Bruxelles-J

Grossesse et consommation de drogues

Print this pageEmail this to someoneShare on FacebookTweet about this on Twitter

Vous voulez un bébé ?

Vous avez décidé d’avoir un bébé mais tu consommes ou ton copain consomme et vous voudriez savoir ce que cela change ?

Ton hygiène de vie joue sur tes chances de tomber enceinte ou pas, plus ou moins vite ou pas. Si ton corps reçoit tout ce dont il a besoin (alimentation, sommeil, sport), il sera d’autant plus prêt à accueillir une grossesse.

De manière générale, les produits agissent sur la fertilité, c’est-à-dire que tu devras sans doute attendre plus longtemps pour tomber enceinte que si tu ne consommais pas ou que si ton partenaire ne consommait pas.

Réduire ta consommation te permettra d’augmenter tes chances de tomber enceinte.

Maintenant, chaque femme est différente et certaines seront plus rapidement enceintes que d’autres sans même qu’une consommation de produit n’intervienne.

Tout comme certaines ont un cycle menstruel régulier et d’autres pas du tout.

C’est comme ça, donc pas de panique si tu ne tombes pas enceinte tout de suite, cela peut prendre un peu de temps. Si tu as un doute, n’hésite pas à faire un test de grossesse.

Tu es enceinte !

Tout d’abord, Félicitations ! Tu t’apprêtes à vivre une expérience de vie importante. Mais une grossesse demande parfois de changer certaines habitudes de vie.

Il est difficile voire impossible d’affirmer avec certitude quelles sont les conséquences exactes de telle ou telle consommation. Car pour bien vivre sa grossesse, c’est tout un ensemble de paramètres qui sont en jeu, et non juste le fait de consommer ou pas quelque chose. Mais de manière générale, la consommation de drogues est déconseillée pendant la grossesse et l’allaitement.

Si ton corps peut accueillir certains produits avec modération sans que cela n’ait de conséquences, ton bébé par contre est beaucoup plus fragile, il se construit tout doucement dans ton ventre et les produits risquent de perturber son développement ou de le mettre en danger.

Attention, on n’y pense pas toujours mais c’est valable aussi pour les médicaments. Donc, ne prends pas de médicament sans avoir vérifié d’abord auprès de ton médecin si celui-ci était inoffensif pour le fœtus.

Si arrêter de consommer te semble trop difficile, ne te culpabilise pas. Essaye déjà simplement de diminuer un peu ta consommation, c’est toujours ça. Rien ne sert de se mettre une trop grande pression ou des objectifs irréalisables, le stress n’est pas bon non plus pour le fœtus. Parles-en à ton (ta) gynécologue, de sorte qu’il (elle) puisse évaluer avec toi et en tenant compte de la réalité de ta consommation ce qu’il convient de faire ou pas.

L’idéal est que tu puisses parler de tes consommations avec ton (ta) gynécologue, n’aie pas peur de lui en parler, il (elle) est là pour t’aider et te conseiller sans te juger. Il (elle) pourra veiller à ce que ta grossesse se passe au mieux.

Il est super important que tu sois suivie par quelqu’un avec qui tu te sens en confiance et à qui tu pourras parler et te confier sans craintes, c’est essentiel.

Si pour une raison ou une autre le courant ne passait pas bien avec le (la) gynécologue qui te suit, n’hésite pas à en changer. On ne sait pas toujours expliquer ce qui fait que l’on se sent bien avec quelqu’un ou pas, c’est parfois plus une question de ressenti qu’autre chose. T’écouter sur ce que tu ressens et sur ce dont tu as besoin est le meilleur moyen de faire de ta grossesse une chouette expérience !

Petit rappel : les risques sont valables aussi pour la consommation passive de tabac. Si ton copain fume, mieux vaut qu’il le fasse dans une autre pièce suffisamment aérée, ou encore mieux à l’extérieur.

Second petit rappel : tu as encore le temps d’y penser mais si tu décidais d’allaiter ton bébé, attention certains produits passent dans le lait maternel. Tout comme il est recommandé d’avoir une alimentation variée quand on allaite afin que le bébé puisse avoir de tout ce dont il a besoin, il est déconseillé de consommer de l’alcool, des drogues et certains médicaments.

Quels risques pour quel produit ?

L’alcool

La consommation d’alcool est fortement déconseillée pendant la grossesse.

Elle peut être responsable de malformations diverses (visage et organes) ainsi que de troubles neurologiques plus ou moins importants (déficience mentale, troubles de la mémoire, de communication, difficultés d’apprentissage…), mais elle augmente aussi les risques de fausses couches et de retard de croissance.

Le tabac

La consommation de tabac est fortement déconseillée pendant la grossesse.

Elle réduit la taille des vaisseaux sanguins et donc le fœtus est moins bien alimenté en nutriments, cela peut causer un retard de croissance.

Le tabac peut aussi provoquer un décollement du placenta qui est l’organe responsable de l’approvisionnement du bébé en aliments et oxygène. Ce décollement peut mettre en danger la mère et le fœtus.

La consommation de tabac augmente sensiblement les risques de fausses couches, de naissances prématurées, de retards de croissance, de grossesses extra-utérines et aussi de mort subite.

Le cannabis

En ce qui concerne le cannabis, il est beaucoup plus difficile de se positionner clairement car les résultats des études scientifiques sont parfois contradictoires. Mais d’après les recherches les plus récentes, il semble que la communauté scientifique s’entende de plus en plus pour dire qu’une consommation de cannabis n’entraîne pas de retard de croissance ou de complications durant la grossesse.

Mais attention, si tu fumes le cannabis dans des joints avec du tabac, les risques associés à la consommation de tabac restent d’application.

Si tu consommes un autre produit comme la cocaïne, les amphétamines, l’héroïne, la méthadone, etc., nous te conseillons d’en parler à ton (ta) gynéco afin qu’il (elle) puisse en tenir compte dans le suivi de ta grossesse et évaluer avec toi si une diminution ou un arrêt de ta consommation étaient à envisager, et si oui comment.

 

Nous espérons que cette fiche aura pu t’aider à y voir plus clair et à entrevoir ta grossesse en toute confiance. Cela dit, si ta consommation te semble vraiment problématique et que tu as besoin d’en parler à quelqu’un, n’hésite pas à nous contacter, nous sommes là pour ça aussi !

Éditeur de la fiche : Infor-Drogues

Mise à jour le 3 août 2017

Tu as une question ?

Remplis le formulaire ci-dessous.

Ton adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec un *

*


6 questions pour “ Grossesse et consommation de drogues

  1. Justemoi
    le 23 octobre 2017 à 10:15

    Bonjour j ai consommer pas mal de coco je suis enceinte de 4 mois j ai eu du mal à me dire être enceinte mtn j entend le coeur de mon bebe faut savoir aussi que le soucis ces que le début de grossesse à été mal suivis j ai voulu en parler à la genico mes elle n avais pas le temps mtn j ai lu plusieurs chose sur des forum et je me tracasse bcp mon bebe sera t il bien former quelle son les risque ou esque je peux allé pour passer des examen voir si tout va bien et qu’il est bien former je suis perdue j ai peur de retomber la dedans je ne veux plus je veux juste vivre le reste de ma grossesse sans me tracasser je précise sa fait 1 semaine que j ai tout arrêter mes je suis morte de peur

    • le 25 octobre 2017 à 09:59

      Bonjour,

      Tout d’abord nous souhaitons te féliciter. Tu attends un enfant, et te poses sans doute mille questions. Il est normal au début de la grossesse, de ne pas réaliser tout de suite que tu es enceinte. En effet, la plupart des femmes n’ont aucun symptôme les premières semaines et prennent donc conscience tout comme toi, lorsqu’elles entendent les battements du cœur à l’échographie.

      La grossesse est une période pleine de bouleversements, de moments de bonheur, mais est aussi potentiellement angoissante pour la plupart des mamans.

      Le fait que tu aies stoppé toute ta consommation depuis une semaine est remarquable. Se questionner à propos du bien être de son enfant témoigne du fait que tu aies décidé d’habiter pleinement ton nouveau rôle de maman.

      Néanmoins, il serait préférable que ton arrêt se fasse dans de bonnes conditions et pourquoi pas, t’adresser à un médecin généraliste afin de t’accompagner à chaque étape, au niveau du manque physique.

      Lorsque l’on parle de dépendance, il existe aussi un aspect que l’on oublie souvent, qui est la dépendance psychologique. Si ce produit a pris une telle place dans ta vie, peut-être pouvons- nous nous questionner quant à son rôle dans ton quotidien ? Que vient-il atténuer ?

      Tant que la cause de cette consommation n’est pas mise en lumière, il sera difficile de l’arrêter complètement. Ce travail de réflexion autour de cette consommation que tu souhaites arrêter, peut se faire avec l’aide d’un psychologue.

      Concernant les risques, la grossesse comporte toujours des risques. La consommation de cocaïne durant la grossesse, peut nuire aux échanges entre la mère et le fœtus, ce qui peut éventuellement entrainer un retard de croissance ou encore une naissance prématurée. Avant tout, une situation n’est pas l’autre et rien ne dit que cela se produise, chaque corps réagit différemment.

      C’est pourquoi, Il est important que tu puisses discuter librement avec ta gynécologue de tous tes tracas. Le fait qu’elle se rende inaccessible à tes questions éventuelles, nous pose question, peut-être serait-il préférable de te tourner vers un/une autre gynécologue pour ton suivi? En effet,  le/la gynécologue est le/la seul(e) spécialiste à même de te rassurer sur l’état de santé actuel de ton bébé. A l’aide notamment d’échographies et autres examens médicaux. C’est pourquoi, le dialogue est primordial.

      Tu peux si tu le souhaites nous contacter via notre permanence téléphonique, les jours où tu sens que cela devient difficile pour toi, et que tu souhaites être soutenue. (Permanence téléphonique du lundi au vendredi de 8h à 22h et le samedi de 10h à 14h, au : 02 227 5252) ou encore via la e-permanence. Nous garantissons la confidentialité des échanges ainsi que l’anonymat.

      N’hésite vraiment pas à nous contacter.

      Nous te souhaitons une bonne journée.

      L’équipe d’infor-drogues.

  2. Val
    le 11 novembre 2016 à 18:56

    J ai consomer de la cocaine pendant des années j aimerais stopper et tomber enceinte est ce qu il y a des risques pour l enfant

    • le 16 novembre 2016 à 17:43

      Bonjour Val,

      Consommer de la cocaïne pendant une grossesse est mauvais pour le bébé. Cela pourrait entrainer un retard de croissance, une naissance prématurée, un décollement du placenta ou encore un risque de fausse couche.

      Mais si tu arrêtes ta consommation et que tu attends un peu que ton corps puisse récupérer cela devrait très bien se passer : )

      Une consommation de cocaïne met plus au moins à l’épreuve ton corps. Cela dépend de ton hygiène de vie, de l’ancienneté de ta consommation et de l’intensité de celle-ci.

      Comme une grossesse mettra au travail ton corps, tu auras besoin d’être bien reposée et de suffisamment te nourrir pour que ton corps puisse avoir toute l’énergie nécessaire à la « construction » d’un nouveau petit être.

      Nous espérons que tout se passera bien pour toi et que tu pourras profiter pleinement du bonheur d’être maman.

       

  3. lindsay
    le 13 mars 2016 à 12:35

    Bonjour,
    Je m’appelle Lindsay, j’ai 20 ans et je suis étudiante en première année sage-femme à la Haute Ecole Louvain en Hainaut de Gilly.
    Dans le cadre de mon cours d’action éducative, je suis à la recherche de documentation en tout genre sur les drogues et la grossesse.
    Auriez-vous quelques folders ou autres concernant ce sujet qui pourrait m’aider à avancer dans mon travail?

    Je vous remercie de l’attention porté à ma demande et je vous prie, d’agréer mes salutations distinguées.

    Lindsay

    • le 15 mars 2016 à 09:57

      Bonjour Lindsay,

      Nous avons ce genre de documentation :-), et c’est Caroline, notre bibliothécaire-documentaliste, qui centralise tout cela. Si tu le souhaites, tu peux lui envoyer un petit mail (bibliotheque@infordrogues.be) et elle pourra te préparer les ouvrages et articles sur le thème de la grossesse et la consommation de drogues ainsi que convenir d’un rendez-vous avec toi. Tu peux emprunter la majorité de nos ouvrages, faire des photocopies de nos articles, demander à rencontrer quelqu’un de notre service de consultation pour discuter de ton thème de travail, bref nous sommes à ta disposition pour t’aider et répondre à tes questions.

      Par ailleurs, as-tu déjà entendu parler de nos collègues du service Parentalité-Addiction du CHU Saint-Pierre (http://feditobxl.be/fr/membres/interstices-chu-st-pierre/)? Leur travail consiste justement dans la prise en charge et l’accompagnement de parents et futurs parents toxicomanes et de leurs enfants. Donc, ta question portant sur la grossesse et la consommation de produits fait partie de leur « spécialité ».

      Voilà, n’hésite pas à revenir vers nous si quelque chose dans ce qui précède n’était pas clair, et nous te souhaitons d’ores et déjà bon travail! ;-)

      Bien à toi.