Bruxelles-J

Tu veux quitter tes parents, quelles aides financières peux-tu obtenir ?

Print this pageEmail this to someoneShare on FacebookTweet about this on Twitter

Quelles que soient les raisons qui font que tu quittes tes parents, et, en dehors du fait que tu devras trouver un logement, gérer ton argent, poursuivre tes études, tu devras, surtout, subvenir à tes besoins. Comme souvent, c’est l’argent qui sera un de tes soucis principaux et aussi, comment l’obtenir ?

Ana-Maria, 2014, Bruxelles

Ana-Maria, 2014, Bruxelles

Avant 18 ans

Les parents ont l’obligation d’élever, d’entretenir (héberger, nourrir, soigner, etc.) et d’assurer la formation de leurs enfants. Cette obligation d’entretien et alimentaire existe quel que soit ton âge, tant que ta formation ou tes études ne sont pas achevés.
Si tes parents sont d’accord, tu peux aller vivre ailleurs, un de tes parents doit alors t’accompagner à la commune pour effectuer ton changement d’adresse.
En principe, sans l’accord de tes parents, tu ne peux pas aller vivre ailleurs. Même si tu as des problèmes importants avec tes parents, tu ne peux pas décider seul(e) de ce que tu vas faire et si tu le fais, cela peut être considéré comme une fugue. Tu devras alors t’adresser soit au SAJ (Service d’aide à la jeunesse), soit au CPAS (Centre public d’action sociale).

SAJ ou CPAS ?

  • Au CPAS
    En tant que mineur, tu pourrais avoir droit à l’aide sociale du CPAS, c’est à dire à une somme d’argent qui te permette de vivre décemment.
    Attention cette aide n’est pas automatiquement régulière. Elle pourrait être accordée de manière ponctuelle, autrement dit, un coup de pouce si tu as, un moment donné, besoin d’un dépannage.
    L’aide sociale n’est pas le revenu d’intégration sociale, qui n’est accordé qu’au majeur.
    Recevoir une aide sociale n’est possible que dans des conditions très spécifiques : si les parents font défaut, si l’autonomie que tu revendiques te permettra d’avoir des conditions de vie conforme à la dignité humaine par exemple si les conflits ou la souffrance vécue en famille ne te permettent plus de vivre avec tes parents (c’est toi qui devra en apporter les preuves).
  • Au SAJ
    Si tu as des gros désaccords avec tes parents, tu peux contacter le Service d’aide à la jeunesse (SAJ). C’est un service spécialisé qui pourra t’aider au mieux, en fonction de tes problèmes. Tu peux y aller avec un(e) ami(e) majeur(e), un(e) assistant (e) social(e), un(e) avocat(e), par exemple, mais tu peux aussi contacter une des AMO bruxelloises.
    Le SAJ entendra éventuellement tes parents ou mettra en place un suivi familial, t’orientera vers des services qui peuvent t’aider, te placera en famille d’accueil ou dans un service résidentiel.
    Dans certains cas graves, le SAJ peut décider d’envoyer ton dossier à un juge de la jeunesse, qui lui ne sera pas dans la négociation, mais pourra imposer son choix de solution.

Le CPAS et le SAJ sont tous les deux chargés de l’aide aux mineurs(es) mais, il arrive souvent que le mineur qui demande une aide au CPAS soit systématiquement renvoyé au SAJ. Pourtant, le CPAS est tenu d’accorder une aide sociale à toute personne dans le besoin, y compris les mineurs. En principe, tu dois d’abord faire valoir ton droit à l’aide sociale au CPAS, le SAJ t’accordera éventuellement une allocation en complément de l’aide du CPAS, en fonction de ta situation.

Bien entendu, tout ceci ne t’empêche pas de t’adresser directement au SAJ afin de trouver une solution aux problèmes familiaux sans qu’il soit question d’une aide financière dans un premier temps.

Il sera donc utile pour toi de te faire aider par un service social, un centre d’information, une AMO (aide en milieu ouvert).

Par ailleurs, si que tu vis seul(e) (domicile distinct de celui de tes parents) tu pourras également demander à percevoir toi-même tes allocations familiales.

Après 18 ans

Tu as envie de plus d’indépendance, tu as besoin de respirer, tu en as marre que tes parents te prennent la tête, ou tes parents en ont marre que tu leur prennes la tête, tu vis une situation difficile que tu ne peux plus gérer au sein de ta famille (violence, grossesse, etc.), tes parents ont décidé de te mettre à la porte, tu penses que tu seras plus heureux (se) si tu ne vis plus avec ta famille de manière permanente… Quitter ses parents n’est pas toujours chose facile, tu devras trouver un petit boulot, un logement proportionnel à tes revenus et continuer éventuellement tes études.

CPAS ou pension alimentaire ?

Même si tu es majeur, tes parents ont toujours une obligation alimentaire envers toi (et réciproquement), tant que ta formation n’est pas achevée ou que tu ne disposes pas de tes propres ressources, comme par exemple lors du stage d’insertion.
Cette obligation d’entretien consiste à t’héberger, t’entretenir (nourrir, veiller aux soins de santé, etc.) et à t’offrir une formation adéquate.

En général, les parents remplissent cette obligation d’entretien par nature puisqu’ils continuent à héberger et à entretenir leurs enfants, même après 18 ans. Mais si tu ne vis plus chez eux et que tu continues tes études, tu es en droit de leur réclamer une pension alimentaire (somme d’argent déterminée en fonction de leurs revenus).

Soit ils décident de te verser volontairement la pension alimentaire qui te permettra de subvenir à tes besoins soit ils refusent.

Il existe alors 2 possibilités, en dehors du fait que tu trouves un job qui te permette de subvenir à tous ou en partie à tes besoins, c’est soit obtenir une pension alimentaire de tes parents (en fonction de leurs ressources financières) par l’intermédiaire du tribunal de la famille, soit obtenir l’aide du CPAS par l’intermédiaire du revenu d’intégration (c’est une somme d’argent qui t’est versée tous les mois).

Pour faire le choix entre ces 2 procédures, il ne faut pas oublier que faire une demande de pension alimentaire, est quand même une procédure en justice civile par laquelle tes parents peuvent être condamnés à payer une pension alimentaire, ça n’améliore en général pas les relations !

Cependant, le CPAS peut exiger qu’une pension alimentaire soit réclamée, il pourrait aussi octroyer l’aide et la récupérer dans un second temps, en tout ou en partie, auprès de tes parents.
Le CPAS dispose d’un très large pouvoir d’appréciation et prend donc sa décision au cas par cas.

Tribunal de la famille : la pension alimentaire

Si tu n’es pas parvenu à un accord à l’amiable avec tes parents sur l’attribution d’une aide financière ou si aucune négociation avec eux n’est possible, il est nécessaire de t’adresser au Tribunal de la famille de ton domicile.
Le rôle du juge sera alors de déterminer si, dans le cadre de l’obligation d’éducation ou d’entretien, tes parents sont tenus de te verser une contribution alimentaire.
Dans le cas où tu ne remplis pas les conditions pour bénéficier d’une aide découlant de l’obligation d’entretien et d’éducation, il est également possible d’introduire une demande d’obligation de secours.

Attention ! Le juge peut décider que la contribution alimentaire de tes parents se fera en nature, s’ils n’ont pas assez de moyens financiers, ils peuvent toujours t’accueillir chez eux et t’entretenir.
Il peut également prendre en considération les rapports entre toi et tes parents.
Ainsi, le juge pourrait par exemple refuser de t’accorder une contribution alimentaire si tu es majeur, que tu as quitté le domicile de tes parents sans raison valable, que tu ne les consultes plus et que tu ne les tiens plus informés du déroulement de tes études.

Au CPAS : le revenu d’intégration sociale

Tu peux aussi t’adresser au CPAS de la commune où tu résides, pour obtenir un revenu d’intégration sociale et/ou des aides sociales (cartes médicales, abonnement gratuit, etc.). L’aide du CPAS n’est pas automatique, si tu as “simplement” envie de quitter tes parents parce que tu en as “marre” d’eux, ce ne sera pas suffisant pour obtenir une aide. Par contre si tu es en conflit, que tu vis une situation particulièrement difficile (violence, grossesse), ta demande sera prise en compte.
Avant d’aller au CPAS, réfléchis bien à la manière dont tu vas expliquer ta situation. N’oublies pas que l’assistant(e) social(e) qui te reçoit ne te connaît pas, il faut donc détailler la situation que tu vis chez tes parents, pour que la décision soit prise de la manière la plus juste.
Par ailleurs, en dehors du revenu d’intégration, tu peux aussi obtenir des aides complémentaires pour payer le minerval, les frais de transports, les soins de santé… Il est donc parfois utile de faire une liste de tous tes besoins, pour être certain(e) de ne rien oublier pendant ton entretien avec l’assistant(e) social(e).

Tu recevras un accusé de réception, prouvant que tu as bien introduit une demande (ce document te servira à introduire un recours si ta demande n’est pas prise en considération et que tu n’es pas d’accord avec la décision). L’assistant(e) social(e) du CPAS va, ensuite, faire une enquête sociale, vérifier ta situation financière, scolaire, les raisons pour lesquelles tu ne veux ou peux plus rester en famille, tes différentes déclarations (par exemple si tu as déclaré que tu vis seul(e)) et celle de tes parents (notamment leur situation financière et leur solvabilité).

Le CPAS devra te donner une réponse dans un délai de maximum 30 jours. Attention, ce n’est pas l’assistant(e) social qui te donne la réponse, mais bien le le Comité Spécial du Service Social.

Tes parents ayant toujours une obligation alimentaire envers toi, peuvent être obligés par le CPAS d’intervenir financièrement pour rembourser une partie du montant du revenu d’intégration sociale.

Le CPAS peut également te contraindre à faire une demande de pension alimentaire auprès du tribunal de la famille.

Depuis le 1e septembre 2016, toutes les personnes aidées par le CPAS doivent obligatoirement signer un contrat PIIS. (Projet Individualisé d’Intégration Sociale)

Attention ! Sache que ce contrat et ce qu’il contient peut être négocié avec l’assistant(e) social(e) avant la signature. N’hésite pas à te faire accompagner lors de ce premier entretien.
Plus d’infos sur le CPAS

Et si je ne veux  pas passer par la justice, existe-t-il des alternatives ?

          L’Aide en milieu ouvert (AMO)

Si tu as moins de 18 ans, que tu as besoin d’écoute ou de conseils, tu pourrais prendre contact avec l’AMO la plus proche de chez toi, dans laquelle tu trouveras des travailleurs sociaux qui pourront t’apporter un soutien et un suivi dans les difficultés que tu rencontres (familiales, administratives, juridiques, scolaires, dans le quartier,…).

L’AMO est un service auquel tu peux faire appel de manière volontaire, gratuite, confidentielle et anonyme.

          Le médiateur familial

C’est une méthode pour résoudre des problèmes, des conflits à amiable au moyen du dialogue et de la réflexion et dans un cadre confidentiel. Cela permet parfois de débloquer des situations nouées.

Le médiateur familial, en tant que personne extérieure et neutre, aide les personnes en conflit à trouver elles-mêmes et ensemble, à partir de leurs besoins, des solutions concrètes, durables et acceptables pour chacun dans un climat constructif et confidentiel.

Tu peux en trouver au sein de certains plannings familiaux (http://loveattitude.be/Liste-centres).

Ou sur le site de la commission fédérales de médiation : http://www.juridat.be/mediation/

Tu pourras recevoir les allocations familiales directement toi-même, dès que tu as changé de domicile. Adresse-toi à

l’Agence Fédérale pour les allocations familiales (FAMIFED)
Rue de Trèves, 9 – 1000 Bruxelles
02 237 21 12 – 02 237 21 11 – 0800 94 434
http://www.rkw.be/fr

En résumé

Les aides existent mais les démarches à accomplir ne sont pas toujours aisées.

En plus, n’oublie pas que tu n’obtiendras qu’une aide financière minimale pour vivre dignement. Trouver un job est donc quasi indispensable. Le revenu provenant d’un job étudiant est déduit du RIS mensuel sauf les premiers 66,73€ pour les boursiers ; 239,25 € pour les non-boursiers.

Tu as une question ?

Remplis le formulaire ci-dessous.

Ton adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec un *

*


96 questions pour “ Tu veux quitter tes parents, quelles aides financières peux-tu obtenir ?

  1. Manax21
    le 17 août 2017 à 20:30

    Bonjour,
    Je m’appelle Manon, j’ai 17 ans et bientôt 18. Je vis très mal chez mes deux parents, ils sont divorcés :
    Chez mon père, ma belle mere cache par exemple les gâteaux pour ne pas que j’en mange ou les savons de douche, mon père est violant.
    Chez ma mère, elle me donne de l’argent mais ne sait pas m’apporter de soutient ne fait rien pour moi. J’aimerais qu’elle fasse plus pour moi et qu’elle comprenne que je demande pas d’argent. Aujourd’hui je voulais simplement qu’elle m’aide à venir chercher des nouveaux meubles que je voulais me commander moi meme et m’acheter moi meme mais elle ne veut rien faire pour moi.

    J’ai besoin de partir prendre l’air car déjà maintenant je suis quelqu’un qui vit toute seule je me débrouille pour tout je suis très autonome, j’ai les capacités de vivre seule mais pas les moyens. Comment faire pour envisager de partir à 18 ans car je préfère m’y prendre à l’avance pour etre sur de moi le jour venu ?
    Merci à vous.

  2. Majeurmars
    le 16 août 2017 à 00:28

    Bonsoir alors voilà je vous explique .
    Depuis l’âge de 8 ans je vis dans une famille constitué de mon père, ma mère, là compagne de mon père et mon frère et ma soeur dans la même maison . Dans la composition de ménage la compagne de mon père est mise comme assistante sociale . Mes deux parents sont handicapés ma mère a eux une rupture d’anévrisme et mon père est handicapé d’un bras . Je ne m’entend plus avec la compagne de mon père, je sors avec une personne de 15 ans plus vieux que moi … Je veux m’en aller et vivre avec mais je n’ai aucun revenu que faire ?

  3. HD2709
    le 15 août 2017 à 16:56

    Bonjour,

    Mon père menace de mettre à la porte depuis presque un an et ça commence a devenir saoulant qu’il me menace sans arrêt ma mère ne lui dit rien, je suis obligé par mon père de rechercher un emploi parce qu’il ne m’a pas laissé le temps de chercher un établissement scolaire pour faire ce dont j’ai toujours voulu faire et il m’en veux aussi parce que j’ai arrêté mon BTS parce que je n’aimais pas du tout.

    Auriez-vous une réponse s’il vous plaît ?

    • HD2709
      le 15 août 2017 à 16:57

      J’ai oublié de vous dire que j’ai bientôt 20 ans.

  4. Lucie
    le 14 août 2017 à 22:35

    Bonjour j’aimerai quitté les parents car c prises de tête et énervement tout les jour j’ai bientôt 17 ans en novembre et jai j’ai un ami qui veut bien meberger il est majeur et c parent sont d’accord

  5. Nora
    le 13 août 2017 à 14:54

    Bonjour,

    Je m’appelle Nora et je vous écris car j’aimerais être éclairée quant à ma situation. Je suis en deuxième année d’études supérieures et suis âgée de 20 ans. Je suis l’aînée d’une famille de 4 enfants. Nous vivons pour l’instant à 6 (mes parents et les 4 enfants) dans un appartement contenant 3 chambres à coucher. Mes parents travaillent (ma maman a mi-temps et mon papa à temps plein).

    Le souci est qu’entre mes frères et soeurs, la différence d’âge est importante. Je m’explique : j’ai 20 ans, mon frère 16 ans, ma soeur 8 ans et le dernier a 1 an. Ma maman est actuellement enceinte d’un cinquième enfant ce qui rend la situation encore plus compliquée.

    Je me retrouve donc dans une chambre avec ma soeur de 8 ans et mon frère d’1 an. Etant donné que mon autre frère a 16 ans, il aurait été malsain qu’il s’installe avec un bébé de 1 an. Tout ça est très compliqué mais devient surtout invivable avec un bébé en route!

    Nous cherchons un logement depuis plusieurs années mais en vain. C’est donc après de longues discussions qu’avec mes parents nous avons décidé que je quitte le domicile familial pour m’installer seule et céder ma place aux plus petits.

    Je travaille en job étudiant tous les samedis et mes parents subviennent à mes besoins sans souci. J’aurais voulu savoir quelles sont les possibilités d’aide qui s’offrent à moi si je m’installe seule en tant que majeure et étudiante.

    Merci d’avance pour votre réponse.

    • Infor Jeunes Bruxelles
      le 17 août 2017 à 13:09

      Bonjour Nora,

      Comme tu es majeure, tu peux sans problème partir du domicile familial.
      Dans ta situation (mise à part le manque de place), la décision de partir de la maison vient de toi et de tes parents, tu devrais donc théoriquement disposer de moyen de financier permettant de mettre en place ton projet.

      Si tu pense que tes parents ne sont pas en mesure de t’aider financièrement, tu peux introduire une demande d’aide auprès du CPAS de ta commune de résidence.
      Il faut savoir que, généralement, le CPAS n’aide malheureusement pas les jeunes qui veulent prendre leur indépendance car il estime qu’ils doivent être capable de subvenir eux-mêmes à leurs besoins. Il risquerait donc de refuser ta demande d’aide s’il estime que tu as créé ton état de besoin (en déménageant sans avoir de revenu,…).

      Dans la pratique, lorsque tu introduis une demande d’aide, un(e) assistant(e) social(e) effectue une enquête sociale et une visite à domicile afin de vérifier que tu sois bien dans les conditions pour bénéficier de cette aide.
      On te demandera alors de fournir toute une série de documents, d’informations sur ta situation familiale, tes revenus, le contexte qui t’as mené à habiter seule, de notamment de prouver que tes parents ne peuvent pas t’aider (ce qui n’est pas évident).
      S’il n’y en a pas, le CPAS tentera de savoir dans quelle mesure tes parents peuvent subvenir à tes besoins. Si tes parents en ont les moyens, il est donc probable que le CPAS leur demande d’intervenir.
      L’enquête sociale sera ensuite soumise au Comité Spécial du Service Social du CPAS qui décidera si tu as droit au revenu d’intégration ou non, et il nous est malheureusement impossible de prédire leur décision.

      pour d’autres questions, n’hésite pas à nous recontacter.

  6. Pandours
    le 11 août 2017 à 18:19

    Bonjour. je vais parler pour la situation de mon copain.
    Il aura 18 ans le 09 décembre de cette année. Ils sont 9 a la maison ( 10 enfants dont 3 partis) et ses parents le privent beaucoup; l’obligeant a rester a la maison, a ne pas sortir, a partir en vacances avec eux a chaque fois etc. Ils nous limitent tres beaucoup, on ne peut pas se voir assez, deja que on ait une relation a distance lui et moi. Ça devient completement inssuportable pour nous car sa mere ne pense pas au futur de son fils, et elle le bloque a la maison. Il veut partir le plus tot possible mais n’ose pas a ses 18 ans car il a peur de pas savoir financer seul de vivre par lui même. Quelle serait la solution pour qu’il puisse partir le plus tôt possible sans se retrouver dans des problèmes d’argent ? Il voudrait attendre d’avoir finit ses études ( il rentre en 5 eme secondaire) et d’avoir un boulot avant de partir de chez lui, mais si il pourrait partir plus tôt sans problème ce serait bien…

    • Infor Jeunes Bruxelles
      le 14 août 2017 à 12:14

      Bonjour Bandours,

      Avant tout, nous conseillons à ton copain, s’il le souhaite, d’envisager une médiation familiale afin de résoudre à l’amiable les conflits entre ses parents et lui. Le médiateur familial est une tierce personne qui va les aider à trouver des solutions concrètes, durables et acceptables dans un cadre confidentiel. Il trouvera des médiateurs familiaux dans certains plannings familiaux (http://loveattitude.be/Liste-centres).

      Sache que comme ton copain est encore mineur, il ne peut décider de quitter ses parents, même s’il existe une situation conflictuelle avec ces derniers. Même s’il a des problèmes avec ses parents, il ne peut quitter le domicile familial et vivre ailleurs sans leur accord; sinon cela serait considéré comme une fugue. Il est obligé de rester chez ses parents jusqu’à sa majorité; à moins que ces derniers l’accompagnent dans son projet.

      A sa majorité, il peut sans problème quitter le domicile familial sans demander l’avis de ses parents. Dans ce cas, il devra avoir les ressources suffisantes pour s’assumer tout seul. S’il n’en a pas, il pourrait introduire une demande d’aide auprès du CPAS de sa commune de résidence.
      Il faut savoir que, généralement, le CPAS n’aide malheureusement pas le jeune qui veut prendre son indépendance car il estime qu’il doit être capables de subvenir lui-même à ses besoins. Il risquerait donc de refuser sa demande d’aide s’il estime qu’il a lui-même créé son état de besoin (en déménageant sans avoir de revenu,…).

      Dans la pratique, lorsqu’un jeune introduit une demande d’aide, un(e) assistant(e) social(e) effectue une enquête sociale et une visite à domicile afin de vérifier qu’il soit bien dans les conditions pour bénéficier de cette aide.
      On lui demandera alors de fournir toute une série de documents, d’informations sur sa situation familiale, ses revenus, le contexte qui l’a amené à habiter seul, de notamment prouver sa rupture familiale (ce qui n’est pas évident). S’il n’y en a pas, le CPAS tentera de savoir dans quelle mesure ses parents peuvent subvenir à ses besoins. Si ses parents en ont les moyens, il est donc probable que le CPAS leur demande d’intervenir. En effet, le CPAS estime que c’est en principe aux parents de subvenir aux besoins des enfants jusqu’à la fin de leurs études/formations et ce, même s’ils sont majeurs et/ou ils résident ailleurs.
      L’enquête sociale sera ensuite soumise au Comité Spécial du Service Social du CPAS qui décidera s’il a droit au revenu d’intégration ou non. Il nous est malheureusement impossible de prédire leur décision.

      Pour d’autres questions, n’hésite pas à nous recontacter.

  7. Fred
    le 10 août 2017 à 22:53

    J’ai 18, je menace mon père de mort régulièrement. Aujourd’hui je l’ai menacé avec un couteau et demandé à des pots qui ont des armes de venir le butter.

    La police est intervenue et m’a privé de liberté même pas une heure, le juge m’a immédiatement relaxé, même si les vidéos de sécurité on filmé la scène.  Cette nuit je suis chez un pot, mais mon père ne veut plus que je rentre dans sa maison car la prochaine fois il n’appellera plus la police et se défendra. Puisque j’ai beau faire des conneries la justice ne fait rien.

    Je n’ai pas de ressource, j’ai déjà été viré de deux stages en carrosserie, car je ne suis pas motivé et j’en ai rien à foutre.

    Est-ce que j’ai le droit de demandé une pension alimentaire, car mon père et ma mère ne se sentent plus en sécurité chez eux quand je suis là?

    Greg

    • Infor Jeunes Bruxelles
      le 11 août 2017 à 10:55

      Bonjour Fred,

      Il est toujours possible de demander une pension alimentaire si tu ne vis plus chez tes parents. Soit cette pension alimentaire est réglée à l’amiable soit c’est le juge du tribunal de la famille qui décidera si tes parents doivent te payer une pension alimentaire et son montant.

      Normalement, les parents doivent subvenir aux besoins de leurs enfants tant que ceux-ci sont étudiants (et donc dans l’incapacité de subvenir à leurs propres besoins). Si vous deviez passer devant un juge, celui-ci prendra en compte toute la situation familiale.

      L’usage de la violence, que ce soit de toi envers ton père ou de ton père envers toi est répréhensible par la loi. Si le climat familial est tendu au point que vous en arriviez à être violent l’un envers l’autre, il pourrait être intéressant d’essayer d’en parler avec un autre organisme. Tu peux t’adresser à différentes associations:

      • Les AMO aident normalement les jeunes de moins de 18 ans dans toutes les problématiques qui peuvent les toucher. Certaines AMO dépassent cette limite d’âge sans problème. Tu peux donc tout à fait t’adresser à eux: http://bruxelles-j.be/amo/
      • Vous pourriez également faire appel à un service de médiation familiale: http://www.amf.be/. Le médiateur familial, tiers impartial, aide les personnes en conflit à trouver elles-mêmes et ensemble, à partir de leurs besoins, des solutions concrètes, durables et acceptables pour chacun dans un climat constructif et confidentiel.
      • Tu pourrais également t’adresse à un Centre d’Action Social Global: http://www.fdss.be/CASG.php Tu y trouveras des travailleurs sociaux qui pourront t’aider dans tes démarches mais aussi en fonction des centres, des juristes, médiateurs…
      • Si tu souhaites parler à un psychologue de ta situation familiale et personnelle, tu peux te rendre dans un planning familial: http://www.loveattitude.be/

      N’hésite pas à nous recontacter si tu as d’autres questions.

  8. Melanonyme
    le 9 août 2017 à 13:27

    Bonjour, je m’appelle Mélanie et j’ai 18 ans. Depuis toute petite je vie mal chez moi car j’ai été maltraité par ma mère car elle a d’énormes problèmes psychologiques et mon père n’a jamais réussi à l’ammener se faire soigner car elle n’était pas daccord. Et actuellement, les conflits avec mes parents sont très intense. Mon père est très discrêt il a 73 ans et je lui en veux inconsciemment car il ne m’a jamais rien appris, pareil pour ma mère puisqu’elle n’a jamais travailler. Mes parents ne s’entendent pas ils ne se parlent pas. On vit à 3 qu’avec un seul revenu (retraite) de mon père donc cela complique encore plus la situation.. j’ai fais 2 tentatives de suicides j’ai été hospitaliser plusieurs jours, août dernier, et aussi cette année il y a pas très longtemps. Je dois actuellement prendre mon indépendance car je n’arriverais jamais à avancer. Toute la famille a coupé les ponts avec mes parents, je me sens seule. J’habite dans une petite ville et je veux faire un BTS en alternance (muc), j’ai trouver l’école mais pas l’entreprise encore donc si je ne trouve pas d’entreprise je pense travailler en intérim. Pour l’instant je n’ai rien et j’aimerais partir de chez moi car j’ai trop accumulé. J’ai trouvé un appartement à 260€ avec une estimation de 190€ d’APL, peut être que mon père va un peu m’aider mais je ne pense pas que cela soit suffisant car il y a beaucoups de choses à payer comme l’électricité, l’eau, les assurances, etc..
    je suis perdu et ne sait quoi faire, j’ai été hospitaliser il y a 1 semaine et je suis complètement perdu…

    Merci d’avance..

    • Infor Jeunes Bruxelles
      le 10 août 2017 à 11:55

      Bonjour Melanonyme,

      Il nous semble que tu habites en France, en revanche, Bruxelles-J est une plateforme d’informations pour les jeunes bruxellois, ainsi nous ne sommes pas en mesure de te renseigner sur les différentes aides disponibles en France.
      Cependant, nous t’invitons à te renseigner auprès d’un centre d’information jeunesse près de chez toi sur les aides sociales dont tu pourrais bénéficier. Tu seras accueillie par des travailleurs sociaux auxquels tu pourras expliquer l’urgence de ton autonomie vis-à-vis de tes parents. Ainsi, soit ils te donneront directement les informations sur les aides sociales dont tu pourrais bénéficier, soit ils t’orienteront vers le service d’aide le plus approprié à ta situation.
      De la même manière, tu pourras leur demander des conseils concernant ta recherche de stage pour ton BTS MUC
      Tu trouveras ici le lien vers les différents Centres Régionaux d’Information Jeunesse en cliquant sur le lien suivant: http://www.crij.org/france

      N’hésite pas à nous contacter pour toute question supplémentaire.

  9. Yanissa
    le 7 août 2017 à 19:14

    Bonjour je suis une fille, j’ai 17 ans et je vis depuis plus ou moins un mois chez mon copain car je me faisais maltraiter, frapper, insulter,…etc par mes parents, ils m’ont pris mon téléphone et m’ont dit que je n’avais plus le droit de travailler… Un jour mon père m’a insultée et m’a dit de partir, ce que j’ai fais. A côté de cela mes parents ont été inventer des propos sur mon copain afin de le priver de sa liberté et de l’éloigner de moi, étant concernée par leurs propos j’ai été auditionnée et comme je suis mineure ils étaient présents et ont entendu chaque réponse aux questions et ils ont donc appris que j’avais toujours contact avec mon copain ce qui a tout empiré. La police et le SAJ sont au courant de ma situation mais le SAJ à mis en place une médiation familiale, j’ai rendez vous le 21 août avec ma mère et j’aimerais réclamer mes allocations familiales car c’est bientôt la rentrée et mon copain n’a pas les moyens de me payer tout ce qui concerne l’école mais lorsque j’en ai parlé à la femme qui prend en charge mon dossier elle m’a dit que ce ne serait pas possible car cela n’arrangerait pas la situation mais ce n’est pas ce que je veux j’aimerais juste être indépendante avoir mon propre appartement et me trouver un travail à côté de mes études, je fais m’a dernière année et souhaiterais continuer après. Enfin j’aimerais juste savoir comment m’y prendre car mes parents veulent que je revienne mais je sais très bien que c’est juste pour encore me faire souffrir jusqu’à mes 18 ans, je ne suis pas en sécurité là-bas, en plus ils vendent des substances illicites qui se fument je ne veux vraiment pas retourner chez eux. Enfin j’aimerais savoir si je dois demander de l’aide au CPAS ou si je dois attendre de rencontrer m’a mère. Que dois je faire? Je vous remercie d’avance pour votre aide

    • Infor Jeunes Bruxelles
      le 8 août 2017 à 11:34

      Bonjour Yanissa,

      Pour pouvoir percevoir ses allocations familiales soi-même, il faut être domicilié à une autre adresse que celle de ses parents. Pour pouvoir se domicilier à une autre adresse que celle de ses parents lorsqu’on est mineur, il faut l’accord des parents. Dans ton cas, cela semble donc compliqué.

      Le SAJ devrait tout mettre en oeuvre pour te protéger et prendre en considération ta situation et tes inquiétudes. Si tu souhaites pouvoir parler à un autre organisme qui pourrait t’aider dans tes démarches, nous te conseillons de contacter une AMO. Les AMO sont là pour aider tous les jeunes mineurs dans toutes les situations qui les concernent. Ils pourront également t’aider dans ta relation avec le SAJ et avec tes parents si tu le souhaites. Tu peux leur parler de ta situation en toute sécurité car les travailleurs des AMO sont tenus au secret professionnel et n’agissent que dans ton intérêt et seulement avec ton accord. Tu trouveras la liste de toutes les AMO de Bruxelles sur cette page: http://bruxelles-j.be/amo/ (si tu n’es pas de Bruxelles: http://pro.guidesocial.be/associations/services-d-aide-milieu-ouvert-amo-1580.html)

      En ce qui concerne l’aide du CPAS, tu peux effectivement demander une aide. Cependant, si tu es déjà suivie par le SAJ, il se peut que le CPAS attendent la décision du SAJ par rapport à ta situation. Tu peux tout de même te présenter au CPAS si tu le désires. L’aide du CPAS n’est pas automatique et c’est seulement après enquête sociale que le CPAS déterminera s’il peut t’aider et comment. Tu peux également en parler avec l’AMO qui pourra t’aider dans ces démarches.

      N’hésite pas à nous recontacter si tu as d’autres questions.

  10. Cécile
    le 7 août 2017 à 16:08

    Bonjour,

    J’ai 22 ans, je viens d’avoir mon CESS. Je veux continuer dans des études universitaires, j’ai supplié mon père (mon seul parent) de me soutenir dans ces études, mais il veut bien juste payer le 1/3 du minerval (900€ en tout et donc il paye 300€) et je devrai payer le reste avec mes allocations familiales.

    Il refuse toute autre aide, du coup, je vais me retrouver à 120km de l’école (pas de kot puisque pas d’argent), l’uniforme à payer (ce n’est pas une école privée), abonnement de train, matériel scolaire + les sandwichs et la nourriture pour le petit déjeuner car il refuse d’acheter de quoi déjeuner au matin ou de quoi faire des tartines, il prépare seulement le dîner du soir, c’est tout, un vrai radin qui en ras le bol de ses gosses…

    Je ne sais pas quoi faire, le CPAS ne veut pas m’aider à cause « de mon parcours scolaire difficile », et j’ai peur d’entamer une procédure en justice pour demander le paiement de tous mes frais, car j’ai peur que la justice me dise « que mon parcours scolaire a été chaotique et que ces études ne correspondent pas à mes capacités, etc. ».

    Pensez-vous qu’une procédure en justice pour demander le paiement de tous mes frais scolaires aurait une chance de réussite en voyant mon âge et le fait que je viens d’obtenir mon CESS ?

    PS: il gagne +- 1700€ net par mois et il a accepté de payer mon ma sœur (qui fait déjà des études) mais pas pour moi, c’est injuste !

    • Infor Jeunes Bruxelles
      le 8 août 2017 à 14:17

      Bonjour Cécile,

      Si le motif de refus du CPAS est « ton parcours scolaire difficile », alors tu peux entamer une procédure de recours contre cette décision. En effet, le CPAS peut te refuser une aide parce qu’il juge que ton père peut être en mesure de subvenir à tes besoins, mais pas en faisant référence à ton parcours scolaire antérieur. Sa décision devant toujours se prendre sur la situation de fait du demandeur au moment de la demande.
      Tu as alors un délai de 3 mois à partir de la prise de connaissance de la décision du CPAS pour introduire un recours au Tribunal du travail. Et, sache que ton âge et ton parcours scolaire ne peuvent en aucun cas être des obstacles pour introduire ce recours.

      Quant à la situation avec ton père, tu peux si tu le souhaites, dans un premier temps envisager une médiation familiale afin de voir dans quelle mesure il pourrait intervenir dans le financement de tes études supérieures. Le médiateur familial est une tierce personne qui va vous aider à trouver des solutions concrètes, durables et acceptables dans un cadre confidentiel. Tu trouveras des médiateurs familiaux dans certains plannings familiaux (http://loveattitude.be/Liste-centres).

      Si la situation ne se débloque pas, tu pourrais alors saisir la justice pour l’amener à t’aider. Ce sera au juge de statuer si ton père peut t’aider ou pas et à quelle hauteur; en fonction de ses revenus et dépenses.

      Pour d’autres questions, n’hésite pas à nous recontacter.

      • Cécile
        le 8 août 2017 à 16:09

        Merci, le médiateur ne servira malheureusement à rien, quand il s’agit d’argent, mon père se fiche de tout. Et c’est vraiment bizarre pour le cpas car ils ont réellement insister sur mon âge et mon « parcours scolaire difficile » pour le refus, j’vais aller faire ce recours.

        Encore merci, bonne journée.

        • Infor Jeunes Bruxelles
          le 9 août 2017 à 11:20

          Bonjour Cécile,

          Si tu penses que l’intervention d’un médiateur n’aurait pas d’intérêt, tu es libre de ne pas contacter ce service.

          Quant au CPAS, même si tu as l’intention d’introduire un recours contre cette première décision, nous te conseillons d’introduire parallèlement une nouvelle demande. Cela te permettra de sauvegarder tes droits au cas où le recours sera jugé tardivement. De plus, tu pourras apporter de nouveaux éléments lors de la nouvelle enquête sociale comme ton inscription effective à l’université avec tous les frais que cela engendre (le coût du trajet, les frais scolaires, etc.).

          Pour d’autres questions, n’hésite pas à nous recontacter.

          • Cécile
            le 9 août 2017 à 14:27

            Je ne savais pas que je pouvais faire une nouvelle demande, ils ne m’ont rien dit.

             

            Encore merci et bonne journée.

  11. Madison.D
    le 3 août 2017 à 15:44

    Bonjour , je vous adresse ce message j’ai 17 ans , je vie actuellement chez ma grand mére car ma mére a donner son accord pour que j’habite avec elle. Le soucis c’est que je ne peut plus rester comment faire pour une aide , financière , voir un peut pour mon indépendance !

    • Infor Jeunes Bruxelles
      le 4 août 2017 à 13:32

      Bonjour Madison.D,

      En principe, avant tes 18 ans, sans l’accord de tes parents, tu ne peux pas aller vivre ailleurs. Même si tu as des problèmes importants avec tes parents et/ou ta grand mère, tu ne peux pas décider seule de ce que tu vas faire et si tu le fais, cela peut être considéré comme une fugue.

      Une alternative serait de te rendre auprès d’une AMO près de chez toi (http://pro.guidesocial.be/associations/services-d-aide-milieu-ouvert-amo-1580.html ou http://bruxelles-j.be/amo/) où tu rencontreras des professionnels qui pourront te te conseiller ou te réorienter; et plus particulièrement au sein d’un Service Droit des Jeunes. Tu trouveras leurs coordonnées sur http://www.sdj.be/spip.php?page=contact&v=j. Leurs services sont gratuits.

      Si tu habites Bruxelles, sache qu’ils organisent leurs permanences du lundi au vendredi (sauf le jeudi) du 13h à 17h au sein de notre service situé à la Rue Van Artevelde, 155; 1000 Bruxelles.

      Au sein de ces services, tu pourrais obtenir des informations sur les aides financières. Mais sache qu’en tant que mineur, tu pourrais avoir droit à l’aide sociale du CPAS, c’est à dire à une aide ponctuelle (un coup de pouce à un moment donné te permettant de te dépanner) souvent octroyée sous forme d’une aide financière, en nature (alimentation, chauffage, fourniture scolaire)?, d’une caution locative, aide médicale, aide à la gestion financière.
      Attention, l’aide sociale n’est pas le revenu d’intégration sociale, qui n’est accordé qu’au majeur et qui lui est octroyé de manière mensuelle sous certaines conditions (Plus d’informations sur http://bruxelles-j.be/droits-sociaux/obtenir-de-laide-du-cpas/

      Tu pourrais éventuellement prendre contact avec le SAJ (Service d’aide à la jeunesse) afin de trouver une solution aux problèmes familiaux sans qu’il soit question d’une aide financière dans un premier temps. C’est un service spécialisé qui pourra t’aider au mieux, en fonction de tes problèmes. Le SAJ entendra éventuellement tes parents ou mettra en place un suivi familial, t’orientera vers des services qui peuvent t’aider, te placera en famille d’accueil ou dans un service résidentiel. Dans certains cas graves, le SAJ peut décider d’envoyer ton dossier à un juge de la jeunesse. Plus d’informations sur : http://www.sdj.be/IMG/pdf/2015-07-sdj-broch-aidejeun_saj_bat.pdf

      Avant de passer par le SAJ, tu pourrais aussi, si tu le souhaites, envisager une médiation familiale, c’est une méthode de résolution à l’amiable des conflits dans un cadre confidentiel, ce qui permet de débloquer des situations nouées.

      Le médiateur familial, en tant que tiers impartial, aide les personnes en conflit à trouver elles-mêmes et ensemble, à partir de leurs besoins, des solutions concrètes, durables et acceptables pour chacun dans un climat constructif et confidentiel.Tu trouveras des médiateurs familiaux au sein de certains plannings familiaux (http://pro.guidesocial.be/associations/?z=planning+familial&c=&arrondissement= ou http://www.spfb.brussels/sites/default/files/documents/Liste_planning_familial.pdf).

      D’autres questions ? N’hésite pas à nous recontacter!

  12. Laura P.
    le 3 août 2017 à 01:10

    Bonjour,

    Je suis majeure (+20) et on a pris la décision avec ma mère à force de se disputer qu’il était temps pour moi de partir habiter seule (ou peut-être avec mon copain mais plus tard). Mes parents sont divorcés depuis des années et mon père verse une pension alimentaire depuis des années à ma mère dont il est d’accord d’orienter le versement vers mon compte une fois que je serai partie. J’ai toujours été sous la garde de ma mère depuis + de 10 ans donc c’est elle qui reçoit mes allocations. Si je pars j’ai lu que j’allais avoir mes allocations, de l’Etat, mais ais-je aussi le droit de demander une pension alimentaire à ma mère désormais ? Cela me semblerait logique de recevoir de l’aide de ses 2 parents…

    Merci à vous d’avance pour votre aide :)

    • Infor Jeunes Bruxelles
      le 3 août 2017 à 15:39

      Bonjour Laura P.,

      En principe, tes parents ont l’obligation de subvenir à tes besoins tant que tu ne disposes pas de tes propres moyens pour subvenir à tes besoins, ce qui recouvre toute la durée de tes études ou de ta formation, et ce peu importe que tu sois majeure et/ou que tu résides ailleurs. Cette obligation, se fait généralement de façon spontanée et en nature (te loger, te nourrir, te vêtir, etc.) Si tu décides de vivre ailleurs ou que tes parents te demandent de quitter le domicile familial, ils n’en seront pas dispenser.
      En effet, cette obligation peut se poursuivre jusqu’à ce que tu disposes de moyens suffisants pour te lancer dans la vie professionnelle (diplôme, emploi, ..); elle n’a donc pas de réelle limite légale et une fois que l’obligation d’éducation et d’entretien cesse, c’est l’obligation de secours (obligation alimentaire générale et réciproque entre les membres d’une même famille) qui prend le relais.

      Dans la pratique, si tu souhaites demander une pension alimentaire, tu pourrais soit en négocier une, soit contraindre tes parents à te payer une pension alimentaire en passant par le Tribunal de la Famille.

      Dans le cas où tu introduis une demande auprès du Juge, sache qu’il évaluera également si l’exécution en nature de l’obligation alimentaire de tes parents n’est pas/plus possible. Si c’est le cas, tes parents effectivement pourraient se voir imposer le versement d’une certaine somme d’argent permettant de t’aider à financer ta prise d’autonomie, mais cette obligation de secours n’est pas automatique. En effet, on tiendra compte de ton état de besoin, mais aussi de la situation financière de ta mère (voire de ton père, pour voir s’il n’est pas nécessaire de modifier le montant qu’il t’octroie).

      Il faut également savoir qu’en principe une pension alimentaire n’est pas un revenu suffisant pour subvenir à tous tes besoins puisque pour déterminer le montant de ta pension, le Juge tiendra compte du revenu et des charges de tes parents.

      Tu pourras trouver des d’informations à ce sujet sur : http://bruxelles-j.be/ton-autonomie/tu-es-mineur/les-pensions-alimentaires-comment-ca-marche/

      Une alternative serait de solliciter une aide financière auprès du CPAS de ta commune. Le CPAS pourrait en effet t’octroyer un revenu d’intégration en déduisant le montant de ta (tes)  pension(s) alimentaire(s) et de tes allocations familiales; cela dit , le CPAS effectuera une enquête sociale afin de vérifier si tu remplis les critères d’admission. Plus d’infos sur le CPAS en cliquant sur : http://bruxelles-j.be/droits-sociaux/obtenir-de-laide-du-cpas/

      D’autres questions ? N’hésite pas à nous recontacter!

      • Laura P.
        le 4 août 2017 à 03:13

        Merci beaucoup ! Donc en théorie si mon père me verse une pension alimentaire, ma mère devra en faire de même en fonction de son salaire, emprunt contracté etc.?

        Merci

        • Infor Jeunes Bruxelles
          le 4 août 2017 à 15:30

          Bonjour Laura P. ,

          Comme dit précédemment tu pourrais négocier à l’amiable avec ta mère pour en obtenir une, ou, comme tu le dis, passer par un juge qui décidera en fonction de sa situation financière globale (salaire, emprunts, dettes, dépenses,…). Celle-ci sera toujours analysée afin de définir la possibilité d’intervention de ta mère en fonction des ressources dont  elle dispose. Il évaluera alors si l’exécution en nature de l’obligation alimentaire de tes parents n’est pas/plus possible.

          Mais il faut tout de même savoir que l’octroi d’une pension alimentaire n’est pas automatique. En effet, on tiendra compte de la situation financière de ta mère mais aussi de ton état de besoin, de ce que te verse ton père, ….

          D’autres questions ? N’hésite pas à nous recontacter!

  13. laur49
    le 30 juillet 2017 à 10:43

    Bomjour,

    J’ai 23 ans et je vis encore chez mes parents. Je viens d’obtenir un bachelier en traduction (non professionalisant) mais je ne souhaite plus poursuivre mes études et compte suivre une formation pour pouvoir trouver un emploi. Cependant, mes parents vont bientôt déménager dans une autre ville (actuellement nous vivons à Bruxelles) et je n’ai pas envie de les suivre. La première raison est que je ne souhaite plus vivre aux dépens de mes parents qui n’ont plus beaucoup de moyens (ma mère a été déclarée invalide par la mutuelle après un accident et ne perçoit plus qu’un revenu réduit, tandis que mon beau-père est retraité). J’ai d’ailleurs décidé de ne pas poursuivre mes études parce que je ne veux plus être un poids pour mes parents en leur demandant de payer mon minerval qui s’élève à 835 euros. En conclusion, j’ai 23 ans et j’aimerais prendre mon indépendance et ne plus dépendre financièrement de mes parents. Quelles aides le CPAS peut-il alors m’offrir ? Je suis prête à suivre une formation qui me permettra de trouver un emploi, mais je ne peux plus vivre avec mes parents qui mettent tout le temps la pression et je ne peux malheureusement rien faire sans revenus. Je suis perdue et je ne sais pas comment m’y prendre.

    • Infor Jeunes Bruxelles
      le 31 juillet 2017 à 15:24

      Bonjour Laur49,

      En principe, lorsqu’on est majeure et que l’on souhaite quitter le domicile familial, il faut généralement disposer de ses propres moyens pour subvenir à ses besoins. Lorsque ce n’est malheureusement pas le cas, il est possible d’introduire une demande d’aide auprès du CPAS (OCMW) de ta commune.

      Dans ce cas, tu dois savoir que même si tu pourrais théoriquement ouvrir le droit au revenu d’intégration l’aide du CPAS n’est pas automatique.  En effet, lorsque tu introduis une demande d’aide, un(e) assistant(e) social(e) effectuera une enquête sociale et une visite à domicile afin de vérifier que tu sois bien dans les conditions pour bénéficier de cette aide.

      On te demandera alors de fournir toute une série de documents, d’informations sur ta situation familiale, le contexte qui fait que tu souhaiterais habiter seule, tes revenus, parfois de prouver une rupture familiale (ce qui n’est pas toujours évident)…

      L’enquête sociale sera ensuite soumise au Comité Spécial du Service Social du CPAS qui décidera si tu as droit au revenu d’intégration. C’est pourquoi il est donc important que l’assistant(e) social(e) soit informé(e) de toute ta situation et de ton contexte familial qui peuvent parfois constituer des éléments considérables pour que la décision soit prise de la manière la plus juste.

      Si tu décides d’arrêter ta formation, tu devras parallèlement à ta demande au CPAS, t’inscrire en stage d’insertion auprès d’Actiris.  Au terme de ce stage d’insertion, si tu n’as pas trouvé de travail, tu percevras des allocations d’insertion (c-à-d des allocations de chômage sur base des études).  Toutes les informations utiles se trouvent sur http://bruxelles-j.be/travailler/ton-premier-emploi/tu-termines-tes-etudes-quelles-demarches-dois-tu-effectuer

      N’hésite pas à me recontacter si tu souhaites continuer la discussion.

  14. alyajass
    le 29 juillet 2017 à 15:11

    Bonjours alors voilà j’ai 19 ans et j’ai énormément de problème avec ma mère et mon beau père ma mere est très croyante chez nous tu ne part pas de la maison sans être marié sauf que le climat chez moi me derange vraiment beaucoup je suis vraiment a bout jettouffe avec eux êtres les cris les dispute etc.. Je n’y arrive pas j’ai envie de partir début septembre le de commencer ma formation.. Car je naï aucun revenu je ne sais pas si la mission local pourront m’aider

    • Infor Jeunes Bruxelles
      le 31 juillet 2017 à 16:39

      Bonjour Alyajass,

      Effectivement, la mission locale peut t’aider mais pour tout ce qui est accompagnement pour recherches d’emploi (rédaction de cv et de lettres de motivation, t’aider à postuler, préparer les entretiens d’embauche, etc.).

      Quant à ta volonté de quitter le domicile familial, comme visiblement ce ne sont pas tes parents qui veulent que tu partes de la maison, si tu le souhaites, tu peux envisager une médiation familiale afin de résoudre à l’amiable les conflits entre ta mère, ton beau-père et toi. Le médiateur familial est une tierce personne qui va vous aider à trouver des solutions concrètes, durables et acceptables dans un cadre confidentiel. Tu trouveras des médiateurs familiaux dans certains plannings familiaux (http://loveattitude.be/Liste-centres).

      Et si vous ne trouvez pas de solution à l’amiable, tu pourrais introduire une demande d’aide au CPAS de ta commune de résidence puisque tu n’as aucun revenu. Mais, il faut savoir que, l’aide du CPAS n’est pas automatique. En effet, normalement, les parents doivent subvenir aux besoins de leurs enfants tant qu’ils sont en formation. Le CPAS analysera donc les raisons qui te poussent à vouloir prendre ton indépendance.

      Dans la pratique, lorsque tu introduis une demande d’aide, un(e) assistant(e) social(e) effectue une enquête sociale et une visite à domicile afin de vérifier que tu sois bien dans les conditions pour bénéficier de cette aide.
      On te demandera alors de fournir toute une série de documents, d’informations sur ta situation familiale, tes revenus, le contexte qui t’as mené à habiter seule, de notamment prouver ta rupture familiale (ce qui n’est pas évident). S’il n’y en a pas, le CPAS tentera de savoir dans quelle mesure tes parents peuvent subvenir à tes besoins. Si tes parents en ont les moyens, il est donc probable que le CPAS leur demande d’intervenir. En effet, le CPAS estime que c’est en principe à tes parents de subvenir à tes besoins jusqu’à la fin de ta formation ou pendant toute la durée de tes études, et ce même si tu es majeure et/ou que tu résides ailleurs.

      L’enquête sociale sera ensuite soumise au Comité Spécial du Service Social du CPAS qui décidera si tu as droit au revenu d’intégration ou non, et il nous est malheureusement impossible de prédire leur décision.

      Pour d’autres questions, n’hésite pas à nous recontacter.

  15. Jord27
    le 27 juillet 2017 à 11:06

    Bonjours je m apelle Jordane je suis une fille je viens d avoir 19 ans je n est plus ma maman ducoup je suis seul avec mon pere met qui me fais des bleu qui me fais des menace et qui raconte des mensonges au infirmière,médecin,aide familial et tout le monde le crois lui il fais la victime met ses moi la victime des fois il m enferme si il a le feu j ai pas de cle tout se qui appartien à mz maman il dit que ses à lui alor quand on se dispute il dit dès chose comme TEs pas chez toi et dès chose esur ma maman horrible j ai perdu ma maman a 11 ans j en plus plus de vivre chez mon pere
    J en et marre j ai pas fini l école
    Et j ai pas envie de me retrouver au cpas à mon âge et je n ai plus de famille Merci de vos conseil
    J en et

    • Infor Jeunes Bruxelles
      le 27 juillet 2017 à 14:05

      Bonjour Jord27,

      Si tu es maltraitée par ton père, nous te conseillons de te faire aider. Tu peux te tourner vers différents organismes:

      Le CPAS pourrait t’aider à quitter le domicile de ton papa en t’accordant une aide financière et t’aider dans tes démarches d’autonomisation avec un(e) assistant(e) social(e). L’aide du CPAS n’est pas automatique. En effet, celui-ci fera une enquête sociale pour analyser ta situation et pour voir si dans ton cas, il est nécessaire de quitter le domicile familial. C’est pour cela qu’il est important d’expliquer toute ta situation à l’assistant(e) social(e) que tu rencontreras. Même si tu n’as pas envie d’être au CPAS à ton âge, cela pourrait te permettre dans un premier temps d’améliorer ta situation.

      Si dans un premier temps, tu as besoin de parler de ta situation et de recevoir des conseils mais que tu ne sais pas te déplacer, n’hésite pas à appeler « écoute enfant ». Il te suffit de composer le 103 sur ton téléphone (numéro gratuit) pour pouvoir parler avec un travailleur social. Ils sont disponibles tous les jours de 10h à minuit.

      N’hésite pas à nous recontacter si tu as d’autres questions.

  16. Gabrielle
    le 25 juillet 2017 à 23:19

    Bonsoir ,

    J’ai 19 ans et je viens d’apprendre que je suis enceinte. Je pense sérieusement à garder cet enfant mais je sais que à l’annonce de tout cela ma relation avec mes parents va en pâtir et je devrai quitter la résidence familiale. Mon père est au chômage et ma mère a un petit salaire car heures de travail diminués à à cause de soucis de santé.Je compte poursuivre mes études mais je ne sais pas du tout comment je vais me débrouiller entre mon minervale , les besoins du bébé , la crèche qui coûte très chère , ect … J’aimerai savoir quelles aides nous pouvons avoir mon bébé au niveau du logement mais aussi financièrement.

    • Infor Jeunes Bruxelles
      le 26 juillet 2017 à 11:03

      Bonjour Gabrielle,

      En principe, lorsqu’on est majeure et que l’on souhaite quitter le domicile familial, il faut généralement disposer de ses propres moyens pour subvenir à ses besoins. Lorsque ce n’est malheureusement pas le cas, il est possible d’introduire une demande d’aide auprès du CPAS (OCMW) de ta commune.

      Dans ce cas, tu dois savoir que même si tu pourrais théoriquement ouvrir le droit au revenu d’intégration l’aide du CPAS n’est pas automatique.

      En effet, lorsque tu introduis une demande d’aide, un(e) assistant(e) social(e) effectuera une enquête sociale et une visite à domicile afin de vérifier que tu sois bien dans les conditions pour bénéficier de cette aide.

      On te demandera alors de fournir toute une série de documents, d’informations sur ta situation familiale, le contexte qui fait que tu souhaiterais habiter seule, tes revenus, parfois de prouver une rupture familiale (ce qui n’est pas toujours évident)… Mais également dans quelle mesure le père de ton futur enfant pourrait intervenir (pour autant qu’il l’ai reconnu), mais surtout dans quelle mesure tes parents peuvent subvenir à tes besoins.
      En effet, puisque tu es toujours étudiante, sache que pour ce genre de situation, le CPAS estime généralement que c’est en principe à tes parents de subvenir à tes besoins jusqu’à la fin de ta formation ou pendant toute la durée de tes études, et ce même si tu es majeure et/ou que tu résides ailleurs.

      Ils ne seront donc pas dispensés de cette obligation, même s’ils te demandent de quitter le domicile familial.Si tes parents en ont les moyens, il est donc probable que le CPAS leur demande d’intervenir, ou même te demande de leur solliciter une pension alimentaire par conciliation ou en passant par le Tribunal de la Famille, sauf s’il estime que la situation familiale pourrait se détériorer à cause de cette demande.

      L’enquête sociale sera ensuite soumise au Comité Spécial du Service Social du CPAS qui décidera si tu as droit au revenu d’intégration. C’est pourquoi il est donc important que l’assistant(e) social(e) soit informé(e) de toute ta situation et de ton contexte familial qui peuvent parfois constituer des éléments considérables pour que la décision soit prise de la manière la plus juste.

      Attention, sache que puisque tu es toujours étudiante, le CPAS auquel tu adresseras ta demande restera compétent pour ton dossier pendant toute la durée ininterrompue de tes études (et ce même si tu déménages).

      Une alternative, si tu le souhaites, serait d’envisager de contacter un médiateur familial, qui en tant que tiers impartial, proposera des méthodes de résolution  des conflits à l’amiable (c’est à dire à partir des besoins de chacun) afin d’essayer de débloquer une situation nouée, et/ou de trouver des solutions concrètes, durables et acceptables pour chacun dans un cadre confidentiel.

      Tu trouveras des médiateurs familiaux au sein de certains plannings familiaux (http://pro.guidesocial.be/associations/?z=planning+familial&c=&arrondissement= ou http://loveattitude.be/Liste-centres).

      Les centres de planning familial constituent des lieux d’accueil chaleureux, où chacun peut trouver un soutien, une aide quel que soit son âge. Dans ceux-ci tu trouveras également des assistants sociaux qui pourront te conseiller en matière d’aide sociale (CPAS, logement/hébergement,…) et des gynécologues qui pourront suivre ta grossesse. Les consultations médicales s’organisent avec ou sans rendez-vous selon les centres, et tu pourras t’y présenter seule ou accompagnée.

      N’hésite pas à nous recontacter si tu as d’autres questions.

  17. Marie
    le 24 juillet 2017 à 19:26

    Bonjour, je vies chez mes parents et je suis en apprentissage..
    J’aimerais trouver un appartement et être indépendante.. mais seul problème, c’est l’argent.. j’aurais voulu savoir quelles aides ont les majeurs dans des cas comme ça

    • Infor Jeunes Bruxelles
      le 25 juillet 2017 à 11:28

      Bonjour Marie,

      Normalement lorsqu’on est majeur et que l’on souhaite quitter le domicile familial, il faut généralement disposer de ses propres moyens pour subvenir à ses besoins. Si ce n’est pas le cas, tu peux essayer d’obtenir une aide auprès du CPAS de ta commune. Mais l’aide ne sera accordée que si le départ de chez tes parents est impératif et qu’ils n’ont pas les moyens de t’aider. Le droit à une aide dépend aussi du montant de tes revenus en tant qu’apprentie.

      Consulte cette page pour trouver les coordonnées des CPAS à Bruxelles :

      http://bruxelles-j.be/droits-sociaux/obtenir-de-laide-du-cpas/ou-sadresser-et-comment-faire-trouver-plus-dinfos-sur-internet/

      Il est important lors de ton rendez-vous avec l’assistant social qu’il soit informé de toute ta situation et de ton contexte familial qui peuvent parfois constituer des éléments considérables pour que la décision soit prise de la manière la plus juste.

      Pour plus d’informations, contacte  nous !

  18. Kate98
    le 24 juillet 2017 à 09:21

    Bonjour j’ai 19 ans je vie en Flandre avec ma mère m’a petite sœur et mon grand-père et je suis encore scolarisé (6eme général ).
    Ma mère et moi avons dès relations conflictuel depuis très longtemps et elle m’a déjà mise à la porte 1 fois et depuis je suis menacé d’être mise à la rue avant mes 20 ans, aujourd’hui je viens d’apprendre que je suis enceinte ce qui n’arrangera en rien les relation avec ma mère et je ne craint qu’elle ne me mette définitivement à la porte.
    Je n’ai aucune famille ou aller où même revenue pour m’en sortir, je ne touche pas d’aide et ma mère n’accepte pas que je travaille pour me concentrer sur mes études.
    Je ne sais pas quoi faire.

    • Infor Jeunes Bruxelles
      le 25 juillet 2017 à 12:06

      Bonjour Kate98,

      En principe, lorsqu’on est majeure et que l’on souhaite quitter le domicile familial, il faut généralement disposer de ses propres moyens pour subvenir à ses besoins. Lorsque ce n’est malheureusement pas le cas, il est possible d’introduire une demande d’aide auprès du CPAS (OCMW) de ta commune.

      Dans ce cas , tu dois savoir que même si tu pourrais théoriquement ouvrir le droit au revenu d’intégration l’aide du CPAS n’est pas automatique.

      En effet, lorsque tu introduis une demande d’aide, un(e) assistant(e) social(e) effectuera une enquête sociale et une visite à domicile afin de vérifier que tu sois bien dans les conditions pour bénéficier de cette aide.

      On te demandera alors de fournir toute une série de documents, d’informations sur ta situation familiale, le contexte qui fait que tu souhaiterais habiter seule, tes revenus, parfois de prouver une rupture familiale (ce qui n’est pas toujours évident)… Mais également dans quelle mesure le père de ton futur enfant pourrait intervenir (pour autant qu’il l’ai reconnu), mais surtout dans quelle mesure tes parents peuvent subvenir à tes besoins.
      En effet, puisque tu es toujours étudiante, sache que pour ce genre de situation, le CPAS estime généralement que c’est en principe à tes parents de subvenir à tes besoins jusqu’à la fin de ta formation ou pendant toute la durée de tes études, et ce même si tu es majeure et/ou que tu résides ailleurs.

      Ils ne seront donc pas dispensés de cette obligation, même s’ils te demandent de quitter le domicile familial.Si tes parents en ont les moyens, il est donc probable que le CPAS leur demande d’intervenir, ou même te demande de leur solliciter une pension alimentaire par conciliation ou en passant par le Tribunal de la Famille, sauf s’il estime que la situation familiale pourrait se détériorer à cause de cette demande.

      L’enquête sociale sera ensuite soumise au Comité Spécial du Service Social du CPAS qui décidera si tu as droit au revenu d’intégration. C’est pourquoi il est donc important que l’assistant(e) social(e) soit informé(e) de toute ta situation et de ton contexte familial qui peuvent parfois constituer des éléments considérables pour que la décision soit prise de la manière la plus juste.

      Attention, sache que puisque tu es toujours étudiante, le CPAS auquel tu adresseras ta demande restera compétent pour ton dossier pendant toute la durée ininterrompue de tes études (et ce même si tu déménages).

      Une alternative, si tu le souhaites, serait d’envisager de contacter un médiateur familial, qui en tant que tiers impartial, proposera des méthodes de résolution  des conflits à l’amiable (c’est à dire à partir des besoins de chacun) afin d’essayer de débloquer une situation nouée, et/ou de trouver des solutions concrètes, durables et acceptables pour chacun dans un cadre confidentiel.

      Tu trouveras des médiateurs familiaux au sein de certains plannings familiaux (http://pro.guidesocial.be/associations/?z=planning+familial&c=&arrondissement= ou http://loveattitude.be/Liste-centres).

      Les centres de planning familial constituent des lieux d’accueil chaleureux, où chacun peut trouver un soutien, une aide quel que soit son âge. Dans ceux-ci tu trouveras également des assistants sociaux qui pourront te conseiller en matière d’aide sociale (CPAS, logement/hébergement,…) et des gynécologues qui pourront suivre ta grossesse. Les consultations médicales s’organisent avec ou sans rendez-vous selon les centres, et tu pourras t’y présenter seule ou accompagnée.
      D’autres questions ? N’hésite pas à nous recontacter!

  19. Ryan
    le 22 juillet 2017 à 06:19

    Bonjour j’ai 21ans,Je bénéficie actuellement du revenu d’intégration depuis bientôt 1 an mais j’habite toujours chez mes parents et une partie de la somme leur est reversée. J’aimerais quitter la maison car les relations sont tendues entre Nous et ça s’empire de jours en jours. Mais je ne vois pas bien quelles étapes entreprendre. Merci de m’éclairer

    • Infor Jeunes Bruxelles
      le 24 juillet 2017 à 12:05

      Bonjour Ryan,

      Généralement, le CPAS présente des réticences à aider un jeune à quitter ses parents car théoriquement, lorsqu’on est majeur et que l’on souhaite quitter le domicile familial, il faut généralement disposer de ses propres moyens pour subvenir à ses besoins. De ce fait, le CPAS pourrait estimer qu’en quittant ta maison sans avoir de revenu, tu as créé ton état de besoin, et pourrait donc refuser ta demande.

      Ceci dit, comme tu es déjà aidé par un CPAS, tu pourrais discuter de ton souhait de quitter le domicile familial à ton assistant(e) social(e) en lui expliquant le contexte dans lequel tu vis, en lui montrant que tu as déjà entamé des recherches de logements,… De cette manière, tu pourras te faire une idée de l’avis du CPAS concernant l’éventualité de pouvoir prendre ton autonomie et éviter de te retrouver à devoir payer un logement sans avoir l’aval du CPAS.

      Une alternative, si tu le souhaites, serait d’envisager une médiation familiale. C’est une méthode de résolution à l’amiable des conflits dans un cadre confidentiel, ce qui permet souvent de débloquer des situations nouées.

      Le médiateur familial, en tant que tiers impartial, aide les personnes en conflit à trouver elles-mêmes et ensemble, à partir de leurs besoins, des solutions concrètes, durables et acceptables pour chacun dans un climat constructif et confidentiel.Tu trouveras des médiateurs familiaux au sein de certains plannings familiaux (http://loveattitude.be/Liste-centres).

      D’autres questions ? N’hésite pas à nous recontacter!

       

  20. WY
    le 20 juillet 2017 à 11:40

    J’ai une amie qui va être en
    foyer elle a 17 ans et elle va avoir 18 la loi lui permet d’habiter chez un ami quant elle auras 18 ans?

    • Infor Jeunes Bruxelles
      le 24 juillet 2017 à 10:27

      Bonjour WY,

      Théoriquement elle pourrait prendre la décision de vivre chez un ami lorsqu’elle aura 18 ans puisqu’à partir de cet âge là, elle peut en principe prendre la décision d’habiter où elle le souhaite (mais doit généralement disposer de ses propres moyens pour subvenir à ses besoins). De plus, l’aide à la Jeunesse s’arrête effectivement à partir de ses 18 ans, cela signifie qu’à partir de ce moment, les services qui dépendent de ce secteur ne sont en principe plus compétents pour ton amie.

      Par contre, dans la pratique, il est possible qu’elle soit actuellement suivie par une structure ou par un Juge qui pourrait prévoir, à l’arrivée de ces 18 ans, la mise en place d’un projet de mise en autonomie dans un appartement (seule) ou d’un suivi par un autre service.

      D’autres questions ? N’hésite pas à nous recontacter!

  21. Bruna
    le 19 juillet 2017 à 21:18

    Bonjour, je suis majeur (19 ans) et j’habite à Bruxelles. Je suis encore étudiante (5TQ), je ne travaille pas, mes parents vont partir dans notre pays d’origine, mais je ne veux pas y aller. Comment doit-je faire pour pouvoir rester? Et si je demande de l’aide au CPAS mais qu’ils n’acceptant pas? Que doit-je faire?

    Merci

    • Infor Jeunes Bruxelles
      le 24 juillet 2017 à 10:14

      Bonjour Bruna,

      En principe, lorsqu’on est majeure et que l’on souhaite quitter le domicile familial, il faut généralement disposer de ses propres moyens pour subvenir à ses besoins. Lorsque ce n’est malheureusement pas le cas, tu as effectivement la possibilité d’introduire une demande d’aide auprès du CPAS de ta commune.

      Dans le cas où tu envisages d’introduire une demande d’aide au CPAS, tu dois savoir que même si tu pourrais ouvrir le droit au revenu d’intégration l’aide du CPAS n’est pas automatique.

      En effet, lorsque tu introduis une demande d’aide, un(e) assistant(e) social(e) effectuera une enquête sociale et une visite à domicile afin de vérifier que tu sois bien dans les conditions pour bénéficier de cette aide.

      On te demandera alors de fournir toute une série de documents, d’informations sur ta situation familiale, le contexte qui fait que tu souhaiterais habiter seule, tes revenus,… Mais également dans quelle mesure tes parents peuvent subvenir à tes besoins car le CPAS estime généralement que c’est en principe à tes parents de subvenir aux besoins de leurs enfant  pendant toute la durée de tes études, et ce même si tu es majeure et/ou que tu résides ailleurs.

      L’enquête sociale sera ensuite soumise au Comité Spécial du Service Social du CPAS qui décidera si tu as droit au revenu d’intégration. C’est pourquoi il est donc important que l’assistant(e) social(e) soit informé(e) de toute ta situation et de ton contexte familial qui peuvent parfois constituer des éléments considérables pour que la décision soit prise de la manière la plus juste.

      Si ta demande est refusée, sache que tu peut demander à être entendue par le Comité. Tu as également la possibilité d’introduire un recours auprès du Tribunal du Travail dans les trois mois qui suivent la notification de la décision. Plus d’informations sur http://bruxelles-j.be/droits-sociaux/obtenir-de-laide-du-cpas/que-faire-en-cas-de-decision-negative-du-cpas/.

      Une autre alternative serait de te trouver un emploi pour te permettre de financer ton projet d’autonomie.

      D’autres questions ? N’hésite pas à nous contacter!

  22. ZABTA
    le 19 juillet 2017 à 13:30

    Bonjour je vous laisse ce message car dans ma famille pour tout vous dire les choses vont mal depuis mon cm1 (actuellement je passé en bts 18ans) je me sens seul ma situation avec ma propre famille est étrange je ne sais comment la d’écrire mais disons que nous sommes comme des êtres vivant de façon individuel sous un même toit ça ne veut rien dire mais voilà je me sens seul et j’aimerais aménager dans un appartement pour pouvoir vivre correctement et ce de mes moyens je sais que vous ne comprendrai pas mais j’espère de vos réponses Merci bonne journée.

    • Infor Jeunes Bruxelles
      le 19 juillet 2017 à 16:15

      Bonjour Zabata,

      Il semblerait que tu habites la France.

      Si c’est le cas, nous sommes désolés mais nous ne pourrons pas répondre à tes questions car Bruxelles-J est une plate-forme d’information belge. Nous ne sommes donc malheureusement pas spécialisés dans la législation française et les différentes aides possibles dans ta situation.
      Nous t’invitons à poser ta question au CIDJ de ta région afin de connaître tes droits: http://www.cidj.com/reseau-ij/france-metropolitaine?departement=974#reseau-ij

      Si ta question est liée à la Belgique, pourrais-tu nous repréciser pour quel(s) sujet(s) tu aurais besoin de notre aide ?

      D’autres questions ? N’hésite pas à nous contacter!

  23. Millor
    le 19 juillet 2017 à 00:43

    Bonjour, mon père est un manipulateur. Mes 2 frères ont déjà quitté la maison car c’est invivable. Je suis le suivant. Je dois récupérer mes affaires demain à 11h sinon il va tout mettre dehors. J’ai déjà fait des démarches l’année dernière au CPAS mais sans succès. Aujourd’hui je suis majeur. Je Rentre en 6eme secondaire en septembre. La maman de ma copine veut bien m’héberger le temps de trouver une autre solution . que dois je faire ?

    • Infor Jeunes Bruxelles
      le 19 juillet 2017 à 11:12

      Bonjour Millor,

      Comme tu es majeur, tu pourrais réessayer d’introduire une demande d’aide auprès du CPAS de la commune dans laquelle tu as introduit ta première demande (ce CPAS sera d’ailleurs compétent pour ton dossier pendant toute la durée ininterrompu de tes études). En effet, il faut savoir que même si tu as déjà eu un refus, le CPAS prend en compte ton état de besoin au moment ou tu (ré)introduis une demande. Il sera donc tenu de faire une nouvelle enquête sociale pour déterminer si à présent tu peux ouvrir un droit au revenu d’intégration social. En effet, lorsque tu réintroduiras une demande on te demandera à nouveau de fournir toute une série de documents et d’informations sur ta situation familiale, tes revenus, le contexte qui t’as mené à habiter chez ta copine,…

      Comme le CPAS estime généralement que c’est en principe aux parents de subvenir aux besoins de leur enfant pendant toute la durée de leurs études (et ce même s’il sont majeurs et/ou qu’ils résident ailleurs),  ton père ne sera donc sans doute pas dispensés de cette obligation, même s’il te demande de quitter le domicile familial. Le CPAS a donc la possibilité de questionner dans quelle mesure tes parents peuvent subvenir à tes besoins. Si tes parents en ont les moyens, il est donc probable que le CPAS leur demande d’intervenir, ou même te demande de leur solliciter une pension alimentaire par conciliation ou en passant par le Tribunal de la Famille, sauf s’il estime que la situation familiale pourrait se détériorer à cause de cette demande.

      Il est donc important que l’assistant(e) social(e) soit informé(e) de toute ta situation pour que la décision soit prise de la manière la plus juste.

      Ensuite, ta situation sera une nouvelle fois soumise au Comité Spécial du Service Social du CPAS qui décidera si tu as droit au revenu d’intégration, et ce dans un délai de 30 jours.

      Concernant ta situation familiale, tu peux, si tu le souhaites, envisager une médiation familiale, c’est une méthode de résolution amiable des conflits dans un cadre confidentiel, ce qui permet parfois de débloquer des situations nouées.

      Le médiateur familial, en tant que tiers impartial, aide les personnes en conflit à trouver elles-mêmes et ensemble, à partir de leurs besoins, des solutions concrètes, durables et acceptables pour chacun dans un climat constructif et confidentiel. Tu trouveras des médiateurs familiaux au sein de certains plannings familiaux (http://loveattitude.be/Liste-centres).

      D’autres questions ? N’hésite pas à nous recontacter!

  24. S.- Marie
    le 16 juillet 2017 à 19:30

    Bonjour;

    Je me permets de vous contacter, car je ne trouve pas sur internet les informations nécessaires à mon problème. Je vous demande aide sur une situation épineuse, suite à un divorce fait en 2005 et sur un versement de pension alimentaire toujours d’actualité pour notre enfant majeur, n’habitant plus chez moi.

    Ma fille 19 ans a décidé de quitter mon domicile pour poursuivre ces études à Liège, prendre son indépendance, vivre avec son copain et se domiciliée avec lui. Elle a reçu mon accord et avons déménagés ces affaires début juillet 2017. Elle a contacté et parlé a son papa de sa décision, du changement, de sa nouvelle adresse et situation familiale. Il n’était d’accord.

    Elle reçoit une pension alimentaire chaque mois de son père. Mais par contre ce dernier ne veut rien entendre, ne concède pas payer directement cette pension sur le compte personnelle de notre fille et ce malgré la mutation de sa situation! Il invoque comme raison, qu’il a toujours payé sur mon compte bancaire, ne veut pas changer la domiciliation en faveur de notre fille et qu’il y a le « Jugement »! Mais celui-ci a été fait il y a 12ans!

    J’ai déjà contacté les allocations familiales du changement familiale et ils sont tout à fait d’accord de payer les alloc en direct à notre fille, sans passer par mon intermédiaire.

    Vu les énormes problèmes vécus avec le papa jusqu’à ce jour, j’ai tenté de lui faire entendre raison en voyant un mail avec tous les courriels des allocations familiales mais rien n’y a fait! Il se bloque. Je ne veux plus avoir affaire avec lui de peur de représailles en tous genres (Piratage de mes comptes sociaux et mails) et d’autres manipulations diverses incessantes.

    Svp, que faire dans ce cas épineux? Que faire pour que le papa paye directement la pension alimentaire à notre fille et qu’elle puisse prendre enfin son indépendance comme elle le souhaite (Si cette dernière y a encore droit, vu que son copain à un contrat de travail à durée indéterminée)?

    D’avance mille mercis de prendre le temps de me lire et pour votre bienveillance d’un retour, afin de solutionner ce dossier rapidement.

    Cordialement.

    • Infor Jeunes Bruxelles
      le 17 juillet 2017 à 17:02

      Bonjour S.- Marie,

      En principe, le père de votre fille est normalement tenu de continuer à lui verser une pension alimentaire tant qu’elle est étudiante.

      À partir de 18 ans, elle a effectivement la possibilité de demander à percevoir sa pension alimentaire sur son compte.

      Cela dit, vous pourriez peut-être envisager de lui reverser le montant de sa pension alimentaire chaque mois étant donné qu’elle n’est plus domiciliée avec vous et qu’elle ne sera fiscalement plus à votre charge.

      Une alternative serait de prendre contact avec le Tribunal de la Famille afin d’envisager une modification du jugement, car même si celui-ci date d’il y a une douzaine d’années, il est actuellement valable. De plus, cela permettra au Juge de réévaluer ses besoin est d’envisager une modification du montant de sa pension alimentaire. Sachez que même si votre fille habite avec son copain, cela n’enlève en rien la responsabilité qu’ont les parents quant à une éventuelle contribution alimentaire.

      D’autres questions ? N’hésite pas à nous recontacter!

       

  25. MisaLisa
    le 14 juillet 2017 à 02:06

    Bonsoir, je m’appelle Lisa j’ai 17 ans et 4 mois. Cela fait environs 3ans qu’avec mes parents c’est très dure à vivre il y a eu vraiment une rupture familiale et vue que j’ai beaucoup de frère et soeur ils se sont tous mis contre moi, il ya beaucoup de chose qui on fait que j’ai plus vraiment confiance, moi je sortais voir mes amis parce que chez moi ça n’allait pas et eux mes parents ne le comprenaient pas donc ça partait vraiment loin avec violence certaine fois plusieur fois j’ai dû fugué, parfois je partais même pour souffler car j’en pouvais plus, j’ai été au SAJ mais ils n’ont rien pu faire, j’allais chez la PMS de mon école qui m’aider un peu. Je travaille super bien a l’école mais ma condition rend les choses trop difficile j’aimerais enfin vivre seule avoir mon indépendance, aller a l’ecole trouver un travail et vivre seule pcq c’est très dure je ne touche aucun argent de mes parents c’est rare qu’il m’en donne je suis une jeune fille comme même c’est très compliqué ici je demande juste de l’aide qui va aboutir à quelque chose, je tiens a précisé que mm quand je travaille je n’ai pas totalement le droit de touchée à mon argent c’est dommage, merci beaucoup à bientôt.

    • Infor Jeunes Bruxelles
      le 17 juillet 2017 à 15:49

      Bonjour Misa Lisa,

      En principe, avant tes 18 ans, sans l’accord de tes parents, tu ne peux pas aller vivre ailleurs. Même si tu as des problèmes importants avec tes parents, tu ne peux pas décider seule de ce que tu vas faire et si tu le fais, cela peut être considéré à nouveau comme une fugue.

      Nous te conseillons de t’adresser à une AMO près de chez toi ((http://pro.guidesocial.be/associations/services-d-aide-milieu-ouvert-amo-1580.html ou http://bruxelles-j.be/amo/)  et plus précisément au le SDJ, une AMO juridique qui t’accompagnera dans les démarches, fera avec toi le point sur ta situation et pourra te renseigner et évaluer les différentes possibilités : http://bruxelles-j.be/nos-partenaires/service-droits-des-jeunes/.
      Si tu habites Bruxelles, sache qu’ils organisent leurs permanences du lundi au vendredi (sauf le jeudi) du 13h à 17h au sein de notre service situé à la Rue Van Artevelde, 155; 1000 Bruxelles.

      N’hésite pas à nous recontacter pour toute autre question.

  26. Emilie
    le 13 juillet 2017 à 21:32

    Bonjour, je vous écrit là maintenant car j’ai honte de moi même car j’ai seulement 17 ans (18 ans dans moins de 8mois) j’ai beaucoup de conflit avec ma mère on ne se supporte pu, c’est vraiment plus vivable…. Elle veux me mettre dehors , j’aurai aimer savoir si je pouvais avoir une aide du CPAS en sachant que je ne vais plus a l’école.. Je n’ai aucun argent, travail alors je ne sais même pas où aller alors je vous contacte car j’ai vu que je pourrais quelque chose.

    Je voudrais avoir mon indépendance, mon appartement est une vie saine car je suis toujours stressé, angoissé et la peur m’envahis car ma mère a voulu me frapper alors que j’avais seulement 15 ans et maintenant que j’en ai 17. Elle a voulu encore me refrapper.

    Je vis avec la peur, l’angoisse depuis quelque année car je n’ai pas voulu dire à personne ce qu’il m’arrivait alors voilà je vous contacte vous êtes ma seule chance.

    • Infor Jeunes Bruxelles
      le 17 juillet 2017 à 15:24

      Bonjour Emilie,

      En principe, avant tes 18 ans, sans l’accord de tes parents, tu ne peux pas aller vivre ailleurs. Même si tu as des problèmes importants avec tes parents, tu ne peux pas décider seule de ce que tu vas faire et si tu le fais, cela peut être considéré comme une fugue.

      Tu pourrais t’adresser à une AMO près de chez toi ((http://pro.guidesocial.be/associations/services-d-aide-milieu-ouvert-amo-1580.html ou http://bruxelles-j.be/amo/)  et plus précisément au le SDJ, une AMO juridique qui t’accompagnera dans les démarches, fera avec toi le point sur ta situation et pourra te renseigner et évaluer s’il y a lieu de porter plainte dans ta situation: http://bruxelles-j.be/nos-partenaires/service-droits-des-jeunes/ . Si tu habites Bruxelles, sache qu’ils organisent leurs permanences du lundi au vendredi (sauf le jeudi) du 13h à 17h au sein de notre service situé à la Rue Van Artevelde, 155; 1000 Bruxelles.

      En tant que mineur, tu pourrais avoir droit à l’aide sociale du CPAS, c’est à dire à une somme d’argent qui te permette de vivre décemment.
      Attention cette aide n’est pas automatiquement régulière. Elle pourrait être accordée de manière ponctuelle, autrement dit, un coup de pouce si tu as, un moment donné, besoin d’un dépannage.
      L’aide sociale n’est pas le revenu d’intégration sociale, qui n’est accordé qu’au majeur.
      Recevoir une aide sociale n’est possible que dans des conditions très spécifiques?: si les parents font défaut, si l’autonomie que tu revendiques te permettra d’avoir des conditions de vie conforme à la dignité humaine par exemple si les conflits ou la souffrance vécue en famille ne te permettent plus de vivre avec tes parents (c’est toi qui devra en apporter les preuves).

      Il est donc important que l’assistant(e) social(e) soit informé(e) de toute votre situation (ou plutôt celle de ton frère) pour que la décision soit prise de la manière la plus juste.

      Si tu souhaites, tu pourrais également envisager une médiation familiale. Le médiateur familial, en tant que tiers impartial, aide les personnes en conflit à trouver elles-mêmes et ensemble, à partir de leurs besoins, des solutions concrètes, durables et acceptables pour chacun dans un climat constructif et confidentiel.tu trouveras la liste des médiateurs familiaux au sein de certains plannings familiaux (http://loveattitude.be/Liste-centres).  Tu pourrais effectivement envisager qu’il soit présent pour amorcer une discussion avec ta mère (si ton souhait de quitter le domicile familiale se confirme).

      Tu pourrais également prendre contact avec le SAJ (Service d’aide à la jeunesse) afin de trouver une solution aux problèmes familiaux sans qu’il soit question d’une aide financière dans un premier temps. C’est un service spécialisé qui pourra t’aider au mieux, en fonction de tes problèmes. Le SAJ entendra éventuellement tes parents ou mettra en place un suivi familial, t’orientera vers des services qui peuvent t’aider, te placera en famille d’accueil ou dans un service résidentiel. Dans certains cas graves, le SAJ peut décider d’envoyer ton dossier à un juge de la jeunesse. Plus d’informations sur : http://www.sdj.be/IMG/pdf/2015-07-sdj-broch-aidejeun_saj_bat.pdf

      N’hésite pas à nous recontacter pour toute autre question.

  27. Camile
    le 12 juillet 2017 à 10:11

    Bonjour, j’aimerais prendre un appartement avec mon copain, son revenu d’intégration n’est pas passé car ils disent qu’il a tous qu’il faut pour vivre , hors que ce n’est pas le cas et qu’on aimerait partir hors d’ici. Qu’elles sont les autres solutions si il y en a ?         Merci d’avance

    • Infor Jeunes Bruxelles
      le 13 juillet 2017 à 11:57

      Bonjour Camile,

      Si vous êtes toujours étudiants, le CPAS évalue les raisons pour lesquelles vous souhaitez quitter le domicile familial.
      Dans votre situation, il est possible que les raisons évoquées ne soient pas suffisantes, et que le CPAS refuse par conséquent de financer la mise en autonomie.
      Vous pouvez si vous le souhaitez demander une révision du dossier ou introduire un recours pour contester la décision prise.
      Les autres possibilités seraient :
      – Un job étudiant permettant de financer votre projet;
      – Une aide sociale octroyée par la Haute école ou Université.

      N’hésite pas à nous recontacter pour toute autre question.

  28. Lolonana
    le 7 juillet 2017 à 21:38

    Bonjour, je vais avoir 18ans le 27juillet, et j’ai beaucoup de conflit avec ma mère on ne se supporte pu, c’est vraiment plus vivable…. Elle veux me mettre dehors , j’aurai aimer savoir si je pouvais avoir une aide du CPAS en sachant que je ne vais plus a l’école.. Et que jai daide de personne. Je vais postuler dans les intérim des que j’ai 18ans pour travailler. Merci de vos réponses .

    • Infor Jeunes Bruxelles
      le 10 juillet 2017 à 16:03

      Bonjour Lolonana,

      Lorsque tu seras majeure, tu pourras théoriquement introduire une demande d’aide auprès du CPAS de ta commune.

      Dans le cas où tu envisages d’introduire une demande d’aide au CPAS, tu dois savoir que même si tu pourrais théoriquement ouvrir le droit au revenu d’intégration, l’aide du CPAS n’est pas automatique. En effet, le CPAS présente souvent des réticences à aider un jeune qui n’a pas de revenu car en principe, lorsqu’on est majeur et que l’on souhaite quitter le domicile familiale, il faut généralement disposer de ses propres moyens pour subvenir à ses besoins. De ce fait, le CPAS pourrait estimer qu’en quittant ta maison sans avoir de revenu, tu as créé ton état de besoin, et pourrait donc refuser ta demande d’aide.

      Dans la pratique, lorsque tu introduis une demande d’aide, un(e) assistant(e) social(e) effectuera une enquête sociale et une visite à domicile afin de vérifier que tu sois bien dans les conditions pour bénéficier de cette aide.

      On te demandera alors de fournir toute une série de documents, d’informations sur ta situation familiale, le contexte qui fait que tu souhaiterais habiter seule, tes revenus, parfois de prouver une rupture familiale (ce qui n’est pas toujours évident)… Mais également dans quelle mesure tes parents peuvent subvenir à tes besoins. Si tes parents en ont les moyens, il est donc probable que le CPAS leur demande d’intervenir, ou  te demande même de leur solliciter une pension alimentaire par conciliation ou en passant par la Justice de Paix, sauf s’il estime que la situation familiale pourrait se détériorer à cause de cette demande. Il faut également savoir qu’en principe une pension alimentaire n’est pas un revenu suffisant pour subvenir à tous tes besoins et qu’elle sera déduite du montant auquel tu devrais théoriquement avoir droit au CPAS.

      Sache également que l’enquête sociale sera ensuite soumise au Comité Spécial du Service Social du CPAS qui décidera si tu as droit au revenu d’intégration et ce dans un délai de 30 jours.

      Une alternative serait effectivement de te trouver un emploi pour financer ton projet d’autonomie.

      D’autres questions ? N’hésite pas à nous recontacter!

  29. kekebronxg
    le 7 juillet 2017 à 21:35

    bonjour j’ai passer le bac s  2 fois et je les rater a chaque fois et pourtant j’ai travailler pour l’obtenir .

    mes parents j’en peut plus je vis ni avec ma mere ni avec mon pere mais pourtant ils me gave je vis avec ma grand mere mais avoir une grand mere c cool mais c pas la meme chose de vivre avec elle j’en est marre de leurs reflexion a la con . je suis myopathe j’ai des probleme musculaire.je voudrais partir de chez ma grand mere et prendre mon indepence ? j’ai qu’une seul sources de revenus c 80euro 2 fois dans le mois et sa px varié j’ai 19 ans j’ai pas de diplôme j’ai pas le permi pas de sources de revenus sure je suis dans une belle merde .

    svp aidez moi j’en px vraiment plus

    • Infor Jeunes Bruxelles
      le 10 juillet 2017 à 15:52

      Bonjour Kekebronxg,

      Il semblerait que tu habites la France.

      Si c’est le cas, nous sommes désolés mais nous ne pourrons pas répondre à tes questions car Bruxelles-J est une plate-forme d’information belge. Nous ne sommes donc malheureusement pas spécialisés dans la législation française et les différentes aides possibles dans ta situation.
      Nous t’invitons à poser ta question au CIDJ de ta région afin de connaître tes droits: http://www.cidj.com/reseau-ij/france-metropolitaine
      Si ta question est liée à la Belgique, n’hésite pas à revenir vers nous pour que nous puissions répondre à ta question!

      Courage!

  30. Florine
    le 5 juillet 2017 à 20:24

    Bonsoir, j’ai quinze ans et je voudrais savoir si, à cet âge, on pouvait bénéficier des aides financières (CPAS) quand on quitte le foyer familial. Ma situation familiale est compliquée (véritablement depuis 2ans maintenant). Ma mère a trouvé un nouveau compagnon et je suis (avec mon frère de 19 ans) en conflit continuel avec lui. Je ne souhaite pas vivre chez un autre membre de ma famille et, avec  l’accord de ma mère, j’aimerais possèder mon propre logement ou, si mon frère le souhaite, vivre avec lui. Je voudrais aussi savoir si je peux aborder le sujet seule avec ma mère ou s’il faut un médiateur lors de cette discussion. Par ailleurs je voudrais savoir si on pouvait porter plainte pour harcèlement et à qui devrions-nous nous adresser si cela continue. Merçi d’avance pour vos réponses. Florine.

    • Infor Jeunes Bruxelles
      le 10 juillet 2017 à 10:15

      Bonjour Florine,

      En principe, avant tes 18 ans, sans l’accord de tes parents, tu ne peux pas aller vivre ailleurs. Même si tu as des problèmes importants avec tes parents, tu ne peux pas décider seule de ce que tu vas faire et si tu le fais, cela peut être considéré comme une fugue.

      Tu pourrais t’adresser à une AMO près de chez toi ((http://pro.guidesocial.be/associations/services-d-aide-milieu-ouvert-amo-1580.html ou http://bruxelles-j.be/amo/)  et plus précisément au le SDJ, une AMO juridique qui t’accompagnera dans les démarches, fera avec toi le point sur ta situation et pourra te renseigner et évaluer s’il y a lieu de porter plainte dans ta situation: http://bruxelles-j.be/nos-partenaires/service-droits-des-jeunes/ . Si tu habites Bruxelles, sache qu’ils organisent leurs permanences du lundi au vendredi (sauf le jeudi) du 13h à 17h au sein de notre service situé à la Rue Van Artevelde, 155; 1000 Bruxelles.

      Mais sache qu’en tant que mineur, tu ne peux donc en principe pas ouvrir d’aide auprès du CPAS. Ton frère, par contre, étant donné qu’il est majeur, pourrait théoriquement ouvrir un droit au CPAS. Cela dit, l’aide octroyée par un CPAS n’est pas automatique, c’est pourquoi il n’est pas possible pour nous de prédire si il y aura droit. En effet, lorsqu’on introduit une demande d’aide, un(e) assistant(e) social(e) effectuera une enquête sociale et une visite à domicile afin de vérifier qu’on soit bien dans les conditions pour bénéficier de cette aide. On te demandera alors de fournir toute une série de documents et d’informations sur votre situation familiale, ses revenus et ceux de vos parents, le contexte qui l’aura mené à quitter votre famille, mais également dans quelle mesure vos parents peuvent subvenir à ses besoins. Si vos parents en ont les moyens, il est donc probable que le CPAS leur demande d’intervenir (surtout si ton frère est encore étudiant car le CPAS estime que c’est en principe à tes parents de subvenir à tes besoins jusqu’à la fin de ta formation ou pendant toute la durée de tes études, et ce même si tu es majeur et/ou que tu résides ailleurs.)

      Il est donc important que l’assistant(e) social(e) soit informé(e) de toute votre situation (ou plutôt celle de ton frère) pour que la décision soit prise de la manière la plus juste.

      Si tu souhaites, tu pourrais également envisager une médiation familiale. Le médiateur familial, en tant que tiers impartial, aide les personnes en conflit à trouver elles-mêmes et ensemble, à partir de leurs besoins, des solutions concrètes, durables et acceptables pour chacun dans un climat constructif et confidentiel.Vous trouverez des médiateurs familiaux au sein de certains plannings familiaux (http://loveattitude.be/Liste-centres).  Tu pourrais effectivement envisager qu’il soit présent pour amorcer une discussion avec ta mère (si ton souhait de quitter le domicile familiale se confirme).

      Tu pourrais également prendre contact avec le SAJ (Service d’aide à la jeunesse) afin de trouver une solution aux problèmes familiaux sans qu’il soit question d’une aide financière dans un premier temps. C’est un service spécialisé qui pourra t’aider au mieux, en fonction de tes problèmes. Le SAJ entendra éventuellement tes parents ou mettra en place un suivi familial, t’orientera vers des services qui peuvent t’aider, te placera en famille d’accueil ou dans un service résidentiel. Dans certains cas graves, le SAJ peut décider d’envoyer ton dossier à un juge de la jeunesse. Plus d’informations sur : http://www.sdj.be/IMG/pdf/2015-07-sdj-broch-aidejeun_saj_bat.pdf

      D’autres questions ? N’hésite pas à nous recontacter!

  31. Chloe
    le 5 juillet 2017 à 00:50

    Bonjour, je suis une étudiante âgée de 19 ans. Je viens d’obtenir mon CESS et j’aimerais demander une aide au CPAS afin de pouvoir avoir un kot et quitter le cocon familial. Je vis avec mon père et ma petite sœur, ma mère avec laquelle je ne vis plus ne verse aucune pension alimentaire. Mon père est propriétaire d’une maison et à un salaire supérieur à 2000€ cependant il est dans une mauvaise situation financière car surendetté et en remediation de dettes. Je doute qu’il soit en mesure d’assumer les dépenses pour mes futures études et je crains que le fait de continuer à vivre avec lui ait un mauvais impact sur mes études (mauvaise relation.) J’aimerais savoir si malgré le fait que mon père ait un bon salaire et soit propriétaire d’une maison, j’aurais droit à un RIS ?

    • Infor Jeunes Bruxelles
      le 10 juillet 2017 à 09:56

      Bonjour Chloe,

      En principe, lorsqu’on est majeure et que l’on souhaite quitter le domicile familial, il faut généralement disposer de ses propres moyens pour subvenir à ses besoins. Lorsque ce n’est malheureusement pas le cas, tu peux théoriquement introduire une demande d’aide auprès du CPAS de ta commune.

      Dans le cas où tu envisages d’introduire une demande d’aide au CPAS, tu dois savoir que même si tu pourrais ouvrir le droit au revenu d’intégration l’aide du CPAS n’est pas automatique.

      En effet, lorsque tu introduis une demande d’aide, un(e) assistant(e) social(e) effectuera une enquête sociale et une visite à domicile afin de vérifier que tu sois bien dans les conditions pour bénéficier de cette aide.

      On te demandera alors de fournir toute une série de documents, d’informations sur ta situation familiale, le contexte qui fait que tu souhaiterais habiter seule, tes revenus, parfois de prouver une rupture familiale (ce qui n’est pas toujours évident)… Mais également dans quelle mesure tes parents peuvent subvenir à tes besoins. Si tes parents en ont les moyens, il est donc probable que le CPAS leur demande d’intervenir (généralement en leur demandant de te verser une pension alimentaire). Le montant de tes allocations familiales sera également déduit, si que tu vis seule.

      Sache que puisque tu es toujours étudiant, le CPAS présentera sans doute plus de réticences à t’aider car il estime généralement que c’est en principe à tes parents de subvenir à tes besoins jusqu’à la fin de ta formation ou pendant toute la durée de tes études, et ce même si tu es majeure et/ou que tu résides ailleurs. Il pourrait alors considérer qu’en quittant ta maison sans avoir de revenu, tu as créé toi-même ton état de besoin.

      Il est d’ailleurs généralement conseillé d’introduire une demande en étant encore dans ton domicile familial et en expliquant ton souhait de vouloir le quitter. Même si ta demande pourrait être refusée, tu pourras alors te faire une idée de l’avis qu’à la CPAS concernant ta situation et ton projet d’autonomie. Cela évitera également de déménager et te retrouver sans certitude d’avoir un revenu.

      L’enquête sociale sera ensuite soumise au Comité Spécial du Service Social du CPAS qui décidera si tu as droit au revenu d’intégration. C’est pourquoi il est donc important que l’assistant(e) social(e) soit informé(e) de toute ta situation et de ton contexte familial (les dettes et l’avancement de la médiation de dettes par exemple) qui peuvent parfois constituer des éléments considérables pour que la décision soit prise de la manière la plus juste.

      D’autres questions ? N’hésite pas à nous recontacter!

  32. Nanou
    le 30 juin 2017 à 15:53

    Bonjour alors voilà moi jai 20 ans , je travaille mais je ne gagne à peine 500 euros par mois , la situation est compliquée avec mes parents on ne s’entend plus et il ne supporte plus mon petit amie se qui mais des barrières dans ma relation , j’aimerais prendre un appartement mais je ne sais pas quelle démarche faire , ni quelle aide je pourrais avoir sachant que la situation n’est plus du tout possible . Anais .

    • Infor Jeunes Bruxelles
      le 3 juillet 2017 à 11:12

      Bonjour Anais,

      Il semblerait que tu habites en France.

      Si c’est le cas, nous sommes désolés mais nous ne pourrons pas répondre à tes questions car Bruxelles-J est une plate-forme d’information belge. Nous ne sommes donc malheureusement pas spécialisés dans la législation française et les différentes aides possibles dans ta situation.
      Nous t’invitons à poser ta question au CIDJ de ta région afin de connaître tes droits: http://www.cidj.com/rencontrer-un-conseiller-dans-le-reseau-information-jeunesse-ile-de-france

      Si ta question à un lien avec la Belgique, n’hésite pas à revenir vers nous pour nous repréciser à quel(s) sujet(s) tu aurais besoin de notre aide.

      Bien à toi.

  33. Britanyyy
    le 29 juin 2017 à 23:45

    Bonjour/bonsoir j’explique en quelques phrases ma situation, alors l’année prochaine j’aurais 18 ans, je travaille en tant qu’apprentie en vente, je gagne envieront 500 euros par mois. Je me prend souvent la tete avec mes parents et j’ai besoin de partir, de prendre mon indépendance, et je voudrais partir à mes 18 ans je me demandais si j’avais droit au cpas? Et quel montant sachant que mon pere est décédé et si mes allocations ou mon salaire seront décompter ?

    • Infor Jeunes Bruxelles
      le 30 juin 2017 à 14:00

      Bonjour Britanyy,

      Théoriquement tu peux introduire une demande d’aide auprès du CPAS.

      Chaque situation étant évalué au cas par cas, nous ne pouvons malheureusement pas prédire à l’avance la décision qui sera prise par le CPAS.

      En effet, lorsque tu introduis une demande d’aide, un(e) assistant(e) social(e) effectue une enquête sociale et une visite à domicile afin de vérifier que tu sois bien dans les conditions pour bénéficier de cette aide.

      On te demandera alors de fournir toute une série de documents, d’informations sur ta situation familiale, le contexte qui fait que tu souhaiterais habiter seul, tes revenus, … Mais aussi de prouver une rupture familiale.

      Concernant les autres revenus,  il faut savoir que si tu bénéficies d’un Revenu d’intégration social, le CPAS pourrait déduire ta rémunération actuelle du montant du R.I.S.
      Le montant de tes allocations familiales sera également déduit,  si que tu vis seul(e) (domicile distinct de celui de tes parents).

      N’hésite pas à nous recontacter pour toute autre question.

  34. Asdmsta
    le 29 juin 2017 à 11:03

    Bonjour ,
    Voilà depuis un mois j’ai quitté le foyer dans laquelle je vivais avec ma tante à cause d’un conflit entre ma tante et moi . J’étais dans une situation ingérable car celle ci mz demanfait de quitté l’appartement au plus vite alors que j’étais dans une période d’examen . Il y a quelques jours j’ai passé une audience devant la comité du cpas afin qu’ils m’aident parce que je me retrouve avec rien. Et donc je viens d’apprendre aujourd’hui qu’ils ont refusé. Sachant que je suis un étudiant qui est toujours en secondaire ( 18ans ) Je ne sais plus quoi faire en ce moment le propriétaire attends toujours son loyer et j’ai plus rien pour subvenir à mes besoins.

    • Infor Jeunes Bruxelles
      le 29 juin 2017 à 14:45

      Bonjour Asdmsta,

      Je pense que nous nous sommes rencontrés cet après-midi dans l’une de nos permanences.

      Comme je te le disais, tu peux introduire un recours contre la décision du CPAS dans les 3 mois. Nous te conseillons d’en parler avec un service juridique gratuit: http://espacesocial.be/site/index.php/fr/nos-services/service-juridique

      Tu peux également réintroduire une demande au CPAS pour une aide ponctuelle.

      Nous te conseillons de rencontrer une AMO. Ils sont spécialisés dans l’aide et l’accompagnement des jeunes. Ils pourront t’écouter et t’aider dans les différentes démarches nécessaires à l’amélioration de ta situation. Tu trouveras les listes des AMO sur cette page: http://bruxelles-j.be/amo/

      N’hésite pas à nous recontacter si tu as d’autres questions.

  35. Kiki
    le 28 juin 2017 à 19:52

    Bonjour, fin juillet J aurais 20 ans. Je suis en dernière année contrat apprentissage. Je serais diplômée mais mon employeur ne me fera pas signer de contrat ce qui fait que ton juillet. Je m inscirais au chômage. Ma mère m a mise dehors donc en attendant je vis chez mon copain qui est toujours chez ses parents. Je n ai pas encore fait changement d adresse. Ma question est quelle démarche puis je faire ? Aide du cpas ? Puis je demander les allocations familiales ? Dois je mettre mon adresse au cpas car les parents de mon copain ne veulent pas que je met mon adresse chez eux. Je suis perdue. Je ne sais plus quoi faire ? Merci de vos réponses. Bonne soirée.

    • Infor Jeunes Bruxelles
      le 30 juin 2017 à 16:58

      Bonjour Kiki,

      Nous te conseillons de t’adresser au CPAS de la commune de ton copain (tu n’as donc pas besoin d’y être domiciliée).
      Cela dit, il ne te sera pas forcément nécessaire de leur demander une aide financière puisque en principe tu devrais pouvoir ouvrir un droit aux allocations d’insertion (sans effectuer un stage d’insertion, car il est possible que les stage que tu as effectué pendant ta formation te permette d’en être dispensé; plus d’informations sur http://www.onem.be/fr/documentation/feuille-info/t35 (Partie « Vous avez accompli un stage d’insertion professionnelle -Quelle est la durée du stage d’insertion professionnelle ? »)

      En effet, dans ton cas, tu pourrais leur demander une adresse de référence c’est à dire une adresse purement administrative qui te permettra de régulariser une partie de ta situation administrative en matière de chômage. Tu peux donc te rendre auprès de ce CPAS, afin de formuler ta demande oralement (et en t’assurant de recevoir un accusée de réception une fois ta demande introduite). Ton adresse de référence peut aussi être mise chez ton copain, cela n’aura aucun impact sur leurs situations respectives. Par contre, dans ce cas, tu ne pourras malheureusement pas à cette adresse.  Tu peux trouver plus d’explications sur l’adresse de référence sur: http://www.atd-quartmonde.be/Comment-obtenir-une-adresse-de-reference-quand-on.html

      Ensuite, nous te conseillons de t’adresser à l’organisme de paiement de ton choix (syndicat ou CAPAC) pour introduire ta demande d’allocations d’insertion.

      D’autres questions ? N’hésite pas à nous recontacter!

  36. Tsar
    le 27 juin 2017 à 13:01

    Bonjour, j’Ai 23 ans, je suis etudiante dans le supérieure en belgoque, j’aimerais quitter mon domicile car la situation chez moi est très compliqué avec ma mère et mon beau père cependant elle n’set pas disposé à m’aider financièrement (elle vient de vendre sa maison mais l’argent servirait à payer des dettes et pour mes autres frères qui sknt encore dans le secondaire) comment puis-je faire pour avoir une aide autre que le cpas (qui exigerait je pense que ma mère reverse une sommes de la vente?) Je n’Ai pas envie de passer par un biais juridique car la situation est déjà difficile

    • Infor Jeunes Bruxelles
      le 28 juin 2017 à 15:14

      Bonjour Tsar,

      L’aide du CPAS est une aide résiduaire, c’est-à-dire qu’elle intervient en dernier par rapport aux autres droits : chômage,
      allocations familiales, pensions, etc. mais aussi par rapport à la solidarité familiale.

      Dans ta situation si tu ne souhaite pas sollicité le CPAS ou une intervention de tes parents, les autres solutions possible sont:
      – Un job étudiant permettant de financer ta mise en autonomie; – Une aide sociale octroyée par ta Haute école ou Université.

      N’hésite pas à nous recontacter pour toute autre question.

  37. Kikosimou
    le 27 juin 2017 à 05:20

    Bonjour;Je Suis Un Jeune j’ai 19 je vais avoir 20 ans au mois de octobre,Je vis actuellement en aglérie j’ai la nationalité française, Je voudrais savoir si je peux avoir une aide financière par le CPAS ?
    Et si il y’a les mêmes droits en france ? parce que je voulais installer en france mais mon seul probléme c’est : le travail et le logement
    J’attend votre réponse

  38. Noemie
    le 27 juin 2017 à 00:46

    Bonjour, je suis une jeune étudiante de 19 ans. Je vis actuellement avec ma soeur et ma maman mais dans une situation familiale compliquée. J’aimerais donc vivre seule. Quelles sont vos possibilités d’offre en matière de salaire mensuel ?

    Bien à vous.

    Noemie

    • Infor Jeunes Bruxelles
      le 27 juin 2017 à 11:52

      Bonjour Noemie,

      Bruxelles-j est une plateforme d’information Belge, nous n’offront pas conséquent aucun salaire mensuel.

      Pour répondre à ta question, il faut savoir qu’une personne majeure qui souhaite quitter le domicile familial, doit généralement disposer de ses propres moyens pour subvenir à ses besoins.
      Lorsque ce n’est malheureusement pas le cas, il est théoriquement possible d’introduire une demande d’aide auprès du CPAS de sa commune, mais il faut savoir que même si tu pourrais ouvrir le droit au revenu d’intégration parce que tu seras majeur, l’aide du CPAS n’est pas automatique.

      En effet, lorsque tu introduis une demande d’aide, un(e) assistant(e) social(e) effectue une enquête sociale et une visite à domicile afin de vérifier que tu sois bien dans les conditions pour bénéficier de cette aide.

      On te demandera alors de fournir toute une série de documents, d’informations sur ta situation familiale, le contexte qui fait que tu souhaiterais habiter seul, tes revenus, …

      On te demandera également dans quelle mesure tes parents pourront subvenir à tes besoins. Si tes parents en ont les moyens, il est donc probable que le CPAS leur demande d’intervenir, ou même te demande de leur solliciter une pension alimentaire par conciliation ou en passant par le Tribunal de la Famille, sauf s’il estime que la situation familiale pourrait se détériorer à cause de cette demande.

      En effet, puisque tu es toujours étudiante, le CPAS présentera sans doute plus de réticences à t’aider car il estime généralement que c’est en principe à tes parents de subvenir à tes besoins jusqu’à la fin de ta formation ou pendant toute la durée de tes études, et ce même si tu es majeure et/ou que tu résides ailleurs.

      Ensuite, l’enquête sociale sera soumise au Comité Spécial du Service Social du CPAS qui décidera si tu as droit au revenu d’intégration ou non, et ce dans un délai de 30 jours.

      Une autre alternative serait de te trouver un emploi pour te permettre de financer ton projet d’autonomie.

      N’hésite pas à nous recontacter pour toute autre question.

  39. Jenny
    le 26 juin 2017 à 23:51

    Bonsoir,

    Il y a 6 ans je vivais une relation conflictuelle avec ma mère, puis elle nous a abandonnée et est partie vivre avec son compagnon me laissant (mineur) mon frère et deux sœurs (1 mineur) sommes restés vivre dans la maison familiale.

    Il y a maintenant moins d’un an la maison a été vendu et comme je suis toujours aux études, je vies avec ma mère et son compagnon, mais la relation se dégrade de jour en jour et je sens la pression que je devrais partir.

    Aujourd’hui je suis une formation intensive en langues, je souhaiterais continuer encore jusque janvier 2019 (25ans), avec un job étudiant fixe sur le côté et après partir à l’étranger pour perfectionner mes langues et revenir avec cet acquis pour trouver un CDI.

     

    Je voudrais savoir si c’est une situation qui pourrait être pris en compte pour avoir une aide sociale ? (logement et aide sociale ?)

    • Infor Jeunes Bruxelles
      le 27 juin 2017 à 11:21

      Bonjour Jenny,

      Théoriquement tu peux introduire une demande d’aide auprès du CPAS.

      Chaque situation étant évalué au cas par cas, nous ne pouvons malheureusement pas prédire à l’avance la décision qui sera prise par le CPAS. Mais votre passé conflictuel pourra être pris en compte.

      Concernant ton projet, cela risque d’être compliqué.
      En effet, lors de ta demande, tu sera amené à signer un contrat avec le CPAS (PIIS).

      C’est un « projet individualisé d’intégration sociale », projet qui comprend un certain nombre d’engagements ou de devoirs de l’allocataire par rapport à sa situation, ses études, etc.. De son côté, le CPAS s’engage à verser le revenu d’intégration sociale (RIS) et à assurer un accompagnement et un soutien.

      Concrètement, le contrat peut porter un projet professionnel (par exemple?: réussir des études données, suivre une formation, s’inscrire à un atelier de recherche d’emploi, etc.) et/ou d’intégration sociale (par exemple?: trouver un autre logement, faire appel à un service de médiation de dettes, etc.).

      Le contrat contient des objectifs et des échéances. Il est signé pour une durée précise (pour la durée des études si le contrat porte sur des études de plein exercice).

      Dans ta situation, il est peu problable que le CPAS accepte d’intégrer ton projet à l’étranger dans le PIIS.

      Concernant ton logement, tu dois savoir que le CPAS ne trouve pas de logements aux personnes, mais dispose parfois d’un service logement qui aide à la recherche d’un appartement, d’une maison, à introduire des demandes pour les logements sociaux,… ; cela dit, pour y avoir accès, tu dois en principe déjà être aidé par le CPAS.

      N’hésite pas à nous recontacter pour toute autre question.

  40. kevin
    le 24 juin 2017 à 20:46

    Bonjour j’ai 17ans maintenant et cela fait deja 3ans que mais les elements qui me sont important sont toujours flouapres avoir tout lu
    j’aimerai savoir concretement coment apres a avoir eut 18ans je pourais faire pour habiter autrepart que avec mes parts saschant que je poursuivrais mes etudes et aurai obenu un emploi a cote
    merci

    • Infor Jeunes Bruxelles
      le 26 juin 2017 à 16:15

      Bonjour Kevin,

      A partir de 18 ans, tu pourras décider de vivre ailleurs sans forcément obtenir l’accord de tes parents.
      D’autant plus si tu disposes de tes propres ressources. Il n’y aura donc aucune démarche à entreprendre au niveau d’une éventuelle pension alimentaire ou de l’aide du CPAS.
      Cependant il est conseillé d’établir correctement un budget afin d’être certain de pouvoir assumer toutes tes charges (loyer, électricité, eau, téléphone, soins de santé, loisir, frais scolaire,…).
      En effet, prendre son autonomie n’est pas toujours une chose facile, il est donc important de s’y préparer au mieux.

      N’hésite pas à nous recontacter pour toute autre question.

  41. marianne
    le 22 juin 2017 à 00:09

    bonjour le petit ami de ma fille qui a 15 ans et dans une période difficile chez lui sa mère veux le placer en IPPJ c est un chouette gamin qui a fais de petite bètise dispute continuelle avec le beau père la maman ne fais pas grand chose j aimerai savoir si il le demande si il pouvais venir vivre avec nous car du fond de mon cœur c est un gentil garçon

    • Infor Jeunes Bruxelles
      le 22 juin 2017 à 15:37

      Bonjour Marianne,

      La maman ne pourra pas décider d’un placement en IPPJ.
      En effet, lorsqu’un jeune commet un fait particulièrement répréhensible (un fait qui, s’il était commis par un adulte, serait qualifié infraction), le Tribunal de la jeunesse peut confier ce jeune pour une période déterminée à l’une des institutions publiques de protection de la jeunesse (IPPJ). La décision n’appartient donc pas aux parents mais au juge de la jeunesse.

      Concernant la possibilité pour ce garçon de vivre ailleurs, ça ne sera en principe pas possible sans l’accord de ces parents ou l’intervention du SAJ.

      Si vous le souhaitez il est possible dans un premier temps prendre contact avec une AMO (Aide en milieu ouvert) comme le SDJ par exemple pour être accompagné dans les démarches et faire le point sur ta situation: http://bruxelles-j.be/nos-partenaires/service-droits-des-jeunes/

      N’hésite pas à nous recontacter pour toute autre question.

  42. Mill
    le 20 juin 2017 à 03:32

    Bonjour, j’ai 18 ans et je suis mariée, je suis étudiante en secondaire et mon mari travaille.
    Je voudrai savoir si je peux avoir une aide financière par le CPAS ?

    • Infor Jeunes Bruxelles
      le 20 juin 2017 à 14:45

      Bonjour Mill,

      Il est toujours possible d’introduire une demande d’aide auprès du CPAS de ta commune.
      Cependant, ta situation sera évalué dans sa globalité.
      Les revenus de ton maris seront donc pris en compte, si ton mari perçois plus de 1179,65  euros (soit 2 X 589,82 euros du taux isolé), tu ne pourras pas bénéficier d’un revenu d’intégration.

      N’hésite pas à nous recontacter pour toute autre question.

  43. 170617MM
    le 18 juin 2017 à 18:41

    BONJOUR,

    j’ai 14 ans et le 20 août j’aurais mais 15 ans j’aimerais partir de cher mes parents parce que je ne veut plus vivre cher eux. mais le problème ses que je n’aurais aucun accord de mes parent mais je veut vraiment partir de chez moi. j’en suis sur a 100% je sais ou aller vivre la bas j’aurais tous nourriture , un logement ,etc… mais je ne veut pas être en foyer ou en famille d’accueil mais chez une amie qui elle est majeur. pouvez-vous medonnez tous les rensseignement possible s’il vous plait ? merci aurevoir

    • Infor Jeunes Bruxelles
      le 19 juin 2017 à 15:00

      Bonjour  170617MM,

      Il semblerait que tu habites en France.

      Si c’est le cas, nous sommes désolés mais nous ne pourrons pas répondre à tes questions car Bruxelles-J est une plate-forme d’information belge. Nous ne sommes donc malheureusement pas spécialisés dans la législation française et les différentes aides possibles dans ta situation.
      Nous t’invitons à poser ta question au CIDJ de ta région afin de connaître tes droits: http://www.cidj.com/rencontrer-un-conseiller-dans-le-reseau-information-jeunesse-ile-de-france

      Si ta question à un lien avec la Belgique, n’hésite pas à revenir vers nous pour nous repréciser à quel(s) sujet(s) tu aurais besoin de notre aide.

      Bien à toi.

  44. marie
    le 18 juin 2017 à 16:20

    j’ai 25 ans et un diplôme universitaire. Je veux continuer un an en plus pour un master complémentaire qui me donnera du travail. Mon père refuse de m’aider financièrement. Quels sont mes droits?

    • Infor Jeunes Bruxelles
      le 19 juin 2017 à 14:58

      Bonjour Marie,

      Les parents, qu’ils soient mariés ou non, sont obligés d’héberger, d’entretenir, de surveiller, d’éduquer leur(s) enfant(s) et de leur donner une formation adéquate ( obligation d’éducation et d’entretien).
      Cette obligation se poursuit au-delà de la majorité. En effet, les parents restent redevables tant que la formation n’est pas achevée et ce jusqu’au moment où l’enfant est apte à subvenir lui-même à ses besoins, que ce soit en gagnant sa vie ou en obtenant des revenus de remplacement (allocations de chômage notamment).
      Le plus généralement, les parents remplissent leur obligation d’éducation et d’entretien en nature parce que leur enfant vit sous leur toit.
      Dans certains cas (par exemple lorsque l’enfant décide de quitter le toit familial), les parents, peuvent décider de verser une contribution alimentaire. Dans certaines situations plus difficiles (par exemple lorsque les parents mettent leur enfant à la porte à sa majorité), le jeune peut être amené à demander une contribution alimentaire à ses parents. Dans la pratique, il est possible de négocier avec eux le versement d’une contribution alimentaire et son montant.

      Si cette démarche semble difficile, le jeune peut demander avec sa famille l’intervention d’un service de médiation. Si malgré cela, il n’arrive pas à un accord, il aura la possibilité de s’adresser au Tribunal de la famille.

      Le tribunal sera alors amené à trancher la situation dans sa globalité.
      De manière générale, les études doivent se poursuivre normalement sans accuser de retard important imputable à l’enfant et doivent correspondre aux capacités intellectuelles de l’enfant (un seul échec n’entraîne pas nécessairement la fin de l’obligation d’entretien).
      Par conséquent, un jeune qui a terminé ses études, qui n’a pas encore trouvé d’emploi et qui ne bénéficie pas encore d’allocations de chômage/d’insertion pourrait bénéficier de l’aide de ses parents.
      Par contre, un étudiant ayant déjà une licence universitaire et qui poursuivrait des études complémentaires (une spécialisation), pourrait, selon les circonstances, se voir refuser une contribution alimentaire.

      N’hésite pas à nous recontacter pour toute autre question.

  45. Cassandre
    le 18 juin 2017 à 14:31

    Bonjour, je viens d’une famille très aisée qui ne manque absolument de rien mais je m’entend tout de même très mal avec mes parents : j’ai déjà fugué plusieurs fois, vu des psychologues…j’aimerai quitter la maison d’ici mes 18 ans qui arrivent très vite, le 1er juillet prochain. Cependant il me reste encore mon année de terminale S et j’aimerai ensuite entrer en fac de médecine. Si je quitte la maison, y a t il un moyen pour que je puisse assurer ma terminale puis mes études ? En sachant que mes parents ne seront pas d’accord pour me verser de pension alimentaire sans avoir fait intervenir la justice.

    • Infor Jeunes Bruxelles
      le 19 juin 2017 à 14:44

      Bonjour Cassandre,

      Il semblerait que tu habites en France.

      Si c’est le cas, nous sommes désolés mais nous ne pourrons pas répondre à tes questions car Bruxelles-J est une plate-forme d’information belge. Nous ne sommes donc malheureusement pas spécialisés dans la législation française et les différentes aides possibles dans ta situation.
      Nous t’invitons à poser ta question au CIDJ de ta région afin de connaître tes droits: http://www.cidj.com/rencontrer-un-conseiller-dans-le-reseau-information-jeunesse-ile-de-france

      Si ta question à un lien avec la Belgique, n’hésite pas à revenir vers nous pour nous repréciser à quel(s) sujet(s) tu aurais besoin de notre aide.

      Bien à toi.

  46. elsezdark
    le 17 juin 2017 à 18:40

    voila je vie chez ma maman en france et je veux retourner en belgique dans mon pays d’origine pour trouver du travail et m’installer avec mon copain, je vien de finir mes etudes en attendant de trouver du boulot comment doit je faire pour toucher du chomage?

    • Infor Jeunes Bruxelles
      le 19 juin 2017 à 15:16

      Bonjour Elsezdark,

      Pour ouvrir le droit aux allocations de chômage en Belgique, il faut prouver un certain nombre de jours de travail salarié au cours d’une certaine période de référence; en fonction de ton âge. Tu trouveras plus d’informations sur: http://bruxelles-j.be/droits-sociaux/tes-droits-au-chomage/quelles-conditions-dois-tu-remplir-pour-beneficier-des-allocations-de-chomage/

      Donc, si tu n’as jamais travaillé en Belgique, tu ne pourras malheureusement pas prétendre aux allocations de chômage quand tu reviendras t’y installer.

      L’autre possibilité serait d’en bénéficier sur base de tes études après 12 mois d’inscription comme demandeuse d’emploi au service emploi de ta région et 2 évaluations positives, sous certaines conditions. Là aussi, tu ne pourras malheureusement pas ouvrir le droit car tu ne remplis pas les conditions non plus pour le moment. Tu trouveras plus d’informations sur: http://bruxelles-j.be/travailler/ton-premier-emploi/le-stage-dinsertion-professionnelle/
      Tu pourras peut-être y prétendre après un an d’inscription comme chercheuse d’emploi à la condition que tu aies suivi au moins 6 ans d’études en Belgique (peu importe le niveau) avant de partir en France ou si tu travailles au moins 3 mois pendant le stage d’insertion professionnelle.
      Si tu veux discuter plus en détail de tes possibilités pour ouvrir un droit à des allocations d’insertion dans un an, tu peux nous joindre par téléphone au 02/514.41.11 (et demander François).
      Bien à toi

  47. Flo
    le 17 juin 2017 à 16:19

    Bonjour, j’ai 17 ans et je suis en dernière année, je n’aurai 18 ans qu’en janvier prochain mais j’aimerai suivre des études de cours du soir et avoir mon appartement car on ne s’entend pas vraiment avec mes parents. Ils sont correct avec moi et je ne veux pas leurs faire des ennuis. Est-ce que je peux recevoir une aide financière ou pas?

    • Infor Jeunes Bruxelles
      le 19 juin 2017 à 13:57

      Bonjour Flo,

      En principe, lorsqu’on est majeur et que l’on souhaite quitter le domicile familial, il faut généralement disposer de ses propres moyens pour subvenir à ses besoins.
      Lorsque ce n’est malheureusement pas le cas, il est théoriquement possible d’introduire une demande d’aide auprès du CPAS de sa commune, mais il faut savoir que même si tu pourrais ouvrir le droit au revenu d’intégration parce que tu seras majeur, l’aide du CPAS n’est pas automatique.

      En effet, lorsque tu introduis une demande d’aide, un(e) assistant(e) social(e) effectue une enquête sociale et une visite à domicile afin de vérifier que tu sois bien dans les conditions pour bénéficier de cette aide.

      On te demandera alors de fournir toute une série de documents, d’informations sur ta situation familiale, le contexte qui fait que tu souhaiterais habiter seul, tes revenus, … Mais aussi de prouver une rupture familiale, ce qui ne semble pas être ton cas.

      On te demandera également dans quelle mesure tes parents pourront subvenir à tes besoins. Si tes parents en ont les moyens, il est donc probable que le CPAS leur demande d’intervenir, ou même te demande de leur solliciter une pension alimentaire par conciliation ou en passant par le Tribunal de la Famille, sauf s’il estime que la situation familiale pourrait se détériorer à cause de cette demande.

      En effet, puisque tu es toujours étudiant, le CPAS présentera sans doute plus de réticences à t’aider car il estime généralement que c’est en principe à tes parents de subvenir à tes besoins jusqu’à la fin de ta formation ou pendant toute la durée de tes études, et ce même si tu es majeur et/ou que tu résides ailleurs.

      Ensuite, l’enquête sociale sera soumise au Comité Spécial du Service Social du CPAS qui décidera si tu as droit au revenu d’intégration ou non, et ce dans un délai de 30 jours.

      Une autre alternative serait de te trouver un emploi pour te permettre de financer ton projet d’autonomie.

      N’hésite pas à nous recontacter pour toute autre question.