Bruxelles-J

Comment choisir une méthode contraceptive qui te convienne ?

Print this pageEmail this to someoneShare on FacebookTweet about this on Twitter

Dans le cadre d’une relation hétérosexuelle, si tu as des relations sexuelles, il est plus judicieux de penser à un moyen contraception et ce, de préférence avant ton premier rapport. Et ce n’est pas toujours évident ! Le plus judicieux est alors de s’adresser à un médecin. Ainsi, ta/ton partenaire et toi serez informés sur tous les moyens de contraception existants et vous déciderez ensemble (toi, le médecin et ton/ta partenaire) de la méthode contraceptive qui vous conviendra à tous les deux.

De nombreux éléments peuvent intervenir dans ce choix  : l’âge, l’état de santé, le « type » de vie sexuelle, les horaires de chacun, les effets secondaires des contraceptifs et leur niveau d’efficacité.

Il arrive que certains médecins prescrivent automatiquement la pilule comme contraceptif car c’est le moyen le plus utilisé. Cependant, il existe un large choix de contraceptifs ainsi le plus judicieux est de poser des questions à un médecin ou gynécologue, car son rôle est aussi de vous informer. Si tu ne te sens pas à l’aise face à ton médecin (par exemple si c’est le médecin de famille), tu peux aussi t’adresser à un centre de planning familial, une maison médicale et/ou à un(e) gynécologue.

Il n’est pas nécessaire de subir un examen gynécologique avant de prendre un moyen de contraception, un simple rendez-vous chez un médecin, ou un gynécologue, suffit.

Choisir un moyen de contraception n’est pas irréversible, tu peux bien entendu, en changer, dès que tu le souhaites.

Quels sont les moyens de contraception existants ?

La pilule

C’est le moyen contraceptif le plus utilisé et le plus efficace (pour autant que tu n’oublies pas de la prendre), elle a l’avantage d’être facile à utiliser et de provoquer des règles régulières. La pilule est un contraceptif hormonal, cela veut dire qu’elle libère des hormones (un œstrogène et de la progestérone) dans le corps de la femme qui vont bloquer momentanément l’ovulation ou empêcher le développement de l’ovule fécondé. Il existe 3 types de pilules combinées, ce qui les différencie, c’est la quantité d’œstrogène et de progestatif qu’elles contiennent. Avec le conseil du médecin, ta partenaire ou toi-même pourra trouver celle qui lui convient le mieux. La pilule s’achète en pharmacie avec une prescription médicale, un médecin la prescrit pour une période d’1 an. Chaque plaquette contient des pilules pour 21 jours, ensuite, une pause de 7 jours est à faire (période où apparaissent les règles) et une nouvelle plaquette est commencée au 8ème jour qui suit l’arrêt de la plaquette précédente. La plupart des pilules sont en partie remboursables par l’assurance maladie et si ta partenaire ou toi-même a(s) moins de 21 ans, il sera possible de bénéficier aussi d’une réduction supplémentaire (environ 3€ par mois). Par ailleurs, les pilules génériques sont moins chères.

Le préservatif masculin (ou condom ou capote)

C’est le principal moyen de contraception qui protège d’une grossesse et aussi des IST (entre autres du SIDA). Lorsqu’on est dans une relation exclusive avec un ou une partenaire, il est important d’effectuer un test de dépistage des différentes IST avant d’envisager l’arrêt du préservatif et de trouver une autre méthode contraceptive si vous n’avez pas le désir de concevoir un enfant. Le préservatif est une fine enveloppe en latex ou en polyuréthane (plus résistant). Il en existe de plusieurs tailles et couleurs, parfumés, nervurés, plus ou moins épais. Il ressemble au doigt d’un gant en caoutchouc, il faut le dérouler sur le pénis en érection (pas avant). !!Attention ! ! aux ongles ou bijoux (bagues, piercings,…) qui risquent de l’endommager sans même que tu t’en aperçoives… C’est un véritable barrage pour le sperme, il l’empêche d’arriver dans le vagin. Il est en vente libre en pharmacie et en supermarché.

Les centres de planning familial et Infor Jeunes Bruxelles distribuent aussi des préservatifs gratuitement, tu peux en recevoir sur place. Par ailleurs, des distributeurs sont placés dans les lieux publics, les cafés, à proximité des pharmacies, …

A noter que les préservatifs ont une date de péremption inscrite sur l’emballage ! Un nouveau préservatif s’utilise à chaque relation sexuelle.

Le préservatif féminin

Il s’agit d’une gaine d’environ 5cm de diamètre, en polyuréthane, avec un petit anneau à chaque extrémité. Il va recouvrir la paroi vaginale. Lors de la pénétration vaginale, il sera nécessaire de guider le pénis convenablement dans le préservatif. Le préservatif féminin comme le masculin empêchera les spermatozoïdes de remonter dans l’utérus. Certain(e)s trouvent cela compliqué et pour d’autres c’est aussi facile que de glisser un tampon. Comme le préservatif masculin, le préservatif féminin ne s’utilise qu’une fois et a une date de péremption inscrite sur l’emballage. Quand le rapport sexuel est terminé, tu le retires doucement par le biais de l’anneau externe.

Ce préservatif protège contre d’une grossesse et il est aussi efficace contre une contamination à une ou plusieurs IST (dont le SIDA), à condition d’être correctement utilisé. Il a l’avantage de pouvoir être placé plusieurs heures avant un rapport. Cependant, il reste assez cher en Belgique et il faut le commander en pharmacie.

L’anneau vaginal

C’est un anneau en plastique souple de 5 centimètres de diamètre qui est placé dans le vagin. C’est une méthode hormonale qui consiste à faire absorber les hormones comme dans une pilule combinée (œstrogènes + progestérone) à travers la paroi vaginale, et non par le tube digestif (comme la pilule) ou par la peau (comme le patch contraceptif). L’anneau libère des hormones qui empêchent l’ovulation et épaississent le col de l’utérus. Il est nécessaire de le placer dans le vagin (le plus haut possible) : il se glisse comme un tampon. Il reste en place pendant 3 semaines, il est ensuite retiré (à ce moment, il ne diffuse plus d’hormones) pour effectuer une pause de 7 jours (période où apparaissent les règles). Le 8ème jour, un nouvel anneau est introduit dans le vagin. L’anneau vaginal se vend sur prescription médicale par boîte de 3 anneaux (pour 3 mois).

Le patch contraceptif

Il se présente sous la forme d’un “timbre” autocollant d’environ 4,5 cm2. Il est aussi efficace que la pilule. Il diffuse des hormones au travers de la peau de la femme. Ces hormones vont empêcher l’ovulation et épaissir le col de l’utérus. Il contient des œstrogènes et de la progestérone. Le premier premier patch est collé le premier jour des règles et un nouveau  est remis chaque semaine pendant 3 semaines. Il faut absolument ne pas le placer au même endroit que le précédent, ainsi son efficacité est maximale. Et surtout, ne jamais le placer sur la poitrine. En revanche, il est possible de le coller sur le bras, le dos, le ventre, les fesses. Tout comme pour la pilule, la 4ème semaine sera la pause de 7 jours. Le patch est en vente en pharmacie sur une prescription médicale : 1 boîte de 9 patchs (= 3 mois de contraception).

L’implant contraceptif

C’est un petit bâtonnet/réservoir de la taille d’une allumette que le médecin place sous anesthésie locale, sous la peau dans le haut du bras. Une fois implanté dans le bras de la femme, il est invisible mais il est possible de le sentir au toucher. Il contient des hormones qui vont empêcher l’ovulation et épaissir le col de l’utérus. Le même implant est efficace pendant 3 ans consécutifs mais il est possible de le faire enlever avant.

Le stérilet

Il est aussi appelé D.I.U. (Dispositif Intra-Utérin). C’est une petite tige en plastique ou en cuivre, qui a la forme d’un « T ». Il fait 3-4 cm de long. Il y a 2 types de stérilets : le stérilet en cuivre (qui contient un fil de cuivre) et le stérilet hormonal (qui est composé d’un réservoir contenant une hormone progestative). Le médecin place le stérilet au niveau de l’utérus et non dans le vagin. Il est placé pour une durée maximale de 3 ou 5 ans mais il est possible de le faire enlever avant. Le stérilet au cuivre est spermicide (il détruit les spermatozoïdes). Le stérilet hormonal contient une hormone progestative qui empêche les spermatozoïdes de franchir le col de l’utérus. Il diminue la paroi interne de l’utérus (l’endomètre), et, diminue donc, le volume et la durée des règles.

La piqûre contraceptive

C’est une injection contraceptive intramusculaire, trimestrielle et indolore. Elle contient des hormones qui vont empêcher l’ovulation et épaissir le col de l’utérus. L’injection est faite par un médecin. Elle est efficace pendant 12 semaines. Avec une piqûre, ta contraception est active pendant 3 mois, tu ne risques donc pas de l’oublier. Cependant, au vu des effets indésirables qu’elle provoque, la piqûre contraceptive n’est plus utilisée en Belgique.

La méthode définitive : la stérilisation

La vasectomie (pour l’homme) et la stérilisation féminine sont des interventions chirurgicales qui ont pour but d’empêcher définitivement la conception d’un (autre) enfant. En principe, c’est une méthode définitive, elle est cependant éventuellement réversible, par une nouvelle intervention chirurgicale, mais sans garantie de succès. Pour la vasectomie chez l’homme, on ligature et on coupe les canaux qui transportent les spermatozoïdes, sous anesthésie locale. Pour la stérilisation féminine, le chirurgien ligature les trompes qui conduisent l’ovule vers l’utérus. L’intervention se pratique au niveau du nombril et sous anesthésie générale.
L’intervention est éventuellement réversible, mais en cas d’échec, le seul moyen d’avoir un enfant sera par la fécondation in vitro. Ni la vasectomie, ni la stérilisation féminine ne protègent des IST (dont le SIDA).

Les méthodes qui ne sont pas efficaces

Les méthodes dites “naturelles” : On ne peut pas savoir avec précision quand des rapports sexuels peuvent mener ou non à une grossesse. En effet, l’ovulation n’arrive pas toujours au même moment du cycle menstruel et ce même si le cycle menstruel est régulier. Ainsi même si le rapport sexuel n’a pas lieu pendant la période d’ovulation, les spermatozoïdes peuvent rester actifs plusieurs jours jusqu’à la prochaine ovulation. C’est pourquoi utiliser ces méthodes « naturelles » ne sont pas fiables du tout.

Nous ne ferons donc que les citer ici, il s’agit du coït interrompu, de la méthode des températures, de la méthode du calendrier ou méthode Ogino ou de la méthode de la glaire cervicale dite de Billings. Elles sont donc vivement déconseillées si ton/ta partenaire et toi-même n’avez pas de désir de grossesse. De plus, ces méthodes ne protègent pas des IST (dont le SIDA).

Au final, on fait quoi ?

L’idéal, c’est d’avoir une double protection, c’est-à-dire d’utiliser à la fois un moyen de contraception hormonal pour éviter une grossesse (pilule, anneau vaginal, etc.) et un préservatif pour éviter de contracter une IST (dont le SIDA) dans le cas où tu n’es pas dans une relation exclusive avec un ou une partenaire ou si vous n’avez pas encore effectué de test de dépistage des différentes IST.

En discuter avec un professionnel de la santé est alors le plus judicieux pour déterminer avec un médecin ce qui convient le mieux à toi et à ton/ta partenaire.

Tu as une question ?

Remplis le formulaire ci-dessous.

Ton adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec un *

*


18 questions pour “ Comment choisir une méthode contraceptive qui te convienne ?

  1. Lilou
    le 12 octobre 2016 à 10:56

    Bonjour,

    J’essaye de trouver une liste avec des médecines gynécologues qui acceptent de pratiquer la ligature des trompes sur des jeunes femmes (~30ans) nullipares. Cette information est très difficile à trouver. Auriez-vous de pistes à ce sujet?

    Merci d’avance pour votre aide!

    • Infor Jeunes Bruxelles
      le 14 octobre 2016 à 11:31

      Bonjour Lilou,

      Malheureusement, nous ne disposons pas d’une telle liste. Nous te conseillons donc d’en parler avec ton gynécologue afin qu’il puisse éventuellement te rediriger si nécessaire.

      Une autre piste serait de contacter les plannings familiaux, qui pourraient sans doute t’orienter.

      N’hésite pas à nous contacter pour toute autre question.

  2. Roulex
    le 26 juillet 2016 à 14:47

    Je voulais savoir si c’est encore possible de faire le vaccin du col de l’utérus après avoir eu des relations sexuelle ? Car ma mère veut absolument que je le fasse mais malheureusement j’ai appris qu’il fallait faire ce vaccin avant sa première relation, et moi je l’ai déjà fait, évidemment ma mère b’est pas au courant, mais ducoup voila je sais pas si ça servira vraiment a quelque chose de faire ce vaccin ; et si je le fais , est-ce que j’aurais des effets secondaires suite au fait que je l’ai déjà fais avec mon copain ? Et est-ce que après avoir fait le vaccin je peux encore avoir des relations sexuel ? Merci .

    • Infor Jeunes Bruxelles
      le 26 juillet 2016 à 17:18

      Bonjour Roulex,

      La vaccination contre le HPV (Papillomavirus Humain – qui peut être responsable de cancer du col de l’utérus) doit, de préférence, être terminée avant le premier rapport sexuel. Pour bénéficier d’un remboursement de ces vaccins, tu dois avoir entre 12 et 18 ans (inclus) lors de la première injection. Le remboursement est limité à 3 injections par bénéficiaire.

      Si tu souhaites recevoir un avis médical en toute discrétion et confidentialité sur la vaccination contre le HPV, tu peux te rendre dans un centre de planning familial. De cette manière, tu pourras évaluer s’il est encore judicieux d’effectuer ce vaccin. Tu trouveras la liste des centres de planning familial en région bruxelloise en cliquant sur le lien suivant: http://www.loveattitude.be/Liste-des-centres

      Il n’y aura pas d’effets secondaires liés au fait que tu as déjà eu des rapports sexuels avec ton copain. On recommande de faire le vaccin contre le HPV avant les premiers rapports sexuels pour être sûr de l’efficacité du vaccin (ce n’est pas dangereux de faire ce vaccin lorsqu’on a déjà eu des rapports). Et tu pourras avoir des rapports sexuels même après avoir fait le vaccin.

      Si tu souhaites plus d’informations sur la vaccination contre le HPV, tu peux te rendre sur la fiche suivante: http://bruxelles-j.be/?p=590

      N’hésite pas à nous contacter pour toute question supplémentaire.

       

  3. Michelle
    le 30 mai 2016 à 18:54

    J’ai fait un testé de grossesse ce matin mais il negative dans 2 jours j’irais faire un test de grossesse sanguin
    J’ai bien peur que sa soit un kyste parce-que je l’avais deja eu autre fois bloquait les menstruel

    • Infor Jeunes Bruxelles
      le 31 mai 2016 à 10:30

      Bonjour Michelle,

      Si tu as eu des rapports sans protection et que tu doutes du résultat du test urinaire, la meilleure façon pour confirmer ou infirmer une grossesse est véritablement le test sanguin. Plus fiable que celui de l’urine, il peut être réalisé avant même le retard de règle, dès la deuxième semaine après la conception. Il permet de doser l’hormone secrétée par l’embryon après la nidation dans l’utérus, la Béta-hCG.

      Par ailleurs, les kystes peuvent en effet sécréter des hormones et perturber ainsi le cycle menstruel. Cependant, seul un médecin/gynécologue pourra poser un diagnostic précis. Une fois le diagnostic obtenu, le médecin pourra alors te proposer un traitement adapté si nécessaire.

      Si tu as d’autres questions, n’hésite pas à nous recontacter.

  4. Amina
    le 23 mai 2016 à 17:01

    Bonjour j’aimerais savoir si on prend le norlevo 8 fois dans une vie est ce qu’on peut avoir un enfant après. Mais aussi est ce que le norlevo fonctionne si on le prend chaque mois après avoir fait de rapports sexuels

    • Infor Jeunes Bruxelles
      le 24 mai 2016 à 11:18

      Bonjour Amina,

      La pilule du lendemain est une contraception d’urgence, il ne s’agit donc pas d’une contraception régulière. Il s’agit plutôt d’un « joker » en cas d’accident de contraception (un oubli de pilule, un préservatif qui se rompt par exemple). C’est pourquoi il serait peut-être judicieux de trouver un moyen de contraception qui te convienne si tu ne souhaites pas tomber enceinte. Même si l’utilisation fréquente de la pilule du lendemain ne pose pas d’inconvénient médical, il est préférable d’opter pour une contraception hormonale classique qui, prise correctement, reste beaucoup plus efficace.

      Son utilisation répétée n’a pas été évaluée. C’est pour cette raison qu’il est généralement déconseillé par les médecin de prendre la pilule du lendemain plusieurs fois dans un même cycle.

      Tu peux te rendre chez ton gynécologue ou dans un centre de planning familial pour te faire préscrire une méthode contraceptive qui sera mieux adaptée. Tu trouveras la liste des centres de planning familial en cliquant sur le lien suivant : http://www.loveattitude.be/Liste-des-centres

      N’hésite pas à nous contacter pour toute question supplémentaire.

  5. gara118
    le 16 décembre 2015 à 10:52

    bon voila j’ai un sterilet depuis 10 ans jamais aucun souci, cependant je lis tout et rien et je ne sais plus quoi penser puis je avoir une infection urinaire a cause de celui ci? car j’en ai deja eu mais il y a bien longtemps…. et pas de recidive reguliere… de plus une infection urinaire peut elle avoir lieu apres un rapport non protége (je suis reste 4 ans sans rapport)? merci beaucoup de m’eclairer….

    • Infor Jeunes Bruxelles
      le 16 décembre 2015 à 14:38

      Bonjour Gara,
      Le stérilet n’est pas responsable directement de la formation d’infections.
      Il peut dans certains cas en favoriser la progression vers les trompes, c’est pourquoi il n’est en général pas conseillé aux femmes qui sont fréquemment sujettes aux infections et qui auraient beaucoup de partenaires sexuels différents sans protection.
      Mais le fait de poser un stérilet dans l’utérus n’entraine en aucun cas une infection.
      Le seul risque est une réaction inflammatoire dans les quelque semaines qui suivent la pose, ce qui ne semble pas être votre cas puisque vous le porter depuis 10 ans sans problème particulier.

  6. Selo
    le 28 août 2015 à 14:49

    Bonjour, quand on prend la pillule il faut en prendre pendant 21 jour et arreter pendant 7 jours. Je voudrais savoir s’il y a un risque de tomber enceinte si on a un rapport durant ces 7 jours.

    • Infor Jeunes Bruxelles
      le 28 août 2015 à 15:04

      Bonjour Selo,

      Lors de cette période d’arrêt de 7 jours, la protection persiste. Après les 7 jours d’arrêt, même si tes règles ne sont pas terminées, il faut commencer une nouvelle plaquette (le 8ème jour).

      Si tu as d’autres questions, n’hésite pas à nous recontacter.

  7. htt
    le 15 août 2015 à 20:24

    bsr je veux savoir comment eviter de tomber enceinter en faisant l amour sexuel sans protection et comment conte le cycle menstruel cour, moyen et long en precisant les jours dangereux à eviter

    • Infor Jeunes Bruxelles
      le 17 août 2015 à 13:37

      Bonjour Htt,

      Des rapports sans protection peuvent toujours mener à une éventuelle grossesse. Deux facteurs entrent en compte dans la fécondité : l’ovulation et la durée de vie des spermatozoïdes. L’ovulation correspond à la libération d’un ovule par l’ovaire, elle a généralement lieu le 14ème jour du cycle (pour un cycle de 28 jours), donc hors période de règles. Cependant, on peut tomber enceinte en-dehors du jour même de l’ovulation car, même si l’ovule ne survit que 24 heures, les spermatozoïdes peuvent quant à eux survivre plusieurs jours dans les voies génitales féminines (7 jours maximum). Ce qui signifie qu’une grossesse est toujours possible, et ce, à n’importe quel moment du cycle.

      Autrement dit, si tu ne souhaites pas tomber enceinte, il serait peut-être judicieux de trouver un moyen de contraception qui te convienne. Tu trouveras plus d’info sur les différents moyens de contraception sur la fiche suivante: http://www.bruxelles-j.be/amour-sexualite/comment-choisir-une-methode-contraceptive-qui-te-convienne/

      Si tu as d’autres questions, n’hésite pas à nous recontacter.

  8. kacey
    le 9 août 2015 à 17:11

    J’ai pris la pillule du lendemain,environ 5 jrs aprés j’avais des saignements qui ressemblaient a des regles mais qui ont duré seulement 3jrs ! Pourtant mes regles devraient arriver 21 jrs aprés la prise de la pillule! Est ce normal? Aidez moi svp !

    • Infor Jeunes Bruxelles
      le 10 août 2015 à 16:24

      Bonjour Kacey,
      Parmi les effets secondaires fréquents, on retrouve les spotting, saignements survenant en dehors des règles, dans les 5 à 10 jours qui suivent la prise de la contraception d’urgence.
      Toutefois, si tu constates un retard à la date supposée de tes prochaines règles, n’hésite pas à faire un test de grossesse.

  9. Lumiere
    le 24 juillet 2015 à 18:13

    Un rapport sexuel non protegé fait le 23iéme jour d’un cycle de 27jours, aujourd’hui c est le 28jour et toujours pas de regles..y aurait il risque de grossesse..?

    • Infor Jeunes Bruxelles
      le 27 juillet 2015 à 12:34

      Bonjour Lumière,
      Tout rapport sans protection peut conduire à une éventuelle grossesse.
      En effet, si tes cycles ne sont pas réguliers, il n’est pas évident de connaitre la période d’ovulation.
      Si ton retard de règles persiste, n’hésite pas à faire un test de grossesse.