Bruxelles-J

Jusque quand as-tu droit à des allocations d'insertion ?

Print this pageEmail this to someoneShare on FacebookTweet about this on Twitter

Depuis le 1er janvier 2012, le bénéfice des allocations est limité à un crédit de 36 mois.

Quand débute les 36 mois ?

Le calcul du crédit de 36 mois débute au plus tôt à partir du 1er janvier 2012. En d’autres termes, les périodes de chômage indemnisées en allocations d’attente (appelées maintenant « allocations d’insertion ») avant le 1er janvier 2012 ne sont pas comptées pour le calcul du crédit.

Voyons les différentes situations possibles :

  • pour les cohabitants « ordinaires » qui bénéficiaient déjà d’allocations d’attente avant le 1er janvier 2012, le crédit de 36 mois débute à partir du 1er janvier 2012 ;
  • pour les cohabitants « ordinaires » qui bénéficient des allocations d’insertion postérieurement au 1er janvier 2012, le crédit s’épuise depuis le jour auquel ils ont droit aux allocations ;
  • enfin, pour les cohabitants avec charge de famille, les isolés et les cohabitants dits « privilégiés », le crédit de 36 mois débute à partir du mois qui suit leur 30ème anniversaire.

Début de l’épuisement du crédit

Bénéficiaire d’allocation d’attente avant 2012

Non-bénéficiaire d’allocation d’attente avant 2012

Cohabitant « ordinaire »

1er janvier 2012

Premier jour d’octroi

Cohabitant avec charge de famille

A partir du mois qui suit le 30ème anniversaire

Isolé

Cohabitant privilégié

Pour rappel, le cohabitant « ordinaire » vit avec quelqu’un qui bénéficie de revenus du travail alors que le cohabitant dit « privilégié » vit avec un(e) partenaire qui bénéficie uniquement de revenus de remplacement.

La durée de l’octroi des allocations est donc différente selon la situation familiale.

Exemple : Fabian est isolé, il a 22 ans. Son crédit de 36 mois débutera dans 8 ans, à ses 30 ans. Par contre, pour Vanessa qui a le même âge mais qui cohabite avec son compagnon (qui travaille à temps plein), le crédit de 36 mois a débuté le 1er janvier 2012 (donc avant ses 30 ans) puisqu’elle touchait déjà des allocations d’attente avant le 1er janvier 2012.

Quid en cas de changement de situation familiale pendant les 36 mois ?

Un changement de situation familiale influence la durée du bénéfice aux allocations.

Reprenons l’exemple de Fabian, isolé et 22 ans. Son crédit de 36 mois débutera à l’âge de 30 ans. Il bénéficie des allocations d’insertion depuis décembre 2011. Mais s’il emménage avec sa compagne qui travaille à temps plein, le crédit sera toujours de 36 mois mais à dater du 1er janvier 2012, et donc, bien avant l’âge de 30 ans ! Ainsi, s’il cohabite avec sa copine le 6 mars 2014, il percevra ses allocations jusqu’au 31 décembre 2014. S’il emménage avec sa copine le 2 janvier 2017 par exemple, il perd immédiatement ses allocations.

A l’inverse, si Fabian est d’abord cohabitant « ordinaire », son crédit de 36 mois s’épuise en principe le 31/12/14. Mais s’il devient isolé le 6 mars 2014, son crédit de 36 mois ne démarrera qu’ à ses 30 ans et ne s’épuisera qu’ à ses 33 ans.

Analysons maintenant le cas de Samia. Elle bénéficie des allocations d’insertion en tant que cohabitante « ordinaire » depuis le 1er janvier 2012. Le 1er janvier 2015, son crédit de 36 mois est épuisé et elle perd le droit aux allocations. Elle a alors 26 ans. Deux ans plus tard (le 1er janvier 2017), elle devient isolée.  Vu qu’elle a bénéficié de sa dernière allocation d’insertion il y a moins de 3 ans, elle peut rouvrir un droit aux allocations à la date de la demande d’allocations. Elle pourra à nouveau bénéficier d’un crédit de 36 mois qui prendra cours le mois qui suit son 30ème anniversaire.
Si elle devient isolé à 28 ans, le 1er janvier 2019, elle ne pourra plus récupérer le droit aux allocations d’insertion parce qu’elle n’aura pas bénéficié d’une allocation d’insertion dans les 3 années précédentes.

Dans quel cas le crédit de 36 mois peut-il être prolongé ?

Certains événements prolongent le crédit de 36 mois de la durée de l’évènement :

  • le travail salarié à temps plein ;
  • l’exercice d’une profession non assujettie à la sécurité sociale de travailleurs salariés (par ex. une activité indépendante ou une occupation comme fonctionnaire) ;
  • une occupation comme travailleur à temps partiel avec maintien des droits sans allocation de garantie de revenus ;
  • une période ininterrompue de reprise de travail comme travailleur à temps partiel avec maintien des droits avec l’allocation de garantie de revenus pendant six mois au moins et à condition qu’il s’agisse d’un régime de travail d’au moins un tiers temps  (dans certaines branches d’activité, une occupation d’un quart temps est suffisante) ;
  • la reprise d’études de plein exercice sans allocations ;
  • une période de bénéfice des allocations d’interruption à la suite d’une interruption de carrière ou d’une réduction des prestations de travail ;
  • la cohabitation à l’étranger avec un militaire belge occupé dans le cadre du stationnement des Forces armées belges.

Ne prolongent pas le droit de base : les périodes d’incapacité de travail pendant le chômage, le congé de maternité, les périodes de formation professionnelle, de travail à temps partiel sans maintien des droits,…

Exemple : Nadia, cohabitante « ordinaire », bénéficie des allocations d’insertion depuis le 1er septembre 2013. Elle peut donc en principe bénéficier des allocations d’insertion jusqu’au 31 août 2016. Si elle est occupée à temps plein comme travailleuse salariée du 1er février 2014 au 30 octobre 2014 (9 mois), son droit aux allocations d’insertion sera prolongé jusqu’au 31 mai 2017 (soit 9 mois de plus).

Aussi longtemps que le crédit de 36 mois (éventuellement prolongé) n’est pas épuisé, le demandeur d’emploi peut, après une interruption de son chômage complet, bénéficier à nouveau des allocations d’insertion et épuiser le solde du crédit de 36 mois pour autant qu’à la date de sa demande d’allocations, il soit toujours admissible au bénéfice des allocations d’insertion :

  • soit parce qu’il n’a pas encore atteint l’âge de 25 ans ;
  • soit parce qu’il a bénéficié d’au moins une allocation d’insertion au cours des 3 ans qui précèdent la demande d’allocations.

Si, au moment de l’expiration du crédit de 36 mois (éventuellement prolongé), le demandeur d’emploi bénéficie d’une dispense soit parce qu’il suit une formation professionnelle, des études ou une formation, soit parce qu’il est occupé à l’étranger comme coopérant dans le cadre d’un projet reconnu de coopération au développement, il peut continuer à bénéficier des allocations d’insertion jusqu’à la fin de cette dispense.

Pour être complet, ajoutons que tu peux continuons à bénéficier des allocations d’insertion 3 ans après l’expiration des 36 mois (éventuellement prolongés) si tu suis un trajet spécifique ou approprié, organisé ou reconnu par le service régional de l’emploi (Actiris à Bruxelles). Un tel trajet ne te sera proposé que si tu présentes de graves problèmes de santé (d’ordre médical, psychique ou psychiatrique).

Le droit additionnel de 6 mois

Après l’expiration de la période de 36 mois (éventuellement prolongée), le demandeur peut bénéficier à nouveau des allocations d’insertion pendant 6 mois supplémentaires.

Pour bénéficier de ce droit additionnel, il faut prouver 156 jours (=6 mois) de travail ou assimilés pendant la période de 24 mois qui précèdent.

Les journées pour lesquelles une indemnité de maladie ou d’invalidité a été octroyée pendant une période de travail salarié prolongent la période de référence de 24 mois mais ne sont pas assimilées à des journées de travail. Par contre, les journées de congé de maternité indemnisées comme chômeuse ou comme travailleuse sont prises en considération dans les 156 jours.

Les journées de travail salarié (à temps plein ou à temps partiel) peuvent être prises en considération plusieurs fois pour ouvrir un droit additionnel de 6 mois si elles sont bien situées dans les 24 mois qui précèdent le droit additionnel de 6 mois. Elles peuvent même être prises à nouveau en compte lorsqu’elles ont déjà donné lieu à une prolongation du crédit de 36 mois.

Par exemple, Luca travaille à temps plein du 1er juillet 2014 au 31 décembre 2014 et son crédit de 36 mois se termine en principe à la même date que son contrat. Grâce à ses 6 mois de travail, son crédit est prolongé de 24 mois (jusqu’au 31 décembre 2016). Il a en effet droit à une prolongation de 6 mois grâce à son travail à temps plein pendant 6 mois. Et il peut ensuite bénéficier trois fois d’affilée du droit additionnel de 6 mois grâce à ses 6 mois de travail (qui se situent bien dans les 24 derniers mois jusqu’au 31 décembre 2016).

Quid en cas de travail à temps partiel ?

Dans certains cas, il est possible d’obtenir une Allocation de Garantie de Revenus (voir la fiche « travailler à temps partiel »). Cette AGR est un complément du chômage à la rémunération du travail à temps partiel.

Le travail à temps partiel avec AGR ne prolonge pas le crédit de 36 mois. SAUF s’il s’agit d’une période ininterrompue pendant six mois au moins et à condition qu’il s’agisse d’un régime de travail d’au moins un tiers temps (dans certaines branches d’activité, une occupation d’un quart temps est suffisante).
Par ailleurs, si tu es occupé à travailler à temps partiel au moment où le crédit de 36 mois s’épuise, alors tu gardes ton droit à l’AGR jusqu’à la fin de ta période de travail (ininterrompue). En outre, ce travail à temps partiel te permettra peut-être de bénéficier du droit additionnel de 6 mois. Par exemple, un travail à mi-temps pendant un an correspond à 156 jours (6 mois) de travail à temps plein et permet donc le droit additionnel de 6 mois.

Le travail à temps partiel sans AGR prolonge le crédit de 36 mois ET permet de bénéficier du droit additionnel de 6 mois.

Répondre à Sra4288 Annuler la réponse.

Ton adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec un *

*


85 questions pour “ Jusque quand as-tu droit à des allocations d'insertion ?

  1. Clem
    le 13 décembre 2017 à 04:05

    Bonjour/Bonsoir

    Il est dit qu’après 36 mois, nous n’avons plus le droit aux allocations d’insertion.

    Pour vous mettre dans le contexte, j’ai 24 ans et j’ai fini mes études.

    Ma question est la suivante:

    Est-ce que l’année où l’on effectue notre stage d’insertion est comptée dans ses 36 mois?

    Ou alors, c’est 36 mois après la fin de notre stage d’insertion?

    Bien à vous et surtout, merci de votre réponse.

    • Infor Jeunes Bruxelles
      le 13 décembre 2017 à 13:19

      Bonjour Clem,

      Le crédit des 36 mois concerne uniquement la perception d’allocations d’insertion. Ce délai commence donc à courir à partir de la date de la demande d’allocations d’insertion que tu introduis après la fin de ton stage d’insertion (si tu es cohabitante sinon, ce délai ne commence à courir qu’à partir de tes 30 ans). Le délai ne commence donc pas à courir à partir du début de ton stage d’insertion mais uniquement lorsque tu commenceras à percevoir des allocations d’insertion.

      N’hésite pas à nous recontacter si tu as d’autres questions.

  2. jojo
    le 12 décembre 2017 à 00:39

    bonjour. je suis arrivé en fin de droit du chomage en cohabitant depuis septembre 2016. depuis je beneficie du chomage isolé . mais depuis le 22novembre je suis revenus cohabitant . comment ca ce passe? je recupere mes droits en cohabitant ou bien je vais me retrouver sans revenu? merci de votre reponse

    • Infor Jeunes Bruxelles
      le 13 décembre 2017 à 11:15

      Bonjour Jojo,

      En effet , le fait que tu sois isolé te permettait de bénéficier d’un crédit de 36 mois qui devait prendre cours le mois qui suit ton 30ème anniversaire. Pour que nous puissions te répondre correctement sur ta situation actuelle, il faudrait que nous sachions si tu es sous le statut de « cohabitant » ou « cohabitant privilégié ». Pour rappel, le cohabitant « ordinaire » vit avec un conjoint qui bénéficie de revenus du travail alors que le cohabitant dit « privilégié » vit avec un conjoint qui bénéficie uniquement de revenus de remplacement.

      Dans le premier cas (cohabitant ordinaire), tu n’aurais effectivement plus droit aux allocations d’insertion puisque celui -ci s’est arrêté en septembre 2016. De plus, nous te rappelons que tu dois prévenir directement ton organisme de paiement de tout changement dans ta situation familiale. Si tu es cohabitant depuis le 22 novembre, et que tu n’a pas encore déclaré ton changement familial et que tu n’es plus dans les conditions pour percevoir tes allocations d’insertion, tu devras rembourser ce que tu as perçu depuis le 22 novembre.

      Dans le second cas (cohabitant privilégié), tu dois également informer ton organisme de paiement du changement de ta situation mais , en principe, rien ne change dans ta situation puisqu’en étant cohabitant privilégié , tu bénéficies également d’un crédit de 36 mois qui devait prendre cours le mois qui suit ton 30ème anniversaire exactement comme c’était le cas en tant qu’isolé.
      N’hésite pas si tu as besoin de plus d’informations

  3. Erine
    le 30 novembre 2017 à 09:57

    Ma période d’insertion se termine en janvier 2018 mais j’ai trouvé un emploi à mi-temps et en intérim à partir du 1er décembre 2017. Cela me donne t-il le droit de voir mon allocation d’insertion prolongée ou pas du tout?

    • Infor Jeunes Bruxelles
      le 30 novembre 2017 à 15:02

      Bonjour Erine,

      Si tu entames un emploi à temps partiel alors que tu es bénéficiaire allocations d’insertion, il est important de faire une demande de maintien des droits (et éventuellement d’AGR). Tu retrouveras toutes les informations utiles ici: http://bruxelles-j.be/droits-sociaux/tes-droits-au-chomage/travailler-a-temps-partiel/

      Les périodes de travail peuvent également prolonger le droit aux allocations d’insertion. C’est le cas d’une occupation comme travailleur à temps partiel avec maintien des droits sans allocation de garantie de revenus ou d’une occupation comme travailleur à temps partiel avec maintien des droits et allocation de garantie de revenus pendant une période ininterrompue pendant six mois au moins et à condition qu’il s’agisse d’un régime de travail d’au moins un tiers temps.

      Cela pourrait éventuellement également te donner accès au droit additionnel. Pour bénéficier de ce droit additionnel, il faut prouver 156 jours (=6 mois à temps plein ou 1 an à mi-temps) de travail ou assimilés pendant la période de 24 mois qui précèdent.

      Tout ceci est expliqué ci-dessus.

      N’hésite pas à nous recontacter si tu as d’autres questions.

  4. Ano
    le 23 novembre 2017 à 16:55

    J’habite avec ma mère et ma sœur , j’ai 22 ans. Je bénéficie des allocations d’insertions professionnelles, mais j’aimerais bénéficier d’une aide financière du CPAS car nous aimerons déménager pour pouvoir louer un appartement à deux chambres. Nous avons pas les moyens pour payer un loyer. Que dois-je faire ? Pourrai-je quitter le chômage pour m’inscrire au CPAS ?

    • Infor Jeunes Bruxelles
      le 24 novembre 2017 à 13:45

      Bonjour Ano,

      Pour pouvoir bénéficier d’une aide du CPAS, il faut être dans état de besoin et ne pas avoir la possibilité de bénéficier d’un autre type de revenu. Si tu es dans les conditions pour pouvoir bénéficier d’allocations d’insertion, le CPAS t’orientera vers cette possibilité. Il ne sera pas accepté par le CPAS que tu refuses les allocations d’insertion pour bénéficier d’un revenu d’intégration sociale.

      Si le montant de tes allocations d’insertion est inférieur au montant du revenu d’intégration sociale prévu pour ton statut familial, tu peux demander un complément au CPAS. Peut-être que ta maman ou ta sœur peuvent également demander une aide si elles n’ont pas de revenu. Il est également possible de demander une aide ponctuelle au CPAS. Quoi qu’il en soit, l’aide du CPAS n’est pas automatique. C’est seulement après une enquête sociale durant laquelle le CPAS analysera votre situation qu’ils décideront s’ils peuvent vous aider et comment.

      N’hésite pas à nous recontacter si tu as d’autres questions.

  5. Cricri
    le 15 novembre 2017 à 11:43

    Bjr je viens de recevoir un courrier disant que l allocation d insertion se termine fin janvier 2018 comment puis je faire seule avec 4 enfants et j ai perdu mon compagnon il y a seulement 5 mois merci

    • Infor Jeunes Bruxelles
      le 15 novembre 2017 à 14:43

      Bonjour Cricri,

      Effectivement, le droit aux allocations d’insertion est limité dans le temps. Si tu vis seule avec tes enfants, tu y as droit durant 36 mois à partir de tes 30 ans. Ce droit de base peut être prolongé par certains événements dont le travail (comme expliqué ci-dessus). Si tu as travaillé durant ces 36 mois, ton droit devrait être prolongé par les périodes de travail. Si tu n’as aucun événement qui pourraient prolonger ton droit, celui-ci va effectivement prendre fin. N’hésite pas à en parler avec ton organisme de paiement.

      Si ton droit prend fin et que tu n’es pas dans les conditions pour ouvrir un droit aux allocations de chômage (sur base du travail) et que tu es sans ressource, tu devras te tourner vers le CPAS de la commune dans la quelle tu vis. Après enquête sociale, le CPAS déterminera s’il peut t’aider et comment. Tu trouveras plus d’informations sur les CPAS et le type d’aide qu’ils peuvent apporter sur ces pages: http://bruxelles-j.be/droits-sociaux/obtenir-de-laide-du-cpas/

      Si ton conjoint est décédé, peut-être peux-tu bénéficier d’une prestation de transition. Tu trouveras plus d’information à ce sujet sur cette page: http://www.onprvp.fgov.be/FR/futur/survivorpension/Pages/default.aspx Dans certain cas, il faut introduire la demande et il y a donc des démarches à faire pour pouvoir l’obtenir (Cela ne se fait pas toujours automatiquement). N’hésite pas à contacter l’ONP pour avoir plus d’information: http://www.onprvp.fgov.be/fr/about/contact/Pages/default.aspx.

      N’hésite pas à nous recontacter si tu as d’autres questions.

  6. cop's
    le 14 novembre 2017 à 13:30

    bonjour. je suis en en cohabitation légale et je travaille depuis lus de dix ans pour subvenir aux besoins de la famille ( trois enfants ). ma femme ne touche ni cpas ni chaumage. elle ne touche que les allocations des enfants jusqu’ici. elle  a fini sa formation d’aide soignante le 24 juin 2017.

    ma femme s’est inscrite au forem en juillet mais ayant déjà plus de 26 ans elle ne rentrait plus dans le plan impulsion insertion. elle est quand même allé s’inscrire à l’APE . je voudrais savoir si dans sa situation elle a droit à une forme d’allocation. si oui quelle est la procédure à adopter pour bénéficier de ce droit? Merci.

  7. Ben
    le 18 octobre 2017 à 14:22

    Bonjour,

    Je suis assistant sociale et j’ai juste deux petites questions de précisions à avoir:

    Un jeune isolé qui fait une demande d’allocations d’insertion avant 25 ans pourra les avoir jusqu’à ses 30 ans et puis le délai des 36 mois commence à courir à partir de ses 30 ans c’est bien cela? (Pour autant qu’il répond aux conditions d’admission aux allocations d’insertion)
    Un jeune termine son stage d’insertion et le valide. Il reprend des études par la suite. Il ne devra pas refaire de stage d’insertion pour toucher des allocations d’insertion pour autant qu’il fasse sa demande avant 25 ans et qu’il réponde aux conditions d’octroi. Ma question est la suivante: Quand est-ce qu’un stage est validé. A partir de la demande d’allocations dans un organisme de paiement ou alors à partir du jour de la décision d’octroi de cet organisme?

    Je vous remercie et vous souhaite une excellente journée.

    Ben

    • Infor Jeunes Bruxelles
      le 20 octobre 2017 à 15:18

      Bonjour Ben,

      Tu as effectivement bien compris jusqu’à quand on peut bénéficier d’allocations d’insertion.

      Le stage d’insertion est validé une fois que l’ONEm l’a analysé comme tel. Théoriquement, c’est à partir de la date de la demande d’allocations d’insertion pour autant que le stage soit effectivement validé par l’ONEm (et donc dans les fait, il faut mieux attendre la décision de l’ONEm avant de prendre une décision).

      Si le stage d’insertion est validé, tu peux récupérer ton droit aux allocations d’insertion tant que le crédit des 36 mois n’est pas terminé pour autant que tu en refasses la demande avant 25 ans ou que tu en refasse la demande dans les 3 ans qui suivent le dernier jour où tu as perçu une allocations d’insertion. Cette période de 3 ans est prolongée par les études de plein exercice.

      N’hésite pas à nous recontacter si tu as d’autres questions.

  8. Amanda
    le 12 octobre 2017 à 08:55

    Bonjour,

    Pour savoir si j’ai encore droit aux allocations d’insertion, qui dois-je contacter l’Onem ou Actiris ?

    Merci d’avance

    • Infor Jeunes Bruxelles
      le 12 octobre 2017 à 15:24

      Bonjour Amanda,

      Normalement, c’est ton organisme de paiement (syndicat ou CAPAC) qui gère ton dossier et qui est ton lien avec l’ONEm. C’est chez eux que tu dois introduire ou réintroduire tes demandes.

      N’hésite pas à nous recontacter si tu as d’autres questions.

  9. diesel
    le 11 octobre 2017 à 18:40

    Bonsoir ,

    j’ai épuiser mon crédit de 36 mois je suis donc sans revenu , si j’ai bien compris je peu récupérer mon allocation d’insertion si je deviens isoler et mon crédit de 36 mois recommenceras seulement a partir de 30 ans.

    Si je loue un appartement après combien de temps puis je récupéré mon allocation ?

    A tire d’exemple si j’emménage le 01/11/2017  que je fais une demande d’allocation isolé a cette date serais je payer pour le moi de novembre ?

    • Infor Jeunes Bruxelles
      le 16 octobre 2017 à 11:54

      Bonjour Diesel,

      Nous ne pourrons malheureusement pas te répondre avec précision, mais sache qu’en théorie, ton organisme de paiement (syndicat ou CAPAC) dispose d’un délai de deux mois maximum pour transmettre le dossier à ton bureau de chômage.
      Ton bureau de chômage a ensuite un délai d’un mois maximum pour prendre sa décision.
      Cela dit, le délai de traitement est généralement plus court. En effet,  si ta situation est claire, que tu remets tous les documents au plus vite, que ceux-ci sont correctement compléter  et que l’ONEm n’a pas besoin de te convoquer pour t’auditionner, l’ONEm pourrait prendre moins de temps pour t’accorder tes allocations de chômage. Bien évidemment, pour le paiement de ton allocation, l’ONEm prendra en compte la date à laquelle tu as réintroduis ton dossier.

      Le mieux serait donc d’informer ton organisme de paiement de ta nouvelle situation dès que tu emménages au sein de ton appartement.

      D’autres questions ? N’hésite pas à nous recontacter!

  10. Justine
    le 9 octobre 2017 à 17:40

    Bonjour,

    J’ai terminé mes études en 2015 et je n’ai pas eu stage d’attente aux allocations car j’ai eu 26ans. Je n’ai jamais travaillé depuis. Est-ce que j’ai droit au chômage?

    Quelles sont les démarches à faire?

    Merci

    • Infor Jeunes Bruxelles
      le 10 octobre 2017 à 15:56

      Bonjour Justine,

      Malheureusement, tu ne peux pas prétendre à des allocations d’insertion (puisque tu as plus de 25 ans). Tant que tu as moins de 36 ans , tu dois prouver au moins 312 jours de travail sur un période de référence de 21 mois pour ouvrir un droit au chômage sur base du travail.
      Tu peux toujours demander l’aide du CPAS tout en sachant que celle-ci n’est pas automatique et qu’une assistante sociale investiguera d’abord ta situation personnelle avant de t’octroyer une aide. Pour plus d’infos: http://bruxelles-j.be/droits-sociaux/obtenir-de-laide-du-cpas/

      N’hésite pas si tu as besoin de plus d’informations

  11. josephine968
    le 6 octobre 2017 à 16:30

    Bonjour, merci pour votre reponse rapide, j’ai travaillé pendant 7 ans à temps partiel. J’ai déjà contacté mon syndicat qui s’en est un peu lavé les main. Comme j’ai bcp insisté, ils ont accepté de faire un recours contre la décision de l’Onem mais sans conviction. Comme je suis propriétaire je ne peux pas demander l’aide du CPAS mais je commence à avoir de sérieux problèmes d’argent. Que puis-je faire ? Il m’ont dit que mes droits avaient déjà été prolongés de 6 mois mais je n’étais pas au courant. Dans quelles conditions pourraient-ils être reprolongés ?
    Bien à vous

    • Infor Jeunes Bruxelles
      le 10 octobre 2017 à 10:30

      Bonjour Joséphine,

      Une occupation comme travailleuse à temps partiel avec maintien des droits sans allocation de garantie de revenus? permet de prolonger le droit aux allocations d’insertion de la durée de l’occupation.
      Par ailleurs, il existe aussi la possibilité de demander le droit additionnel comme expliqué ci-dessus.

      Mais si tu as travaillé 7 ans à temps partiel, tu devrais avoir droit au minimum à des demi-allocations de chômage. Il s’agit du chômage sur base du travail à temps partiel. Et ce chômage, contrairement aux allocations d’insertion, n’est pas limité dans le temps.

      Sache également que le fait d’être propriétaire ne retire pas automatiquement le droit à une aide du CPAS. Loin de là. Des calculs précis doivent être faits.

      Vu la complexité de ta situation, nous te conseillons de prendre contact avec l’Atelier des droits sociaux pour un entretien plus approfondi.

      Bien à toi

  12. Wava
    le 5 octobre 2017 à 10:55

    Bonjour,

    Je suis arrivé à l’épuisement de mon crédit de 36 mois le 3 septembre. J’ai demandé une prolongation de mon droit aux allocations d’insertion car pendant ces 36 mois j’ai travaillé pendant 8 mois au total (2 mois chez un employeur et puis deux CDD de 3 mois (chez deux autres employeurs).

    La CAPAC m’a payé deux jours de septembre, c’est à dire le 1er et le 2 (quand je tombe sur le répondeur de la capac on m’indique que le paiement a été fait pour septembre le 29 septembre)

    Aujourd’hui, quand je vais consulter mon dossier sur le site de la CAPAC (on m’indique que les autres jours de septembre ne sont pas indemnisables mais qu’un paiement a été fait le 3 octobre pour le mois de septembre) alors que logiquement ils doivent l’être vu que j’ai travaillé à temps plein pendant 8 mois ce qui prolonge mon crédit initial de 36 mois (apparemment la CAPAC aurait reçu une réponse de l’ONEM mais ne me la communique pas).

    Que dois-je faire? J’essaye en vain de contacter la CAPAC par téléphone et par mail.

    Puis-je introduire un recours ou dois-je attendre quelques jours?

    Merci d’avance.

    • Infor Jeunes Bruxelles
      le 9 octobre 2017 à 14:14

      Bonjour Wava,

      Il est difficile de t’en dire plus sur l’état de ton dossier. Il se peut que tu aies été payé les 2 premiers jours du mois de septembre sur base de ton droit de base mais que ta demande de prolongation ne soit pas encore traitée et que le payement arrivera plus tard dès que ton dossier aura été analysé. Tu pourrais te rendre à une permanence de la CAPAC pour vérifier ton dossier (si tu n’arrives pas à les contacter autrement). Que qu’il en soit, tu devrais recevoir une réponse écrite qu’elle soit négative ou positive. C’est suite à cette réponse écrite que tu pourras introduire un recours si tu n’es pas d’accord avec la décision communiquée. En principe, l’organisme de paiement a 2 mois pour compléter ton dossier et l’envoyer à l’ONEm et l’ONEm a un mois pour analyser le dossier et donner une réponse. Les délais ne sont donc pas encore dépassé.

      N’hésite pas à nous recontacter si tu as d’autres questions.

  13. josephine968
    le 28 septembre 2017 à 11:09

    Bonjour,suite à des problèmes de santé,je suis en incapacité de travail depuis le 8/12/15.Le médecin conseil m’a remise au travail le 12/7/16 mais j’ai introduit un recours contre cette décision et j’ai été licenciée pour force majeure.Je me suis donc inscrite au forem et on m’avait garanti au service juridique de mon syndicat que je toucherais des allocations en attendant la fin de la procédure. Là je suis en attente d’expertise et on m’annonce que je ne serai plus indemnisée car je suis arrivée en fin de droits le 7/7/17.Si on m’avait informée que cela pouvait arriver même malade je serais retournée travailler. Puis-je me retourner contre mon syndicat qui m’a mal informée? Merci

    • Infor Jeunes Bruxelles
      le 2 octobre 2017 à 16:29

      Bonjour Josephine968,

      Je suppose que tu n’as pas travaillé suffisamment longtemps pour ouvrir un droit au chômage sur base du travail.
      Il faudrait voir si tu n’as pas encore droit à des prolongations de ta période d’allocations d’insertion grâce à ton travail jusqu’en décembre 2015. Est-ce que cette prolongation a déjà été utilisée ?
      Nous te conseillons d’en discuter (demain par exemple) avec ce service juridique gratuit:

      L’atelier des droits sociaux
      Rue de la Porte Rouge 4
      1000 Bruxelles
      Tel: (32) 2 512 71 57 – (32) 2 512 02 90
      Fax: (32) 2 512 76 68
      emploi@atelierdroitssociaux.be
      http://www.atelierdroitssociaux.be
      Service Emploi/Sécurité sociale/Aide sociale?:
      mardi de 9h à 12h et de 13 à 16h
      mercredi de 9h à 12h
      jeudi de 16h à 20h (uniquement sur rendez-vous)

      Bien à toi

  14. Latatouee
    le 26 septembre 2017 à 00:45

    Bjr je fini mon droit d insertion au chômage car j ai atteint l âge de 33 ans. .. Je n aie pas ete prévenue par courrier.. Donc je suis pris de cour.. Je n aie malheureusement jamais travailler et des que j essaie de suivre formation ou autre suis de suite juger car tatouée et refuser. . comment vais je faire si je ne trouves pas de travail comment faire pour récupérer mon chômage.. J ai toujours bien rendu mes preuves de recherche toujours négative. Suis je condamne a ne pas trouver de boulot car tatouée et non diplômer??

  15. benyas
    le 15 septembre 2017 à 09:52

    bonjour, je suis en fin de droit au chomage  au 1er janvier 2018 , j’ai trouvé un emploi mais de 12h par semaine avec le plan activa, quel seront mes droit par rapport a l’onem, obtiendrai je une allocation de revenu pour complété la différence de ma paye.?

    • Infor Jeunes Bruxelles
      le 15 septembre 2017 à 16:49

      Bonjour Benyas,

      Tu pourrais bénéficier d’une allocations de garantie de revenu si ton salaire est inférieur à l’allocation d’insertion à laquelle tu aurais droit si tu ne travaillais pas. Tu trouveras plus d’information à ce sujet sur cette page: http://bruxelles-j.be/droits-sociaux/tes-droits-au-chomage/travailler-a-temps-partiel/ Il faudra faire une demande de maintien des droits et d’AGR via les formulaires C 131A-travailleur et C 131A-employeur auprès de ton organisme de paiement.

      Si, au moment où le crédit de 36 mois (éventuellement prolongé) arrive à son terme, tu travailles comme travailleur à temps partiel avec maintien des droits et l’allocation de garantie de revenus, tu peux conserver ce droit à l’allocation de garantie de revenus jusqu’à la fin de l’occupation à temps partiel.

      N’hésite pas à nous recontacter si tu as d’autres questions.

  16. Blue-Mary
    le 12 septembre 2017 à 15:49

    Bonjour,

    Je suis en fin de droit d’allocations chômage au 1er janvier 2018.

    Si je fais un PFI en octobre de 6 mois par exemple, je bénéficie d’un prolongement ou pas ? Je devrais faire mes 3 autres mous de PFI sans revenu, juste la prime d’encouragement de l’employeur ?

    Merci

    • Infor Jeunes Bruxelles
      le 27 septembre 2017 à 16:28

      Bonjour Blue-Mary,

      Le PFI devrait bien te permettre de prolonger ton droit aux allocations d’insertion (complété par la prime de l’employeur) jusqu’à la fin de tes 6 mois PFI. De plus, après tes 6 mois de contrat travail, tu pourras récupérer tes allocations d’insertion en prolongeant grâce à ton travail et tu pourras ensuite demander plusieurs droits additionnels de chaque fois 6 mois comme expliqué ci-dessus.

      Si ce n’est déjà fait, n’hésite pas à en parler avec ton conseiller PFI: https://www.leforem.be/contact/conseil-entreprises/conseillers-pfi.html

      Bien à toi

  17. SQM
    le 12 septembre 2017 à 11:26

    Bonjour, j’ai travaillé de septembre 2015 à juin 2016 (écartement grossesse de janvier 2016 à juin 2016) après mon repos d’accouchement qui s’est terminé le 27 septembre 2016, j’ai fait une demande de droit additionnel de 6mois car je devais être « rayée », il a été accepté jusque mars 2017 où j’ai refais la demande qui a encore été acceptée jusque ce mois ci. Est ce que je peux refaire une dernière demande pour 6mois ? Sera t-elle acceptée ? J’ai une promesse d’embauche pour Mars 2018. Ma deuxième question est qu’en Mars je commence en Ptp dans une école maternelle, donc jusque juin 2018 et je serai reprise en septembre 2018. Est-ce qu’en juillet et août j’aurai Quand meme droit au minimum du chômage ?
    Merci pour votre réponse.

    • SQM
      le 12 septembre 2017 à 11:32

      Pour ma première question concernant le droit additionnel je viens de me rendre compte que je vous avez déjà posé la question, désolée ! Mais pour les 2 mois d’été, je suis dans le flou total quant à savoir si j’aurai du chomage pendant ces 2 mois ..
      merci

  18. Bougia
    le 12 septembre 2017 à 09:18

    Bonjour, voilà je suis en fin de droit de chômage car dépasser la période des 36 mois sans avoir travailler le problème c’est que je vais me faire opérer ce mois ci.. et mon droit au chômage prend fin fin de ce mois ci donc je vais me faire opérer avant la fin ma question est la suivante :aurais je droit au salaire de remplacement de la mutuelle?? Une duree limitée ? étant en incapacité de travail pendant 6 semaine après opération minimum… Merci d’avance!

    • Infor Jeunes Bruxelles
      le 12 septembre 2017 à 15:38

      Bonjour Bougia,

      Tant que tu remplis les conditions de stage par rapport à la mutuelle, tu pourras effectivement ouvre le droit aux indemnités d’incapacité. Il faut prouver 180 jours de travail (ou assimilés comme des jours en tant que demandeur d’emploi indemnisé) sur les 12 mois qui précèdent. Tu devrais donc pouvoir bénéficier d’indemnités d’incapacité pour la période après ton opération. N’hésite pas à en parler avec ta mutuelle.

      N’hésite pas à nous recontacter si tu as d’autres questions.

  19. Paci
    le 9 septembre 2017 à 09:00

    Bonjour jai ete 6 ans en invalidite jusque aout 2017 suite a ca jai introduitun recours contre decision inami ne suis reinscrite au chomage on me dit que je n aurai droit a rien jai eu durant periode de maladie 2 enfants dinc 2 repos de maternite pq ne sont ils pas pris en compte? Je compte bien introduire un recours contre l onem car jai 3 enfants et perdu mes droits puis demander l aide du cpas je prefere eviter de me ridiculiser car la aussi je suis proprietaire dune maison incendiee en attente d assurance et rien et une autre maison totalement inhabitable .voila il me reste quoi comme solution .la rue , ou la morgue? Merci

  20. Yves
    le 18 août 2017 à 20:05

    bonjour je m’appel Yves et j’ai 22 ans.
    Je me permets de vous contacter pour vous poser une question au sujet des cartes de pointages (FGTB).

    Je perçois des allocations d’insertions professionnelle suite à un stage de transition en entreprise.

    Une agence d’intérim m’a contacté récemment et m’a proposé une mission d’intérim.

    Ce n’est pas sûr mais il est possible que je pars en mission d’intérim pour une durée de 6 mois à temps plein. (Du lundi au vendredi) et c’est 40 heures par semaine.

    J’aurais donc plusieurs contrats par semaine que je signerai avec mon lecteur de carte EiD.

    Ma questions est :

    Vu que ce sera peut-être une longue mission d’intérim, dois-je obligatoirement me rendre à mon syndicat sur place afin de leur faire savoir ou le fait de noircir les cases sur ma carte de pointage suffit ?

    Vais-je perdre mes allocations d’insertions si je débute ma mission d’intérim  ?

    Je vous remercie d’avance.

    Yves

    • Infor Jeunes Bruxelles
      le 21 août 2017 à 14:35

      Bonjour Yves,

      Si tu commences à travailler à temps plein pour une période de 6 mois, il ne faut plus remettre de carte de contrôle. Il faudra réintroduire une demande à la fin de ta période de travail et tu devrais bien pouvoir récupérer tes allocations d’insertion sans souci. Sache que les périodes de travail prolonge le droit aux allocations d’insertion.

      Tu peux prévenir ton organisme régional pour l’emploi que tu commences à travailler.

      Si tu commences à travailler au milieu d’un mois, tu peux remettre la carte de contrôle de ce mois-là en noircissant les journées où tu as travaillé.

      N’hésite pas à nous recontacter si tu as d’autres questions.

      • Yves
        le 21 août 2017 à 20:56

        Re-bonjour,

        Merci pour votre réponse rapide et très clair.

        Ca m’aide vraiment car je n’ai pas envie d’avoir de soucis avec mon syndicat.

        Vous m’avez bien expliqué que si j’ai un contrat d’une durée de 6 mois, j’avertis mon syndicat de ma situation et je ne remet plus de carte de contrôle.

        J’ai encore une question concernant les dates :

        Dans mon contrat il est stipulé que je commence le 21-08-17 pour terminer le 27-08-17 (3 jours d’essai inclus).

        Vu que sur le contrat, les dates sont des petites périodes. (Du 21 au 27) ou du 01-01-17 au 07-01-17 par exemple.

        Dans ce cas là il ne faut pas avertir vu que ce sont des petites périodes ?

        Si par exemple sur mon contrat, il est écrit que je commence le 01-01-17 pour terminer le 01-06-17 là j’avertis.

        C’est bien exact ?

        Si c’est bien indiqué que je fais 6 mois j’avertis mais sinon, c’est pas nécessaire vu que je ne suis pas sûr et que c’est que des petites dates.

        Yves

         

         

        • Infor Jeunes Bruxelles
          le 23 août 2017 à 17:57

          Bonjour Yves,

          En fait, tu n’es pas tenu de prévenir ton syndicat que tu travailles.
          Tu dois juste noircir ta carte de contrôle avant de travailler si c’est un jour qui se trouve dans un mois dans lequel tu demandes le chômage pour certains jours de ce mois.
          Si tu as un contrat de plusieurs mois, tu n’auras plus besoin de rentrer de carte de contrôle et donc plus besoin de noircir les cases de tes cartes de contrôle.

          Bien à toi

  21. PVT
    le 16 août 2017 à 17:35

    Bonjour, j’ai 27 ans. Je suis à l’étranger jusqu’Octobre 2017 (PVT). J’ai touché mes premières allocations d’insertion il y a 3 ans. Mon organisme me dit que je n’aurais droit à rien comme cohabitante en rentrant car j’ai épuisé mes 36 mois ce mois-ci. Hors, j’ai travaillé quelques mois en belgique durant ces 3 années. Pourquoi ne puis-je pas prolonger cette période de la durée des périodes de travail que j’ai effectué? Merci d’avance

    • Infor Jeunes Bruxelles
      le 17 août 2017 à 14:10

      Bonjour PVT,

      Si cela fait moins de 3 ans que tu as perçu tes dernières allocations d’insertion, tu devrais pouvoir récupérer ton droit aux allocations d’insertion (pour les périodes prolongées). Normalement, si tu as travaillé à l’étranger, ces périodes devraient également prolonger ton droit et la période  de 3 ans.

      Une fois de retour en Belgique, nous te conseillons donc de bien expliquer ta situation à ton organisme de paiement et au besoin d’insister pour qu’un dossier de demande soit bien introduit afin que celui-ci soit analysé par l’ONEm (et pas uniquement oralement par le travailleur de l’organisme de paiement).

      N’hésite pas à nous recontacter si tu as d’autres questions.

  22. Friday
    le 27 juillet 2017 à 15:22

    Bonjour,

    pour tout vous dire, je n’ai rien compris pour l’histoire de la limite d’âge dans le calcul.

    En très grosses lignes, j’ai terminé mes études de master en 2015. En 2016 j’ai fait une autre année d’étude en Belgique. En 2017 j’ai fait une année d’étude à l’étranger. Maintenant je reviens en Belgique. Et j’ai 30 ans. Je ne me suis pas encore inscrite à l’Actiris. Je cherche un appartement en Belgique.

    Est-ce que j’ai droit à une allocation d’insertion dans ces conditions-là?

     

    Merci pour votre réponse

    • Infor Jeunes Bruxelles
      le 28 juillet 2017 à 09:27

      Bonjour Friday,

      Pour ouvrir un droit aux allocations d’insertion (chômage sur base des études), il faut avoir fait un stage d’insertion d’un an et ouvrir son droit avant ses 25 ans. Tu n’es donc pas dans les conditions pour pouvoir bénéficier d’allocations d’insertion. Tu retrouveras ces informations ici: http://bruxelles-j.be/travailler/ton-premier-emploi/le-stage-dinsertion-professionnelle/

      Tu pourras ouvrir un droit aux allocations de chômage (sur base du travail), après avoir travaillé au moins 312 jours (sur une période de référence de 21 mois). Tu trouveras plus d’information à  sujet sur cette page: http://bruxelles-j.be/droits-sociaux/tes-droits-au-chomage/quelles-conditions-dois-tu-remplir-pour-beneficier-des-allocations-de-chomage/

      Si tu es sans ressource, tu peux t’adresse au CPAS de la commune dans laquelle tu vis pour introduire une demande d’aide. Après enquête sociale, le CPAS déterminera s’il peut t’aider et comment.

      N’hésite pas à nous recontacter si tu as d’autres questions.

      • Friday
        le 28 juillet 2017 à 20:47

        Bonjour,

        votre réponse est super claire et m’a aidé beaucoup plus que tout ce que j’ai pu lire jusqu’à présent sur les sites officiels. Merci beaucoup! Vous êtes top!

  23. SQM
    le 21 juin 2017 à 22:50

    Bonjour j’ai travaillé de septembre 2015 à juin 2016. En septembre 2016 j’ai fait une demande de droit additionnel puis en mars 2017 qui a de nouveau été acceptée jusque septembre 2017. Je devais normalement être engagée en septembre Mais ma future patronne vient de me dire que ce serai Pour février Car elle avait mal calculer le contrat de l’employée sortante. Ma question est : puis je re-demander un droit additionnel en septembre ?? Merci

    • SQM
      le 21 juin 2017 à 22:53

      Il faut aussi que vous sachiez que quand je travaillais j’ai été écartée de janvier 2016 à septembre 2016 Pour grossesse et repos d’accouchement. Merci

      • Infor Jeunes Bruxelles
        le 22 juin 2017 à 10:33

        Bonjour SQM,

        Pour bénéficier de ce droit additionnel, il faut prouver 156 jours (=6 mois) de travail ou assimilés pendant la période de 24 mois qui précèdent. Les journées de travail salarié (à temps plein ou à temps partiel) peuvent être prises en considération plusieurs fois pour ouvrir un droit additionnel de 6 mois si elles sont bien situées dans les 24 mois qui précèdent le droit additionnel de 6 mois. Elles peuvent même être prises à nouveau en compte lorsqu’elles ont déjà donné lieu à une prolongation du crédit de 36 mois.

        En septembre 2017, tu devrais donc bien pouvoir ouvrir un nouveau (et dernier) droit additionnel sur base de tes prestations entre septembre 2015 et juin 2016. N’oublie pas de faire les démarches pour le demander.

        Bien à toi

  24. Euphrosyn
    le 19 juin 2017 à 13:43

    Bonjour,

    En formation IFAPME depuis septembre 2015 (et jusque juin 2018) je n’ai pas obtenu de dispense pour cette formation et mon crédit de 36 mois arrive à son terme en aout 2017.

    Je suis actuellement cohabitant ordinaire, et ce, depuis que je perçois l’allocation d’insertion.

    Est ce que, si je change de situation personnelle et devient isolé avant la fin de mon crédit 36 mois, je vais pouvoir continuer à percevoir une allocation ? (qui me permettrait de finir ma formation sereinement)

    Merci

     

     

    • Infor Jeunes Bruxelles
      le 20 juin 2017 à 10:27

      Bonjour Euphrosyn,

      Si tu décides de vivre seul, tu pourras sans doute prolonger le bénéfice de ton allocation d’insertion. En effet, dans ce cas, ton crédit de 36 mois ne débutera qu’à partir de tes 30 ans (et s’épuisera donc à tes 33 ans).

      Attention! Sache qu’en principe tu aurais dû introduire une demande de dispense auprès du Forem pour pouvoir suivre ta formation tout en bénéficiant d’allocations de chômage.

      Si le Forem s’aperçoit que tu suis cette formation sans avoir demander son accord ou que tu en informes ton conseiller emploi, tu risquerais de devoir rembourser l’entièreté de tes allocations d’insertion!

      D’autres questions ? N’hésite pas à nous recontacter!

       

      • Euphrosyn
        le 21 juin 2017 à 10:44

        Bonjour,

        Merci pour votre réponse !

        Le Forem et l’Onem sont au courant de ma formation, j’ai signalé cette reprise à mon conseiller Forem et encore par la suite lors d’un contrôle. Ils ne s’y opposent pas mais ma demande de dispense a été rejetée pour un problème d’horaire (formation en cours du soir). Mais ça c’est une autre histoire.

        Donc même si mes 36 mois s’achèvent bientôt je peux devenir isolé et continuer à bénéficier des allocations d’insertions ?

        Je ne voudrais pas m’engager auprès d’un propriétaire pour ensuite être incapable de payer mon loyer.

        J’essaie de contacter mon organisme de paiement pour plus de renseignement mais ils sont en plein déménagement et le service téléphonique est indisponible pour l’instant.

        Un grand merci pour ce que vous faites.

         

        • Infor Jeunes Bruxelles
          le 21 juin 2017 à 13:20

          Bonjour Euphrosyn,

          Effectivement, aucune dispense n’est requise pour les cours du soir (il est donc normal que cette dernière t’ait été refusé). Tu peux effectivement suivre ce type de formation, pour autant que tu continues à respecter les obligations imposées au chômeur: http://bruxelles-j.be/?p=4592

          Pour répondre à ta question concernant le délai des 36 mois, comme indiqué ci-dessus, tu peux effectivement changer de situation familiale en fin de bénéfice, cela te permettra de postposer le début du délai de 36 mois à tes 30 ans. Tu pourrais d’ailleurs également le faire par la suite (après la fin de ton crédit actuel) pour autant que tu ais bénéficié de ta dernière allocation d’insertion il y a moins de 3 ans. Dans ce cas, tu pourras alors rouvrir un droit aux allocations d’insertion.

          D’autres questions ? N’hésite pas à nous recontacter!

  25. Sra4288
    le 16 juin 2017 à 21:13

    Mon droit à 36 mois de chomage en tant que cohabitante est terminé le 28 aout 2015. Depuis je n’ai plus rien touché. Là je veux entammer une formation au forem assez chargé. C est a dire tous les jours on a cours. Apparemment on nous délivre une dispense de recherche d emploo quand on a 20h de cours.Est ce que je peux réavoir droit au chomage grace à cette formation?

    • Infor Jeunes Bruxelles
      le 19 juin 2017 à 12:18

      Bonjour Sra4288,

      Hélas, le fait de reprendre une formation ne te permet pas de récupérer ton droit. La dispense permet aux personnes qui ont droit à des allocations de continuer à percevoir leurs allocations tout en étant dispensé de chercher un  emploi. Dans ton cas, tu n’as pas besoin de demander de dispense, mais tu ne pourras pas récupérer tes allocations d’insertion. Dans certains cas, il est possible de bénéficier d’une allocation de formation d’un euro de l’heure. Nous te conseillons d’en parler avec ton conseiller du Forem.

      N’hésite pas à nous recontacter si tu as d’autres questions.

  26. Az
    le 2 juin 2017 à 20:00

    Bonjour
    Le cpas m’avait demandé d’introduire une demande au allocations d insertion Sur base d’étude par contre bne lai pas puisque j’ai trouvé un stage en entreprise. J’ai introduit la demande a partir du 8/3/2017 car mon stage prenant fin 9/5/2017 auprès la capac.le 22/5 je reçois une lettre de refus de lonem car jnai pas fais 6ans d’étude et suis pas belge. Maintenant jvai introduire la demande d’aide auprès du cpas pour le restant du mois de mai il disent que ce n’est pas possible car cest deja passé et qla demande se fera à partir daujoudhui 2/6 que jai eu rendez-vous avec eux. Je dois payer mon loyer du mois de mai, electrabel aussi que dois je faire?svp mon paiement du mois d’avril à été bloqué par lonem car la demqnde a été refusé.je n’ai plus rien ya t il un service pour m’aider financièrement? Merci

    • Infor Jeunes Bruxelles
      le 6 juin 2017 à 14:21

      Bonjour Az,

      Ta situation n’est pas très claire,
      En principe, le CPAS est malheureusement la dernière aide à laquelle tu as droit lorsque tu ne disposes pas d’autres moyens de subsistance, c’est ce qu’on appelle une aide résiduaire.

      Si tu a introduit ta demande le 08.05.2017 auprès de la CAPAC, il est totalement normal que le CPAS  ne puisse prendre en compte ta demande précédente puisque ce sont deux organismes différents pour lesquels l’introduction de demande se fait de manière distincte.

      Si tu as introduit ta demande du 08.05.2017 auprès du CPAS, sache qu’il est a priori normal que ta nouvelle demande soit encodée à la date du 02 juin si tu t’es présenté à cette date là.

      Par contre tu pourrais peut-être introduire un recours auprès du Tribunal du travail afin de contester le fait que ta demande ne soit pas prise en compte depuis ta première demande, ou plutôt la fin de ton stage en entreprise.
      Le mieux serait d’avoir une preuve écrite que le CPAS à refuser de t’indemniser à dater de ton ancienne demande, malgré que tu n’ouvrais pas le droit aux allocations d’insertion.

      Si tu souhaite être suivi et/ou accompagner pour tes démarches, nous te conseillons de contacter ce service juridique gratuit et de leur expliquer ta situation:
      L’atelier des droits sociaux
      Rue de la Porte Rouge 4
      1000 Bruxelles
      Tel: (32) 2 512 71 57 – (32) 2 512 02 90
      Fax: (32) 2 512 76 68
      emploi@atelierdroitssociaux.be
      http://www.atelierdroitssociaux.be
      Service Emploi/Sécurité sociale/Aide sociale?:
      mardi de 9h à 12h et de 13 à 16h
      mercredi de 9h à 12h
      jeudi de 16h à 20h (uniquement sur rendez-vous)

      D’autres questions ? N’hésite pas à nous recontacter!

  27. Jessica
    le 22 mai 2017 à 21:00

    Bonsoir,

    Je me suis réinscrite au chômage le 3 Avril 2017 après une période de 18 mois de travail à temps plein . Durant mon contrat j’ai été sur la mutuelle 21 jours. Avant tout cela, je bénéficiais d’allocations d’insertion qui on pris fin le 1er janvier 2015. Je me suis inscrite au Cpas et ai bénéficié du RIS jusqu’au jour de mon engagement en Octobre 2015.

    L’Onem ma mise de nouveau en allocation d’insertion, pourquoi mes jours d’incapacité de travails n’ont pas été assimilé? j’aimerai comprendre???

    En vous remerciant par avance,

    • Infor Jeunes Bruxelles
      le 23 mai 2017 à 11:24

      Bonjour Jessica,

      Les journées de maladie indemnisées par la mutuelle ne sont pas assimilées à des journées de travail pour ouvrir le droit aux allocations de chômage lorsque la personne a bénéficier d’allocation d’insertion avant. Si tu as 36 ans ou plus, il est donc normal que tu ne puisses pas ouvrir de droit aux allocations de chômage car il te manque des journées de travail.

      Il semble donc que ce dont tu bénéficies actuellement soit un droit additionnel de 6 mois aux allocations d’insertion. Il est possible de bénéficier de ce droit additionnel lorsqu’on prouve au moins 6 mois de travail sur les 24 derniers mois. A la fin de chaque droit additionnel, tant que tu prouves 6 mois de travail dans les 24 derniers mois, tu peux bénéficier d’un nouveau droit additionnel.

      Etant donné qu’il semble manquer seulement 21 jours de travail pour ouvrir ton droit aux allocations de chômage, il pourrait être intéressant d’accepter n’importe quel emploi temporaire (type travail intérim) pour pouvoir rapidement avoir ces 21 jours de travail et ouvrir le droit aux allocations de chômage.

      N’hésite pas à nous recontacter si tu as d’autres questions.

  28. will
    le 8 mai 2017 à 13:06

    Bonjour,

    Voici ma situation je suis au chômage avant 2012 comme Cohabitant avec charge de famille.

    Maintenant j’ai 31 ans j’ai donc commencer mon crédit 36 mois après mes 30 ans.

    Mon épouse va être en congé maternité ma première question c’est vais je passer en Cohabitant privilégié ou en Cohabitant Ordinaire ? et ma deuxième question c’est si je passe en Cohabitant Ordinaire mon crédit de 36 mois continue normalement vu que j’ai 31 ans ou je perd directement mon allocation ?

    • Infor Jeunes Bruxelles
      le 8 mai 2017 à 15:49

      Bonjour Will,

      Si ton épouse perçoit des indemnités de la mutuelle, ces indemnités sont bien considérées comme des revenus de remplacement. Dans ce cas, tu devrais avoir le statut de cohabitant privilégié, ce qui ne devrait pas interrompre ton droit.

      N’hésite pas à nous recontacter si tu as d’autres questions.

  29. Lilou
    le 3 mai 2017 à 22:50

    Bonsoir, je voulais savoir si j’ai touché durant 4 mois une AGR avec maintien des droits lorsque j’ai commencé mon temps partiel 19h semaine. J’ai reçu mon c4 avec indemnités et j’ai travaillé 26 mois. Est ce que les 4 mois où j’ai reçu une AGR sont également compté dans mes mois de travails ou pas ? Donc est ce que je dois compter 22mois ou 26 mois (24/12/14 au 30/01/17).j’aimerais comprendre dans quel phase indemnité je tombe.Merci beaucoup pour votre réponse.

    • Infor Jeunes Bruxelles
      le 4 mai 2017 à 11:49

      Bonjour Lilou,

      Les périodes de travail avec maintien des droits et allocations de garantie de revenu n’interrompent pas la dégressivité et n’ont donc pas d’impact sur les périodes d’indemnisation. Par contre, les périodes de travail à temps partiel avec maintien des droits et sans allocations de garantie de revenu prolongent bien les périodes d’indemnisation.

      Cependant, il est possible de revenir en première période d’indemnisation en prouvant 24 mois de travail à temps partiel avec maintien des droits (avec ou sans AGR). Selon nous, tu devrais donc pouvoir retourner en première période d’indemnisation. Tu peux en discuter avec ton organisme de paiement. Tu retrouveras toutes les explications sur la dégressivité et les périodes d’indemnisation sur cette page du site de l’ONEm: http://www.onem.be/fr/documentation/feuille-info/t67#h2_2

      N’hésite pas à nous recontacter si tu as d’autres questions.

  30. adriatic
    le 2 mai 2017 à 11:39

    Bonjour

    J’ai 44 ans et habite seul (avec mes 2 enfants, 1 semaine sur 2 et la moitié des vacances scolaire (je ne sais pas si ça change qque chose mais …)), j’ai travaillé, à temps pleins, plus que 21 ans (sans interruption), je viens de recevoir mon préavis, jusque quand ai-je droit au chômage?!!

    Merci beaucoup

  31. Camille
    le 20 avril 2017 à 14:55

    Bonjour,

    J’ai actuellement 26 ans. Je suis mariée et mon compagnon est encore étudiant et travaille un peu sur le côté en tant qu’intérimaire. Il ne bénéficie d’aucun revenu de remplacement.

    J’ai bénéficié d’allocations d’attente pour la première fois le 30/08/13. J’ai commencé un travail à temps partiel (22h) le 01/04/16 tout en introduisant une procédure de maintien des droits sans AGR. J’ai refait une demande d’allocations suite à mon licenciement le 20/02/17, demande qui a été acceptée et je suis donc actuellement de nouveau bénéficiaire d’allocations d’insertion. Quand je pose la question à l’ONEM, il leur « semble » que je perdrai mes allocations le 19/07/17… Mais ils ne sont pas sûrs… ?! Ce que je comprend c’est que mon crédit de 36 mois est épuisé.

    Mes questions sont les suivantes :

    N’ai-je pas droit à un droit additionnel de 6 mois suite à mon occupation à temps partiel?
    Si mon compagnon ne bénéficie d’aucun revenu à partir du mois de juin (ce qui sera le cas) aurais-je une prolongation? Mon statut change et que je rentre dans la règle des « jusqu’à 33 ans »? Que se passe-t-il si mon compagnon retravaille en septembre ou octobre?
    Aurais-je le droit de suivre un parcours d’aide à entreprendre avec une coopérative d’activité si mon chômage se termine avant la demande ou la fin de l’accompagnement? Aurais-je un maintien des droits, une dispense pendant cette période?

    Merci d’avance pour vos réponses.

    • Infor Jeunes Bruxelles
      le 20 avril 2017 à 17:12

      Bonjour Camille,

      D’après nos calculs, en tant que cohabitante, tu garderais tes droits aux allocations d’insertion plus longtemps.
      Tu peux d’abord bénéficier d’une prolongation jusqu’en janvier 2018 pour tes 10 mois (et un peu plus) d’occupation à temps partiel. Puis tu devrais en effet pouvoir demander un droit additionnel de 6 mois jusqu’en juillet 2018.

      Si ton compagnon gagne en brut moins de 765,97 euros par mois, tu peux le prendre à ta charge. Et en étant cohabitante avec charge de famille, tu passes en effet dans « la règle des 33 ans ».
      Dès qu’il dépasse ce montant, tu redeviens cohabitante et on applique les règles expliquées dans le premier paragraphe de notre réponse.

      Tu peux, à priori, suivre un parcours d’aide à entreprendre avec une coopérative d’activité tout en bénéficiant des allocations d’insertion: http://www.onem.be/fr/documentation/feuille-info/t87#h2_2
      Mais à vérifier avec l’ONEM parce que la feuille info 116 (« Vous voulez, en tant que candidat entrepreneur, conclure une convention avec une coopérative d’activités? ») a disparu de leur site.
      Tu peux interpeller le service réglementation de l’administration centrale de l’ONEM à ce sujet en écrivant à reglement@onem.be
      Et, à notre connaissance, ce parcours d’aide à entreprendre ne permet pas de prolonger le droit aux allocations d’insertion.

      Bien à toi

  32. Fanny
    le 15 avril 2017 à 15:07

    Bonjour,

    J’ai le revenu d’insertion au chômage depuis 2011 en tant qu’isolee. Je n’ai pas travaillé. J’ai 29 ans.
    Je bénéficie d’une dispense du forem pour suivre mes études.
    Ma question est la suivante: si j emménage avec mon compagnon en cours d’année scolaire je bénéficie toujours de mon revenu jusqu’à la fin de la dispense?
    Merci pour votre réponse.
    Cordialement

    • Infor Jeunes Bruxelles
      le 18 avril 2017 à 14:29

      Bonjour Fanny,

      En emménageant avec ton compagnon, tu passeras du statut d’isolé à celui de cohabitant. Dans ce cas, le délai des 36 mois commence à courir à partir du 1er janvier 2012 (date du changement de la loi) et tu ne devrais donc plus avoir droit au allocations d’insertion. Cependant, comme tu bénéficies actuellement d’une dispense, ton droit est effectivement prolongé jusqu’à la fin de ta dispense (éventuellement renouvelé en cas de réussite s’il s’agit d’études d’une durée supérieur à un an).

      N’hésite pas à nous recontacter si tu as d’autres questions.

  33. famer
    le 20 mars 2017 à 19:26

    Bonjour

    Je suis française je suis venue en Belgique entre 2004 et 2005 et j’ai travaillé à l’âge de 23 ans pendant 8 mois et j’ai été malade 4 mois, puis j’ai perçu le chômage sur base du travail à partir de 23 ans. J’ai cherché du travail activement et j’ai pu prouver que je fais mes recherches d’emploi, depuis 2009 jusqu’à maintenant je perçois le chômage en Belgique. En 2013 la vierge noire me reconnaît une inaptitude et je perçois depuis une allocation de 209 € en plus du chômage. J’ai entre temps fais des études, j’avais présenté un examen d’admission à EOS ecole en 2007 d’assistante sociale que j’ai réussi, j’ai dû abandonné mes études en avril pour travailler car le cpas m’a proposé du travail. Donc je n’ai pas présenté mes examens. Je me suis inscrite en 2010 dans la même section et j’ai échoué. Mais en 2011 j’ai repris des études en promotion sociale en deux années. Donc j’avais terminé en 2013 mais sans tout réussir en secondaire supérieur de qualification, alors j’ai repris ma formation étalée de 2014 à 2017 la même formation dans une autre école. Donc j’ai étudié  au moins pendant 6 ans. J’ai 32 ans et j’aimerais bénéficier des allocations d’insertion droit additionnel à mes allocations de chômage sur base du travail.

    J’ai été reconnue invalide avec 15 points avec la vierge noire. J’aimerais savoir si sur base de mon examen d’admission réussi plus de mes 6 ans d’études en Belgique ai je droit à l’allocation d’insertion. Je vis en cohabitation avec mes parents dont ma mère qui n’a aucun revenu. Je ne suis pas cohabitante avec charge de famille car mon père perçoit environ 2000€ mais ma tante qui n’a aucun revenu est sur le point et qui vit avec nous d’être régularisée je me demande si dans ce cas je ne serais pas cohabitante avec charge de famille. Ai je le droit de percevoir en droit additionnel l’allocation d’insertion, car je n’avais que 23 ans quand j’ai travaillé et que je n’étudiais pas pendant le temps où j’ai travaillé donc je n’avais pas 25 ans, de plus je suis tombée malade et la vierge noire m’a reconnue. Ai je le droit de percevoir en droit additionnel en attendant la vierge noire plus c’est à dire allocation d’insertion avec charge de famille car j’ai bien étudié 6 ans en belgique.  Je peux le prouver. Mais le souci c’est que j’ai 32 ans. Je termine mes études en mai juin maxi septembre et je n’aurais pas encore 33 ans.

    Ai je le droit de percevoir l’allocation d’insertion pendant 3 ans avant l’allocation de la vierge noire car j’ai maintenant 15 points au lieu de 6 que j’avais avant, puis je récupérer mon chômage sur base du travail qui est faible pendant la vierge noire ?

    • Infor Jeunes Bruxelles
      le 22 mars 2017 à 10:35

      Bonjour Famer,

      Tu ne pourras pas ouvrir de droit aux allocations d’insertion puisque tu as plus de 25 ans. De plus, les allocations d’insertion ne sont pas cumulables avec les allocations de chômage. Si tu as déjà ouvert un droit aux allocations de chômage, il n’y a donc aucune raison d’ouvrir un droit aux allocations d’insertion. Le fait d’avoir une incapacité reconnue ne permet pas plus d’ouvrir un droit aux allocations d’insertion. Tu pourrais par contre en parler avec ton organisme de paiement pour pouvoir rencontrer un médecin de l’ONEm pour avoir une incapacité reconnue également au niveau de l’ONEm. Cela permet d’avoir certaines dispense de recherche et d’interrompre la dégressivité des allocations de chômage en période 2.

      Le fait que ta tante vienne vivre avec vous n’aura pas d’impact sur ton statut. En effet, tant que ton papa a des revenus professionnel (ou de remplacement), tu ne pourras pas être considérée comme cohabitante avec charge de famille.

      N’hésite pas à nous recontacter si tu as d’autres questions.

  34. sparrow
    le 17 mars 2017 à 15:22

    bonjour

    j’etais sur incapacité de travail depuis 2013 a cause d’etat de santé, maintenant ils m’ont exclus de l’incapacité ,et j’ai parti pour m’iscrire au chaumage mais ils m’ont dit que je plus le droit au chaumage!!!! je ne sais pas quoi faire et comment vivre ,j’ai 2 enfants comment faire?aidez moi svp

    • Infor Jeunes Bruxelles
      le 20 mars 2017 à 10:46

      Bonjour Sparrow,

      Si tu n’as pas la possibilité d’ouvrir un droit aux allocations de chômage, tu pourrais alors éventuellement t’adresser au CPAS de ta commune afin de leur solliciter une aide financière.

      Cela dit, le CPAS effectuera une enquête sociale afin de vérifier si tu remplis les critères d’admission. Plus d’infos sur le CPAS en cliquant sur : http://bruxelles-j.be/droits-sociaux/obtenir-de-laide-du-cpas/

      D’autres questions ? N’hésite pas à nous recontacter!

  35. Kevin
    le 13 mars 2017 à 21:01

    Bonjour,

    j’ai un travail en temps partiel dans une entreprise de pompes funèbres limité à 50 heures par mois, puis introduire une demande d’allocation d’insertion ? En sachant que mon stage d’insertion et terminé(310jours) et que j’ai reçu mes deux évaluation positive de l’onem.

    Merci

  36. Mimi 26
    le 13 mars 2017 à 17:00

    Mon fils a eu 30 ans en fevrier. Il bénéficie d’une allocation d’insertion depuis octobre 2014. Du 13 avril 2015 au 6 septembre 2015 il a travaillé à temps plein. Depuis lors, il bénéficie à nouveau d’allocation d’insertion. Depuis fevrier 2016, il suit en cours du jours à l’EPFC des cours de baccalauréat en informatique. Il a reçu à cet effet une dispense de L’Onem. Notre question est de savoir jusque quand il peut beneficier de l’allocation d’insertion. Est elle prolongée de sa periode de travail, même si celle ci n’a pas duré 6 mois? Et peut elle être prolongee du fait qu’il suit une formation en pénurie. Il est en deuxième annee. Le cursus dure trois ans.

    Merci pour votre réponse.

    • Infor Jeunes Bruxelles
      le 14 mars 2017 à 13:43

      Bonjour Mimi26,

      Pour pouvoir vous répondre avec précision, il faudrait connaitre sa situation familiale. Comme expliqué ci-dessus, cela a en effet de l’importance pour savoir à quelle date débute le crédit de 36 mois.
      S’il vit avec vous et qu’il est cohabitant, son crédit a commencé à courir en octobre 2014. En octobre 2017, le crédit sera automatiquement prolongé par toutes les périodes de travail (même si cela a duré moins de 6 mois). Après la prolongation, il continuera à percevoir les allocations d’insertion jusqu’à la fin de ses études.
      En effet, si au moment de l’expiration du crédit de 36 mois (éventuellement prolongé), le demandeur d’emploi bénéficie d’une dispense soit parce qu’il suit une formation professionnelle, des études ou une formation, il peut continuer à bénéficier des allocations d’insertion jusqu’à la fin de cette dispense.

      Bien à vous

  37. Marine
    le 27 février 2017 à 20:04

    Bonsoir ,
    Je suis actuellement une formation en plein exercice, et je perçois des allocations d’insertion. Ma formation a débuté en septembre 2016 et se termine en décembre 2017, j’ai également cours (stages ) pendant le mois de juillet ou le mois d’ août (au choix) , recevrais je un formulaire c98 pendant ces deux mois ? Percevrais je les allocations d’insertion durant ces deux mois ?

    Merci

    • Infor Jeunes Bruxelles
      le 28 février 2017 à 16:11

      Bonjour Marine,

      Il n’y a pas de formulaire C98 pour des études de plein exercice.
      Si tu bénéficies actuellement d’une dispense qui te permet de cumuler les allocations d’insertion avec tes études, tu continueras bien à percevoir tes allocations d’insertion pendant toute la durée des études, y compris pendant les mois de juillet et août (même s’il n’y a pas cours).

      Bien à toi

  38. Henger
    le 27 février 2017 à 13:49

    Bonjour,

    Je suis dans le cas d’un chômeur en fin de droit. J’ai 32 ans et la fin d’octroi des allocations se terminent le 1er juillet pour ma part. Je n’ai pas travaillé pour prétendre au prolongement de 6 mois, mais je peux faire une formation Forem de 3 mois (de 8h à 16h) dès avril, et c’est suivi de 3 mois de stage en entreprise via le PFI (encore faut-il, d’après ce que j’ai compris, trouver l’employeur et on dispose de 6 mois pour le trouver après la fin de formation).

    Dans mon cas, si je termine mes 3 mois de formation en juin et qu’il y ait un délais d’attente pour que je puisse trouver un stage en PFI, est-ce que je perds malgré tout mes allocations le 1er juillet ou alors suis-je dans la prolongation ?

     

    Merci d’avance.

    • Infor Jeunes Bruxelles
      le 28 février 2017 à 14:33

      Bonjour Henger,

      Il est possible de bénéficier d’une prolongation si lorsque le droit arrive à son terme, on encore sous dispense pour suivre une formation. Il faut donc voir quand se termine ta dispense. Cependant, si ta formation se termine en juin, il semble peu probable que ta dispense soit plus longue. Et donc ton droit ne devrait pas être prolongé.

      N’hésite pas à nous recontacter si tu as d’autres questions.

  39. Cléo
    le 10 février 2017 à 13:37

    Bonjour, voilà ma situation :

    J’ai 26 ans et je reçoit mes allocations d’insertion sur base des études. Nous sommes cohabitants légal, mon compagnon est à ma charge car sans revenus.

    Je vient de trouver un emploi temps plein en contrat de remplacement (la raison : pause carrière). La durée du contrat est prévue pour un an (approximativement, je n’ai pas encore signé) ..

    J’aimerais savoir quel seront mes droits au chômage à la fin de mon contrat ? Est-ce que je continuerais avec mes allocations d’insertion jusqu’à mes 30 ans ? Ou est-ce que le chômage seras calculé sur base du salaire (dégressif dans ce cas?) ? Ou autre ?

    Merci d’avance pour votre réponse !

     

     

     

    • Infor Jeunes Bruxelles
      le 13 février 2017 à 12:02

      Bonjour Cléo,

      Pour ouvrir un droit aux allocations de chômage sur base du travail, tu dois prouver 312 jours de travail sur les 21 mois qui précèdent. 312 jours correspond normalement à un an de travail à temps plein. Tu pourrais donc à priori ouvrir un droit aux allocations de chômage après cet emploi. S’il te manque des jours, tu pourras de toute façon récupérer ton droit aux allocations d’insertion.

      N’hésite pas à nous recontacter si tu as d’autres questions.