du moment où il est domicilié ailleurs que chez ses parents . Il suffit donc de changer de domicile et de contacter la caisse d’allocations familiales pour en faire la demande.

      Cependant, si tu as obtenu ton titre de séjour par regroupement familial avec ta maman et que cela ne fait pas 5 ans que tu as obtenu ton titre de séjour, tu risques de perdre ton titre de séjour si tu n’es plus domiciliée avec ta maman car il y a une obligation de vivre ensemble pendant au moins 5 ans pour obtenir un droit de séjour propre ( te permettant de vivre seule). Il est dès lors dangereux à notre sens de te domicilier ailleurs si cela ne fait pas 5 ans que tu as obtenu ton titre de séjour.

      On espère que ces informations pourront t’aider.

      Cordialement,

      Le Service droit des jeunes

  4. Romane
    le 9 juillet 2015 à 12:46

    Bonjour,

    Mes parents sont séparés. J’ai 19 ans et vis chez ma mère. Mon père verse une pension alimentaire. Auparavant, il contribuait également à payer la moitié des frais scolaires.
    A présent, sous prétexte que le jugement indique que la pension englobe tous les frais, il a stoppé net cette contribution supplémentaire. Hors, la pension ne suffit plus à payer la moitié des frais relatifs à mon éducation. Elle était suffisante quand j’étais enfant, mais à présent les frais scolaires sont beaucoup plus importants et ma mère n’y arrive plus. Si je dois aller travailler pour pouvoir poursuivre mes études, je crains ne pas/plus y parvenir. Par ailleurs, mon père pourrait invoquer ce nouveau prétexte pour stopper définitivement son intervention financière. Ce qui me mettrait vraiment dans les ennuis. Que puis-je faire ? Merci pour votre réponse. Cordialement, Romane

    • le 10 juillet 2015 à 11:08

      Bonjour,

      En vue de te répondre le plus efficacement possible, je vais procéder dans un premier temps à une petite distinction entre la notion d’obligation alimentaire et de contribution alimentaire pour dans un second temps répondre concrètement à tes interrogations.

      1. L’obligation alimentaire :

      Conformément à l’article 301 du Code civil, la pension alimentaire est le montant qui est versé par un des deux époux à son conjoint, après divorce, pour que ce dernier puisse subvenir à ses propres besoins. Il ne faut pas confondre la notion de pension alimentaire avec celle de contribution alimentaire qui concerne le montant que l’un des parents verse à l’autre parent relativement à leurs enfants communs ». (Bruno GYSEL, « Pension alimentaire », http://www.droit-divorce.be/divorce-pension-alimentaire.html).

      2. La contribution alimentaire :

      L’article 203 du Code civil prévoit que les père et mère doivent pourvoir à l’entretien, à l’éducation et à la formation de leurs enfants. Cette obligation est normalement limitée à la minorité mais elle se poursuit au-delà si la formation de l’enfant n’est pas encore achevée. A contrario, la contribution alimentaire des parents cesse donc lorsque la formation de l’enfant est achevée.

      La contribution alimentaire doit, en principe, être versée, non pas à l’enfant, mais à la personne qui t’héberge. Cette règle reste valable lorsque tu as atteint l’âge de la majorité.

      Dans cette matière, il faut toujours vérifier s’il y a une convention de divorce par consentement mutuel ou s’il y a un jugement.

      Concernant le montant de la contribution alimentaire, celui-ci peut être revu lorsque les circonstances changent, par exemple ton départ en kot, la perte d’emploi d’un de tes deux parents.

      Ta mère, en accord avec ton père peut adapter le montant de la contribution alimentaire pour qu’il corresponde à ta nouvelle situation. Toutefois, si tes parents ne parviennent pas à trouver un accord à l’amiable, c’est le juge de la famille qui déterminera le nouveau montant à payer.

      En espérant avoir répondu à ta question. Si tu souhaites davantage d’informations sur le sujet, n’hésite pas à prendre contact avec notre service au 02/209.61.61.

      Le Service droit des jeunes